213

Le club des supporters Handisport nous a proposé, à l’initiative de Malakoff Méderic, (partenaire officiel de la Fédération Française Handisport depuis 2009) de nous associer à leur initiative, lancée à l’occasion des Jeux Paralympiques de Londres.

Nous avons accepté, et nous sommes lancés dans une campagne pour une plus grande visibilité des jeux Paralympiques.

63.000 personnes ont suivi notre actualité Facebook sur le sujet, et plus de 3.000 personnes ont relayé nos photographies. Le principe : se cacher la moitié du visage, pour symboliser l’amputation médiatique que représentait l’absence des Paralympiques sur les chaînes grand public. Le club des supporters handisport a tenu à remercier tous les blogueurs qui, comme nous, ont participé au mouvement pour une meilleure visibilité du handicap :

Pour approfondir le sujet, nous avons interviewé Christine Laroulandie, Directrice de la Communication chez Malakoff Médéric :

Quand tout cela a-t-il débuté ? Pourquoi Malakoff Médéric a-t-il décidé de s’investir dans ce projet ?

Malakoff Médéric est un groupe de protection sociale paritaire et mutualiste à but non lucratif. Nous sommes impliqués depuis très longtemps dans le handicap. Nous sommes notamment  partenaires de laFédération française handisport depuis 2009, et en sommes très fiers, mais nous constatons avec regret à chaque manifestation sportive, même de haut niveau, une absence totale de médiatisation. Les athlètes handisport ne sont pas médiatisés, donc pas connus, donc pas encouragés. La reconnaissance des ces athlètes Handisport de mérite est importante, et c’est cela que nous souhaitions faire évoluer. Nous nous sommes dits que l’événement des jeux olympiques et paralympiques était l’occasion de tenter de faire bouger les choses, et de faire changer le regard sur le handicap à travers le sport. Les Jeux Paralympiques étant programmés après les Jeux Olympiques, les épreuves sont toujours sous-médiatisées. Avec la création du Club des supporters Handisport sur Facebook, en partenariat avec la Fédération Française Handisport, nous souhaitions profiter de l’actualité porteuse des Jeux Olympiques et Paralympiques 2012, pour faire connaître et reconnaître le Handisport et amener les médias à s’y intéresser davantage. Notre logique a été la suivante : plus nous serons nombreux à nous à soutenir le handisport sur la page Facebook, plus les médias relaieront les Jeux Paralympiques, et plus le regard sur le handicap évoluera. Nous avons choisi Facebook pour fédérer rapidement le plus grand nombre autour du Handisport, les réseaux sociaux  permettent facilement aux gens de s’engager, de s’exprimer et d’inciter leurs amis en faire autant, ce qui peut rapidement démultiplier le succès du club.

Comment cela a-t-il été accueilli chez les internautes ? Qui sont-ils en général ?

La page Facebook du club des supporters handisport a connu un grand succès : nous allons dépasser les 100 000 fans avant l’ouverture des Jeux Paralympiques le 29 août. Nous avons été très suivis par les athlètes eux-mêmes, valides comme handicapés (Stéphane Diagana et Laura Flessel acceptant dès le début d’être parrain et marraine du club bénévolement, de nombreux athlètes handisport ont acceptés d’être filmés pour témoigner de leur passion). De nombreux blogueurs ont mobilisé leur réseau, ont rencontré des athlètes. Nous avons eu des des retombées presse importantes. Tout ceci a contribué à faire connaitre cette action, et à rallier des internautes de tous ages et tous milieux. Nous sommes convaincus que le club a contribué à la décision de France TV, qui a récemment déprogrammé certaines émissions dans la journée pour retransmettre des épreuves des jeux paralympiques, initialement programmées uniquement en 3eme partie de soirée.

Selon vous, pourquoi cette différence de traitement entre les athlètes paralympiques, et les athlètes lambda ?

Sans doute simplement la crainte de la part des médias d’un désintérêt des lecteurs et auditeurs sur des reportages consacrés au handisport. Or, sans médiatisation, il n’y a pas de notoriété des athlètes handisport, et pas de reconnaissance en dehors de leurs proches.

Que pensez-vous de l’emploi des personnes handicapés ?

Notre Groupe s’est engagé depuis longtemps sur ce plan. Plus de 6 % de nos 5700 salariés sont des personnes handicapées.

Vous aussi, faites partie de la communauté Talentéo sur Facebook :

 

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
Actuellement en live
En live !

Accéder au live