572

La boccia est l’un des deux seuls sports paralympiques n’ayant pas d’équivalent en olympique. Souvent comparée à la pétanque, cette activité est pourtant différente. Apparue en 1984 à New York, de nombreux pays pratiquent aujourd’hui la boccia. Talentéo fait le point sur cette activité sportive !

Un sport inscrit dans l’histoire

Au départ, ce sport prend ses racines en Grèce antique. Il fut ensuite pratiqué en Italie autour du 16ème siècle. A l’origine, il s’agissait de lancer des pierres le plus près d’une cible. L’objectif ? Se rapprocher au maximum de cette dernière pour marquer des points.

Regroupant près de 19 athlètes et 5 pays, ce sont aujourd’hui plus de 116 joueurs issus de 75 pays qui se rencontrent lors des Jeux paralympiques. Cependant, il a fallu attendre les années 2000 pour que cette discipline apparaisse en France. Désormais véritable discipline incontournable du handisport, 1625 personnes sont titulaires d’une licence sur le territoire !

Une discipline compatible avec différents handicaps

Pratiquée en fauteuil roulant, la boccia est adaptée pour les personnes en situation de handicap lourd, et plus particulièrement touchées par des déficiences neurologiques qui portent atteinte aux fonctions motrices, ayant subi un accident vasculaire cérébral ou d’autres états évolutifs similaires.

La stratégie au coeur du jeu

La boccia se pratique sur un terrain du même acabit que pour le badminton (soit 12,5m x 6m). L’idée est de réussir à lancer ses boules de façon précise. La partie débute par le lancement de la boule cible de couleur blanche nommée « jack ». Ensuite, six boules rouge et bleue sont lancées pour engager une « mène ». Les joueurs visant le mieux la boule « jack » remportent des points.

La boccia se pratique en individuel, en doublette ou en triplette. La partie se déploie autour de 4 mènes ou de 6 mènes en triplette. Par ailleurs, les boules sont soumises à des tailles et des poids définis avant chaque manche. À l’inverse de la pétanque, la boccia fait appel à des boules en cuir. Également, les joueurs peuvent être équipés d’une rampe et/ou d’un pointeur leur permettant de viser. En effet, cette rampe est conçue pour les joueurs ne pouvant pas disposer librement de leurs mains ou de leurs pieds.

La boccia, un sport qui prône l’accompagnement

Pour aider chacun des joueurs, des assistants peuvent être présents lors des jeux. Leur rôle ? Venir épauler la personne pour que ses capacités de jeu soient au maximum de leur performance. La boccia fait appel à un réel contrôle musculaire. En effet, éviter les tremblements et atteindre une précision de tir sont les grandes qualités des participants. La stratégie est également une compétence nécessaire pour cette discipline.

Ce sport mixte permet à chacun de montrer ses meilleures stratégies de lancée tout en faisant abstraction du handicap. Autre point positif, la boccia présente un niveau de danger très faible. Les joueurs ont peu de chance de se blesser lors des rencontres. Ainsi, cette activité est régulièrement mise en avant auprès des jeunes touchés par des handicaps moteurs.

 

Cette discipline sera à suivre lors des prochains jeux paralympiques de Tokyo reportés à l’été 2021. 

Vous souhaitez témoigner de votre expérience avec ce sport ? Nous poser des questions ? N’hésitez pas à nous écrire sur nos réseaux sociaux !

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
Actuellement en live
En live !

Accéder au live