En savoir plus sur Talentéo
18AOU 17

Travailler avec un(e) collègue atteint(e) de TDA/H

Chaque mois, Talentéo porte un coup de projecteur sur le handicap au travail pour poursuivre sa série « Travailler avec un(e) collègue en situation de handicap ». Nous continuons aujourd’hui avec un article sur le TDA/H.

Chaque vendredi du mois d’août, nous revenons sur notre série « travailler avec un(e) collègue en situation de handicap ». Article original publié le 27 octobre 2014.

Handicap : Travailler avec un collègue atteint de dyspraxie

Qu’est-ce que le TDA/H?

Le Trouble du Déficit de l’Attention, avec ou sans Hyperactivité – TDA/H – est un trouble neurobiologique répertorié aussi bien chez les enfants et adolescents qu’au sein de la population adulte. Le TDA/H entraîne des difficultés de concentration et d’attention, qui sont parfois couplées avec des réactions impulsives et des comportements hyperactifs. Il se caractérise aussi par des symptômes émotionnels tels qu’une hypersensibilité, des changements d’humeurs brutaux et imprévisibles.

Il s’agit d’un handicap invisible dont les impacts sur la vie professionnelle des individus qui en sont victimes ne sont pas négligeables. Parmi les symptômes les plus courants, on peut citer:

  • Le déficit d’attention
  • Une Hyper– ou une Hypoactivité
  • Une tendance à l’impulsivité
  • Des problèmes d’organisation, de prise de décisions, de gestion du temps
  • Des angoisses liées aux performances et aux objectifs couplés à des troubles de l’estime personnelle

Les TDA/H sont catégorisés en 3 types:

  • Le type inattentif, ou TDA: le moins visible car sans impact négatif direct sur leur entourage. Au contraire, les individus faisant partie de cette catégorie sont, aux yeux du monde extérieurs, plutôt considérés comme apathique et déconnectés du monde. De manière générale, ils passent d’une idée à l’autre sans véritablement s’investir ni, par conséquence, les mener à bien.
  • Le type hyperactif: Chez l’adulte, cela regroupe des individus qui essaient de mener plusieurs tâches à la fois, mais ne les terminent pas. Ils se fixent des objectifs trop nombreux et souvent trop ambitieux pour être atteints.
  • Le type impulsif: Caractérisé par des comportements irréguliers, parfois excessifs. Il prend souvent des décisions irréfléchies, cédant en ce sens à son impulsivité.

Ces 3 types ne sont pas exclusifs et il est fréquent que les personnes en situation de troubles de l’attention alternent sur des cycles plus ou moins courts entre ces différents types.

Quelle part de la population est atteinte de TDA/H?

On estime qu’environ 1 enfant sur 20 est atteint de Trouble déficitaire de l’attention, avec ou sans hyperactivité. Même si ce trouble est moins présent au sein de la population adulte, on évalue cette proportion entre 2 et 4% des adultes, tous types de TDA/H confondus.

Quelles sont les personnalités atteintes par ce handicap?

Nous l’avons évoqué au début de cet article, cet handicap est assez fréquent, même au sein de la population adulte. Ainsi, au fil des époques et des domaines, de nombreuses célébrités sont concernés par cette situation. On peut notamment mentionner:

Quels sont les préjugés les plus courants quant à l’efficacité professionnelle des personnes atteintes de TDA/H?

Les préjugés qui reviennent le plus souvent sont liés au type de TDA dont souffre la personne. Ainsi, une personne de type inattentif sera perçue comme non impliquée et non motivée dans son travail. Son engagement au sein de ses différentes missions peut même être remis en cause, de par l’impression de « déconnexion » quant au monde extérieur qu’il peut renvoyer. Quant aux types impulsifs ou explosifs, l’image qu’ils peuvent renvoyer est celle de quelqu’un naviguant constamment entre plusieurs tâches, de façon irrégulière et irréfléchie, sans les mener à bien.

De manière générale, les préjugés auxquels les personnes souffrant de ce handicap sont confrontées sont liés à leur productivité: leurs réactions quant aux tâches à effectuer diffèrent le plus souvent de celles de leurs collègues, d’où l’existence d’a priori le plus souvent négatifs.

Quels sont les symptômes courants que l’on retrouve dans le monde du travail?

Dans un contexte professionnel, les symptômes les plus courants de personnes souffrant de TDA/H sont une concentration limitée et une attention qui navigue entre plusieurs tâches simultanément. Si votre collègue a tendance à commencer un grand nombre de tâches sans vraiment les amener à leur terme ou s’il semble excessivement désorganisé, cela peut indiquer un TDA/H plutôt qu’un simple manque de rigueur ou de méthode.

Quelles sont les réelles difficultés des personnes atteintes de TDA/H dans leur travail?

Il faut noter que les TDA/H regroupent une multitude de réalités et que tous les individus qui en souffrent ne voient pas leur vie professionnelle être influencée de la même façon.

Ceci étant dit, les difficultés professionnelles des personnes atteintes de TDA/H regroupent celles évoquées précédemment, à savoir une productivité plus faible ou du moins plus irrégulière, du fait des aléas de leur capacité de concentration et d’investissement prolongé dans une tâche.

