259

Grâce à nos amis d’En Route pour Rio nous avons eu la possibilité d’interviewer Franck Haudoin, athlète émérite en général, mais surtout dans sa discipline : le tir à l’arc. Il nous parle aujourd’hui de son parcours très sportif suite aux championnats du monde à Paris les 21 et 22 Septembre 2013.

Présentation de l’athlète

Je m’appelle Franck Haudoin, j’ai 39 ans, je suis pacsé et j’ai une fille de 11 ans. Sportif dans l’âme, je pratique le football depuis mes 5 ans et le karaté depuis mes 12 ans, je passe mon diplôme d’arbitre de football à l’âge de 17ans ! Un accident de moto à 20 ans viendra chambouler ma vie, je perds une jambe, je reste 2 ans en rééducation. J’y apprends le tennis fauteuil, je suis de bon niveau mais les déplacements nombreux et coûteux me font arrêter pour m’attacher à ma vie de famille. Je me lance dans le tir à l’arc en 2003 et en tombe littéralement amoureux.

Quelle est ta fonction en Equipe de France et depuis quand en fais-tu partie ?

Je suis archer de l’équipe de France arc à poulies depuis 2005 avec mes premiers mondiaux en Italie ! Ma progression a été constante jusqu’à participer aux Jeux Paralympiques de Londres en 2012. Terminant 9ème, j’ai pu alors glaner la 6ème place mondiale !

En tant qu’archer qu’est-ce que cela fait/représente de pouvoir tirer aux pieds de la Tour Eiffel ? Cela a-t-il une saveur particulière ? 

C’est une sensation énorme, même préparé par ce type de format avec les Jeux (écran géant, speaker, etc…), là c’est chez soi. La famille, les amis sont présents, une bouffée de chaleur nous prend aux tripes au moment de monter sur le pas de tir ! Puis le match se lance et on se recentre sur nous-même et donnons le meilleur ! Battre en plus le champion paralympique en titre sur la distance, dans laquelle il a obtenu ce titre un an auparavant, est plutôt  »jouissif », que du bonheur ! C’est une expérience incroyable vraiment, des frissons parcourent mes bras même en l’écrivant.

Tu as joué la flèche de la mort subite pour remporter ton match face au champion paralympique en titre. Comment as-tu géré cela ? Surtout que ton tir était quasi parfait (certainement le plus beau de ta représentation).

Ce genre de flèche, on apprend à la travailler et à la gérer, cela n’est jamais simple et toujours différent. C’est une force mentale et une certaine confiance en soi. On donne tout sur cette dernière, cela passe ou casse, et on a jamais envie que ça casse !!

Mon efficacité sur ce moment vient aussi de la confiance car j’étais mené et je suis revenu sur lui pour lui arracher cette égalité et avoir le droit de tirer cette dernière flèche. Lui était du coup plus dans le doute alors que moi je venais de faire 29/30 à la dernière volée, pour préparer ce barrage. Je me suis tourné vers mon coach et je lui ai dit « s’il ne fait pas un beau dix, il a perdu ! ». J’étais sûr de moi et de ma technique: j’ai occulté son score de flèche, j’ai visé « la croix » et j’ai lâché. Je savais qu’elle y allait ! Mais ce fût une sensation géniale de voir où elle était arrivée !

Ton coach a-t-il une importance dans cette réussite à ce moment précis ? Mots échangés, conseils… 

Oui comme j’ai pu le décrire sur la question d’avant, il a été de très bons conseils jusqu’à cette flèche ! De prendre mon temps, d’analyser les choses et de les vivre, le moment, les spectateurs, le lieu… Ces simples mots pour le barrage ont été « Ok. Vis-le. C’est ton moment. Tu sais le faire ! ».

Qu’as-tu pensé de l’intégration d’une représentation handi avant l’événement ?

C’est tout simplement extraordinaire ! Jamais on n’aurait pu penser vivre ça un jour. C’est un grand pas pour nous, même s’il en reste beaucoup à faire, comme pour tous les sports handi. Nous avions eu un championnat du monde en 2011 à Turin, où notre entrée se faisait juste après les finales valides, c’était fort aussi, sauf que nos finales n’ont pas eu lieu au même endroit que pour les valides. Ce fût une petite déception ! Alors que là c’était pendant leur compétition, un vrai rêve !

Quelles conclusions en tires-tu après l’événement ? Cela a-t-il été bien organisé ?

Cela a été très bien organisé pour le dimanche, un peu moins pour le samedi. Les collègues ont dû tirer 4h plus tard que prévu et surtout après les podiums valides. Du coup peu de monde dans les gradins, contrairement à nous le dimanche ! Donc quelques petits couacs mais pour une grande première on ne peut pas se plaindre !

Il faut avouer qu’il est très rare de pouvoir assister à une représentation handi… Suite à celle-ci, as-tu eu des retours positifs ?

Oui, notamment de ma famille et de mes amis qui viennent sur des compétitions pour me voir, mais qui ne sont pas de cet ordre ! De plus la vidéo de mon match complet 8 jours après permet à encore plus de monde de voir que le niveau handi n’est pas si loin du valide. Nous aussi pouvons leur apporter de belles émotions, ça aide à être un peu plus médiatisé. C’est ce qu’il manque beaucoup à notre sport !

Venez suivre sa représentation en vidéo par ici !
Encore Merci à Franck pour sa participation ainsi que pour son Grand Coeur ! Suivez son compte Twitter.

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00