92

Juste avant la nouvelle année 2014, Franck La Pinta recueillait des témoignages de 12 experts des Ressources Humaines, pour mettre en avant les 12 thèmes incontournables de l’année. Aujourd’hui, Talentéo met en avant l’expérience utilisateur avec une interview exclusive du spécialiste Alexandre Pachulski!

Deux enjeux RH ont déjà été mis à l’honneur dans ce dossier! Retrouvez les interviews de Gilles Gobron sur l’algorithme et Arnaud Gien-Pawlicki sur la transformation digitale.

Bonjour Alexandre. Tu avais choisi de traiter le sujet de l’expérience utilisateur dans l’article réunissant des experts RH lancé par Franck La Pinta. Peux-tu expliquer à nos internautes ton parcours professionnel, et pourquoi tu as choisi de parler de ce sujet comme un enjeu RH pour 2014?

Je suis depuis 7 ans maintenant Directeur Général Produits de TalentSoft, éditeur logiciel de gestion des talents en mode SaaS, dont je suis également l’un des cofondateurs. J’ai suivi des études d’Intelligence Artificielle jusqu’à l’obtention d’un doctorat en informatique, centré sur une problématique de Knowledge Management. Suite à cela, j’ai cofondé une société de conseil RH visant à accompagner les directions des ressources humaines afin qu’elle valorise au mieux leur capital humain. Cela m’a amené à aider pendant 8 ans des entreprises aussi différentes qu’Apple, Alstom, Microsoft, EDF, Gaumont, Ipsos, Gémalto ou encore Coca-Cola. En un peu moins de 15 ans donc, j’ai eu de très nombreuses occasions d’identifier les besoins de mes clients, qu’il s’agisse de RH, de managers ou de collaborateurs, et de me forger une conviction: le plus performant des systèmes informatiques ne vaut rien s’il est inaccessible. Si nous voulons, nous éditeurs de logiciels, que notre travail ait une quelconque utilité, l’expérience utilisateur est la clé de voûte de notre démarche.

Un exercice pour toi: comment définirais-tu « expérience utilisateur », ou « user experience » à notre binôme de choc: notre nièce de 8 ans et notre prof d’économie de l’université?

Je dirais ceci à votre nièce: « c’est ce que tu vas ressentir quand tu vas jouer avec cette application ». Et j’utilise le mot jouer à dessein, car si l’on veut que quelqu’un utilise un logiciel, il suffit qu’il en tire un bénéfice ou un plaisir immédiat. Pour un enfant de 8 ans ce sera le jeu, mais cela reste finalement vrai à tout âge. Et à votre prof d’économie, je dirais ceci: « c’est la condition sine qua none à l’utilisation de tout logiciel, qui permet de ne plus lutter pour arracher l’adoption du logiciel par les utilisateurs mais viser plutôt une véritable addiction. Doit-on convaincre qui que ce soit d’utiliser une application comme Facebook, à l’utilité pourtant discutable? ».

Tu dis que l’entreprise doit changer de posture: au lieu d’attendre de ses collaborateurs qu’ils s’adaptent à sa façon de se comporter, ce serait dorénavant à elle d’étudier les comportements de ses salariés pour s’y adapter, et fonctionner comme eux! Talentéo est tout à fait d’accord avec ce constat, mais avoue que c’est plutôt révolutionnaire, comme vision. Qu’est-ce qui rend nécessaire ce changement selon toi?

Nous vivons aujourd’hui à l’ère du BYOD, Bring Your Own Device, du multi-devices et des médias sociaux, qui ont ni plus ni moins défini un nouveau standard logiciel dont les entreprises doivent aujourd’hui se rapprocher. Fait historique, ce sont les utilisateurs finaux qui font la loi et qui contraignent les DSI, et in fine les éditeurs de logiciel d’entreprise, à revoir leur copie. D’autant que la finalité d’une démarche de gestion des talents vise en partie à aider les collaborateurs à gérer leur propre carrière. Il est fondamental que ces derniers disposent des bons outils pour le faire et qu’ils n’aient pas à disposer de compétences spécifiques.

D’un point de vue plus global, le changement s’avère indispensable car les démarches de gestion des talents sont elles-mêmes en train de changer. Il ne s’agit plus seulement d’informatiser les processus associés au développement RH (évaluation, formation, rémunération, etc.), il s’agit de fournir aux travailleurs de la connaissance les informations dont ils ont besoin dans le cadre de leur activité professionnelle: qui a déjà mené tel projet, qui serait disponible pour le faire, qui pourrait m’aider à résoudre tel problème. On revient peu à peu, si tant est que l’on s’en soit éloigné, à une problématique de Knowledge Management. Un outil comme TalentSoft devient dans ce cadre l’outil de travail de tous les jours des collaborateurs, au même titre que le gestionnaire d’emails ou le calendrier, et plus seulement celui que l’on utilise quelques fois par an.

Qu’en pensent les entreprises pour le moment?

 

Je note de façon positive que nos interlocuteurs RH sont de plus en plus concernés par l’ergonomie du logiciel, le nombre de clics pour accéder à une fonctionnalité, son esthétisme général, comprenant tacitement que tout cela conditionne la réussite de leur projet. Il y a 5 ans encore, les RH souhaitaient disposer d’un outil répondant avant toute chose à leurs propres besoins, tant ils étaient mal pourvus. Aujourd’hui ils se focalisent davantage sur le besoin des collaborateurs. Le changement est donc en cours, lentement mais sûrement.

De notre côté, tu nous connais bien… On pense surtout au recrutement, et à l’intégration des collaborateurs en situation de handicap. Ça veut dire quoi pour eux, qu’une entreprise prenne conscience de leur expérience utilisateur?

Du point de vue de l’éditeur cela a un nom: l’accessibilité! C’est-à-dire les dispositions prises par l’éditeur pour que son logiciel soit utilisable dans de bonnes conditions par des personnes en situation de handicap. Concrètement, cela se traduit par le fait que le code puisse être exploité par un lecteur d’écran, un travail sur les contrastes ou les tailles de police de caractères, les raccourcis clavier, etc. Précisons au passage que TalentSoft est labellisable argent.

Puisqu’on te tient, on va te demander, comme à Gilles Gobron et à Arnaud Gien-Pawlicki, de tester notre réseau social/appli mobile, qui correspond au besoin de fluidifier la rencontre entre recruteurs et candidats en situation de handicap: lereseautalenteo.fr. Après 5 minutes de navigation, qu’en penses-tu? 

L’initiative Talentéo est bonne, nécessaire, et le site très bien fait. Continuez, l’union fait la force.

Merci à Alexandre Pachulski pour ses explications sur l’expérience utilisateur.

Selon vous, qu’est-ce qu’une expérience utilisateur réussie? Avez-vous des questions à poser à Alexandre Pachulski

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00