En savoir plus sur Talentéo
30OCT 13

Travailler avec un(e) collègue... en fauteuil

Chaque mois notre série « Travailler avec un collègue en situation de handicap » aborde une pathologie différente posant parfois problème au travail. Cette fois-ci apprenez-en plus sur la relation avec un collègue en fauteuil roulant.

Talentéo insiste régulièrement sur le fait qu’il est tout à fait possible de concilier handicap et emploi. En effet, il est important de réaliser que le handicap reste une particularité dans un parcours de vie. L’essentiel est donc d’en parler à ses proches, qu’ils appartiennent au domaine privé ou professionnel, afin de se concentrer sur ce qui fait notre force et compenser les éléments négatifs pour avancer dans le bon sens.

Le déplacement en fauteuil, au même titre que n’importe quel handicap, mérite que l’on s’informe plus sur les différentes pathologies. Souvenez-vous, nous avions déjà évoqué la dépression, la déficience visuelle, l’anxiété et les phobies, la maladie de Crohn, la déficience auditive et l’autisme Asperger.

Il recouvre l’ensemble des troubles pouvant entraîner une atteinte partielle ou totale de la motricité, notamment des membres supérieurs et/ou inférieurs (difficultés pour se déplacer, conserver ou changer une position, prendre et manipuler, effectuer certains gestes).

Le handicap nécessitant un déplacement en fauteuil concerne « les personnes atteintes de déficience motrice qui représentent environ 2 300 000 personnes, soit 4% de la population générale. Parmi ces personnes, deux tiers environ cumulent au moins deux déficiences. La déficience motrice isolée ne constituerait en effet que 1,5% de la population générale.» (Enquête du CTNERHI).

Il existe différents types de handicaps moteurs, dont les plus courants sont l’agénésie ou l’amputation, l’arthrogrypose,  les blessures médullaires, l’infirmité motrice cérébrale, les maladies neuromusculaires, l’ostéogénèse imparfaite, le spina-bifida, le traumatisme crânien, etc…

Nombreuses personnes en fauteuil ont été mises en avant, notamment François Cluzet dans le film Intouchables (inspiré du vécu de Philippe Pozzo di Borgo), le professeur François Xavier dans X-men ou encore Philippe Croizon, athlète français amputé des 4 membres.

Fauteuil et travail en équipe

Les personnes en fauteuil selon Sébastien, « ne sont pas moins compétentes, moins efficaces ainsi qu’une charge pour les collègues (bien que souvent les gens ont tendance à penser qu’ils vont être obligés de faire le travail à leur place ou au moins une partie de leur travail). »

Pour Thierry le réel problème des personnes en fauteuil « c’est l’aménagement des postes de travail qui pose souvent des problèmes aux entreprises ». Un frein à l’embauche qui provient d’une mauvaise accessibilité.

Au travail elles ont principalement besoin:

  • D’un accès facilité à leur espace de travail (environnement extérieur)
  • D’un bureau aménagé à leur besoin
  • Un emploi du temps adapté selon leurs capacités (quelles soient physiques, psychiques, etc…)
  • D’espaces tous conçus pour leurs déplacements

Selon différents témoignages, les postes qui ne peuvent pas être effectués (ou difficilement) sont liés à la manutention, aux charges lourdes, au gros œuvre, à l’entretien des espaces verts… Chaque personne est différente et a des besoins particuliers qu’il sera important de relever.

Avec son environnement professionnel

Selon Sophie, il faut « en parler le plus souvent et le plus librement possible pour permettre un travail plus adapté à la situation. Si on ne dit rien on se met face à des problèmes, des quiproquos. Par exemple, s’il y a fatigue ou autre problème nocif à la compréhension, l’équipe peut penser qu’il y a un manque d’investissement ou un manque de travail. »

Pour Colie il faut en parler « le plus naturellement possible et surtout en gardant la joie et en restant positif ! »

Réaliser les atouts des personnes en fauteuil

Ce sont généralement des personnes volontaires et réfléchies ayant des talents à découvrir. Chaque profil demande de s’interroger et de voir plus loin que la partie physique.

Et vous les entreprises, qu’attendez-vous pour leur ouvrir vos portes ? Collaborateurs, avez-vous rencontré d’autres difficultés dans votre quotidien de travail? Vos anecdotes et questions sont les bienvenues dans les commentaires!

A lire également :

 

A lire également:

Mots clés: , ,

Poster un commentaire

*

Commentaires (2)

avatar

gruyton

14 janvier 2015 - 7 h 37 min

je suis atteind de diabete 2 et en fauteuil, j’ai réussi à faire 4 mois de nuit eet de jour au sein d’un casino, rien n’était adapté pour le poste de travail comme le reste. au bout d’un mois une chaise fut mise à ma disposition, mais une semaine avant la fin du contrat elle me fut retirée.
Je me demande bien à quoi servent les speudo associaitions qui gérent les aides pour les personnes handi, il y avait une estrade haute pour accéder au poste de travail, pas possible de l’aménager, trop chére, etc etc, si le poste de travail et les horaires avaient un temps soit peu été adaptée je travaillerais encore et avec le sourire, mais à par une chaise orthopédique pretée pour un temps, rien d’autre, quand j’ai rendu compte de mes difficultées croissante pour les horaires de nuit, on m’a répondu, à tu fait chier toi.1er réflexe, tes rotules vont peter; mais bon j’ai ronger mon frein, le handicap n’est pas un frein à l’emploi, le manque de volonté pour aider un peu lui l’est

    avatar

    c.degarcia

    2 février 2015 - 12 h 05 min

    Bonjour,

    Merci pour votre commentaire.
    Cependant, veillez à ne pas faire de votre expérience une généralité : aujourd’hui de nombreux acteurs qu’ils soient du domaine de l’associatif, qu’il s’agisse d’intermédiaires comme nous ou encore de mission handicap d’entreprise, font tout pour faire bouger les lignes au maximum.
    Contactez directement la mission handicap de votre future entreprise et faites le lien avec l’agefiph pour demander des aménagements pour votre poste de travail. Beaucoup de choses sont mises en place mais elles sont malheureusement encore assez peu connues !

Retour en haut de page

Les incontournables