De ces problèmes découlent des difficultés plus graves car ayant un impact plus lourd à la fois sur l’environnement de travail et le bien être au travail des personnes qui en souffrent. Ainsi, de par les difficultés à rester concentrer, les actifs souffrant de ce handicap peuvent mettre en péril l’efficacité de leurs collègues. Ils sont parfois perçus comme chaotique et leur façon de travailler n’est généralement pas en adéquation avec les normes appliquées dans l’entreprise.

A une échelle personnelle ce type de handicap, couplé à des cultures d’entreprises souvent axées sur une culture du résultat et de la performance, peut avoir des conséquences psychologiques de 1er ordre. Parmi celles-ci, on retrouve notamment, la perte de confiance en soi, la remise en cause de ses compétences et de ses savoir-faire ou encore un risque accru de burn-out ou de déprime.

Le TDA/H, seulement un handicap?

Il nous parait approprié de clôturer cet article en insistant sur le fait qu’avoir un TDA/H n’implique pas que des conséquences négatives. Ainsi, les difficultés rencontrées sont parfois équilibrées par des plus grandes facilités ou des traits de caractère particuliers. En ce qui concerne ces effets positifs nous pouvons citer, de façon non exhaustive:

  • Une curiosité développée
  • Une originalité dans la réflexion
  • Une plus grande franchise face à soi même
  • Un sens de l’adaptabilité
  • Une créativité exacerbée

 

Vous êtes atteint(e) de TDA/H et souhaitez témoigner? Vous travaillez avec une personne atteinte de TDA/H? La parole est à vous!

 

© 2017 Talentéo. Toute reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur.

A lire également:

Mots clés: ,

Poster un commentaire

*

Commentaires (4)

avatar

Camille

26 mars 2017 - 14 h 42 min

Bonjour
Je rejoins Da : je pense tda (hypo) + HP
Pas encore diagnostiquée non plus effectivement ça coûte cher (200€)
Je compte le faire cet été, quand mon emploi du temps me le permettra davantage. J’ai repris des études en BTS alternance et bien que ça m’intéresse, beaucoup ! Je suis confrontée tous les jours à mes difficultés et ce n’ai pas facile à vivre. Le système éducatif n’est pas adapté : à part un tiers temps à l’examen accordé pour cause de dyslexie (diagnostiquée en 1ere année de BTS) les contenus des cours la forme, les délais.. ne sont pas adaptables. Le regard extérieur, même si on essaie de se montrer indulgent avec soi même, pèse Toujours. On est pas compris on a tout le temps à se justifier. Le diagnostic aiderait peut être sur ce point je me dis mais encore faut il que les personnes puissent comprendre ce dont il s’agit… Je voulais donc vous dire merci pour cet article qui œuvre dans ce sens.
Et aux autres personnes qui liraient cet article, vous n’êtes pas seuls. À l’entourage, collègues etc.. on a des choses intéressantes à apporter, alors si possible laisser une marge d’adaptation ça aide beaucoup ! (La pitié non…)
Ouvrons notre vision du monde, ça vaut pour tous les handicaps. Pas inférieurs, juste différents par rapport à une norme.
Merci de m’avoir lue.

avatar

Nath

21 février 2017 - 10 h 01 min

Je faisais des recherches sur internet pour mon conjoint, qui souffre de procrastination chronique et de manque d’assiduité pour ses objectifs personnels …
Plus je lis, plus je comprends que je suis sans doute concernée, les tests en tout cas sont révélateurs …
Ma vie professionnelle a toujours été chaotique, changement frequent de travail et en ce moment les reproches qu’on me fait sont l’inattention et le manque de concentration.
En pregnant conscience que je suis potentiellement atteinte de TDA, j’ai les larmes qui me montent aux yeux, parce que je realise que la lute que je mène contre moi meme depuis des années pour m’intègrer est liée à quelque chose qui n’a jamais été diagnostiquée. Et ça ça fait vraiment mal parce que ça fait 44 ans que je suis en lutte. RV le 14.04 pour un diagnostic chez un neurologue on verra bien la suite.

avatar

Da

7 janvier 2017 - 1 h 02 min

Je pense être dans ce cas mais avec 2 lettres en plus.
TDAH + HP.
S’en assurer coûte trop cher.
C’est très difficile à vivre. Car on change constamment de job et d’études. On fait tout en même temps et on procrastine.
Tout me plaît et il est difficile de choisir.
Je faisais tout au dernier moment. Le stress me permets de faire les choses plus facilement.
J’ai plusieurs diplômes et c’est seulement depuis 2 ans (40 ans) que je me rends compte que j’ai peut être le TDAH.
La galère qui donnerait un sens à mon manque de concentration, mes rêveries.

avatar

françois

4 janvier 2017 - 16 h 42 min

il en est de même pour la TDA H que pour toute maladie chronique : démarche d’insertion professionnelle ! : http://www.officiel-prevention.com/sante-hygiene-medecine-du-travail-sst/service-de-sante-au-travail-reglementations/detail_dossier_CHSCT.php?rub=37&ssrub=151&dossid=554

Retour en haut de page

Les incontournables