346

Aujourd’hui, Talentéo se penche sur deux CV originaux inédits : celui d’Elodie et Insaf. Toutes deux cherchent un poste dans la communication, et toutes deux reviennent sur leur démarche dans une interview exclusive à Talentéo.

Insaf, vous avez publié votre CV vidéo le 25 août. Que recherchez-vous en réalité?

En fait je suis Bruxelloise et je l’ai diffusé à mon arrivée à Paris en espérant naïvement décrocher un contrat de travail. Je me suis ensuite rapidement rendue compte de la réalité parisienne et j’ai finalement signé pour un stage. Ayant terminé ce stage la semaine dernière, je suis à nouveau à la recherche d’un travail.

Pourquoi avoir réalisé une version longue et une version courte?

La version longue c’est sans doute la plus grosse erreur de ma petite campagne. Cette version était beaucoup trop longue, et même si elle se laisse regarder, un moment donné, elle lasse. C’est pour ça que j’ai sorti une version courte de 3 minutes, et ensuite des capsules de 40 secondes où l’on voit chaque artiste individuellement.

Dans la version courte, vous avez choisi de faire appel à des contacts prestigieux, qui montrent votre CV avec un message très simple : « Recrutez Insaf ». Pourquoi?

La version courte est en fait la version longue épurée. Les contacts sont les mêmes, j’ai simplement appelé mon monteur pour lui dire de retirer un tas de trucs. Par contre les capsules de 40 secondes, disponibles sous l’onglet « if they say so… » de mon site, ont été ajouté après. Il y a quatre artistes qui ont été ajouté et qui ne figurent ni dans la version longue ni dans la courte donc. Ce sont Bon Iver, Cut Killer, Orelsan et Bastian Baker, rencontrés à Paris. Depuis le début le message que je tente de faire passer, c’est « engagez-moi » sauf que quand ça sort de la bouche d’un Bon Iver, d’un Orelsan ou d’une Ayo, ça a plus d’impact et ça me permet de mettre en avant des qualités comme l’audace, le culot ou simplement la sympathie. Tous les artistes ont joué le jeu sans rechigner alors qu’ils n’avaient rien à y gagner. Ils ont tous accepté d’aider une anonyme et ça c’est vraiment cool.

Elodie, vous avez publié votre CV vidéo sous le titre Conceptrice-rédactrice le 10 décembre. Que recherchez-vous en réalité?


Comme on peut le voir dans la première scène, je suis conceptrice rédactrice et je recherche un emploi et plus précisément un CDI. Chose assez rare de nos jours.

 

Pourquoi ne pas avoir parlé de vos expériences, de votre formation, de vos compétences? Quelle était votre stratégie?

Insaf : Justement, cette vidéo n’est pas vraiment un CV vidéo, puisque effectivement un tas d’informations manque. C’est pour ça que j’ai créé un site où il y a les vidéos et où je parle un peu plus de ma formation et de mes compétences. L’idée c’est que les gens et les recruteurs aillent sur mon site pour découvrir un peu plus qui je suis. Vidéos et site forment un tout. Le rôle des vidéos est de séduire. Pour être tout à fait honnête, dans un premier temps, j’avais dans l’idée de faire lire mon CV par ces artistes. Mais après une prise (Sharon Jones), je me suis rendue compte que le mieux c’était de les laisser improviser ce qu’ils voulaient, après tout, c’est eux les artistes.

Elodie : Je n’ai pas parlé de mes expériences ni de ma formation par choix. J’ai déjà un CV papier complet pour cela. Je souhaitais simplement ajouter un petit plus à ma candidature, montrer ma personnalité, mes qualités et passions. Après tout un recruteur n’embauche pas qu’un CV, il prend avant tout une personnalité. Alors messieurs dames les recruteurs, voici la mienne !

Quel a été le travail sur cette vidéo ?

Insaf : La plus grosse partie du travail aura été le montage de la version longue, pour laquelle j’ai sollicité l’aide d’un ami monteur. Sinon, j’ai tout filmé avec mon smartphone, souvent en une seule prise puisque j’étais déjà super contente que les artistes acceptent surtout qu’après un concert, ils avaient probablement envie de faire autre chose. Concernant l’activation des contacts, je travaillais sur un festival (Couleur Café) pour lequel j’avais un accès backstage, j’en ai donc simplement profité. J’ai juste fait en sorte que chaque artiste ait en main mon CV pendant que je le filmais.

Elodie : J’ai d’abord réfléchi au support sur lequel je voulais travailler. La vidéo est venue rapidement, puis l’idée de la réaliser en stop motion s’est imposée d’elle. Je suis passionnée de photographie, et il y a toujours des risques que le son soit mauvais quand on ajoute une voix ou des bruitages derrière. Et surtout, je suis une très mauvaise actrice, alors il valait mieux que je ne parle pas! Ensuite il fallait écrire le scénario, réaliser les photos. En extérieur et en intérieur puis le montage de toutes ces photos imbriquées à la musique.

Honnêtement, dites-nous tout… Cela vous a pris combien de temps?…

Elodie : Ce « bébé » a mis un peu plus de semaines à voir le jour. Le plus dur à été le montage, j’avais hâte d’en finir !

Insaf : Le montage aura pris 10 jours et c’est un travail de Yasin Ozcan qui a vraiment été très méticuleux. Pour le reste c’était vraiment de l’improvisation. Je me disais tout le temps que j’avais deux minutes maximum pour expliquer à l’artiste ce que je voulais et pour le convaincre d’accepter. Comme c’était un concept original, ils avaient du mal à comprendre. Certes il y a beaucoup d’artistes prestigieux, mais honnêtement ça reste un projet amateur qui a pour seule prétention de me décrocher un job.

Quel a été votre travail après la vidéo, comment avez-vous utilisé ce CV?

Elodie : Après avoir posté ma vidéo je l’ai partagé sur les réseaux sociaux, fb, twitter, viadéo, linkedin et envoyé à des recruteurs.

Insaf : Je me suis rendue compte que le plus dur c’était de diffuser cette vidéo. J’ai envoyé des mails à des journalistes et des médias qui traitent des vidéos buzz et originales, mais à mon grand regret ça n’a pas marché. Malheureusement les médias préfèrent parler d’une vidéo qui fait déjà le buzz que d’une vidéo qui a un potentiel pour faire le buzz. Ayant décroché mon stage dans une rédaction web en août, j’ai arrêté de diffuser cette vidéo. mais ayant terminé la semaine dernière, I’m back on business. Je tiens à souligner que cette vidéo, si elle ne m’a pas encore ouvert de portes, elle m’a permis de trouver un logement à Paris. Et puis aujourd’hui, dès que je postule pour un emploi, je joins toujours cette vidéo en espérant taper dans l’oeil du recruteur.

Insaf, vous avez à présent près de 2000 vues sur la version longue, 250 sur la version courte. Elodie, vous en êtes à près de 900 vues Quelles ont été les retombées concrètes? Un CV vidéo, ça marche?

Elodie : Pour l’instant il n’y a rien de concret étant donné que je suis toujours à la recherche d’un CDI. Beaucoup de recruteurs m’ont félicité mais sans pouvoir m’offrir un poste (Crise oblige…), plusieurs blogs et sites ont réalisé un article sur ma vidéo donc j’espère avoir plus de retombées par la suite. Cela ne fait qu’un mois qu’elle est postée et nous sommes en pleine crise, alors je garde bon espoir que ça marche ! Croisons les doigts !

Insaf : Pour l’instant, j’avoue que ce n’est pas ce à quoi je m’attendais, mais je reste persuadée que oui, un CV vidéo ça peut marcher. Concernant ma vidéo, je n’ai eu que des réactions positives, me disant que c’était génial et créatif, donc je ne lâcherai pas l’affaire tant que le buzz n’aura pas pris. J’ai vu des CV moins innovants qui faisaient la Une des médias, alors pourquoi pas moi? En tout cas, désormais je me promène toujours avec mon CV en poche et je continue à faire des vidéos dès que l’occasion se présente.

Si quelque chose était à refaire, ce serait quoi?

Elodie : Il n’y a rien que j’aimerais refaire sur ma vidéo. J’ai pris mon temps avant de la faire et j’ai bien réfléchi à ce que je voulais et j’ai obtenu le résultat que je voulais, donc rien à changer !

Insaf : J’ai fait pas mal d’erreurs en fait. Déjà balancer la vidéo pendant les vacances d’été, avec du recul je me rend compte que ce n’était pas très bien calculé même si à l’époque le temps pressait. J’aurais dû être plus patiente et si c’était à refaire, je pense que j’aurais d’abord publié les capsules quotidiennement pour créer un effet d’annonce. J’aurais aussi dû me faire faire des cartes de visite que j’aurais pu distribuer aux artistes pour qu’ils aillent peut-être voir le projet et qui sait, ils l’auraient peut-être partagés. Mais bon, comme on dit, ce qui est fait est fait, et puis l’avantage avec internet c’est que ces vidéos ne disparaîtront pas.

Pourquoi avoir choisi Talentéo pour en parler?

Insaf : Tout d’abord parce que vous m’offrez une visibilité que je recherche. Ensuite, parce que je crois profondément au recrutement 2.0 qui est l’un des thèmes de votre site.

Elodie : Comme le dit votre signature : « Talentéo. Tous les talents accessibles ». Alors je me rends accessible ! C’est surtout que Talentéo est un site traitant de recrutement et des métiers digitaux, il y a donc des chances qu’un recruteur passe par ici !

Chez Talentéo, on a coutume de rappeler que 80% des handicaps sont ivisibles. Conseilleriez-vous aux candidats en situation de handicap de faire un CV vidéo, même si leur handicap est visible?

Insaf : Oui complètement. Le handicap ne doit en rien devenir un frein à la créativité. Je pense que ce qui est vraiment important aujourd’hui, c’est que handicap ou non, il faut tenter d’être le plus original possible et de se démarquer.

Elodie : Que ce soit pour une personne ayant un handicap ou non je ne peux pas vraiment donner de conseil. La question à se poser est surtout : « Est ce que je postule pour un emploi dit créatif et ou un CV vidéo est nécessaire et surtout bien vu?  »

Que conseilleriez-vous à Insaf et Elodie pour trouver le poste qu’elles recherchent?

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00