62

Les championnats du monde IPC de Natation handisport se sont achevés Dimanche 18 Août après une semaine d’intense compétition au complexe aquatique Jean Drapeau de Montréal. Retour sur les 3 dernières journées des épreuves.

Pour rappel, la délégation française n’était constituée que de 7 nageurs qui ont porté haut le drapeau tricolore. Avec 7 médailles, la France se place 22ème nation au tableau des médailles dominé par l’Ukraine devant la Russie et la Grande Bretagne.

On notera qu’une forte communauté d’internautes était présente toutes les nuits (décalage horaire oblige) afin de suivre les finales sur le très bon streaming de l’IPC. Retrouvez les vidéos ici :

Le bilan des nageurs français

Elodie Lorandi

Elodie Lorandi est la fer de lance de la natation handisport de notre pays, cela s’est confirmé une nouvelle fois. La nageuse d’Antibes s’est offert le seul titre français sur le 400 mètres nage libre, assorti d’un record du monde. Elle est à l’heure actuelle intouchable sur la distance.

Elodie décroche également 2 médailles d’argent sur le 100 mètres nage libre et sur le 50 mètres nage libre (record d’Europe) derrière la nageuse néo-zélandaise Sophie Pascoe. On risque d’ailleurs d’assister à de nombreux autres duels comme ceux ci, ces nageuses étant sensiblement du même âge.

La nageuse tricolore se rapproche de plus en plus des performances de la nageuse des antipodes et pourrait bien, à force de travail, passer devant durant les prochaines saisons. Enfin, Elodie complète sa collection avec une médaille de bronze sur le 100 Mètres Papillon qui n’est pas sa spécialité mais qu’elle travaille de plus en plus.

En conclusion, Elodie Lorandi est notre valeur sûre pour Rio 2016.

Charles Rozoy

Charles Rozoy présente un bilan satisfaisant avec 2 médailles de bronze dans une catégorie de plus en plus relevée. La déception d’abord avec la perte de son titre du 100 mètres papillon dont il était le grand favori. Malheureusement, comme il l’a avoué lui même sur les réseaux sociaux, il a été battu par plus fort que lui mais s’est accroché au podium.

On rappelle toutefois que cette année pour lui n’a sans doute pas pu lui permettre de s’entraîner parfaitement puisqu’il avait décidé de répondre à un maximum de sollicitations pour faire découvrir son sport.

En revanche, la belle surprise est venu de son podium sur 50 mètres nage libre qu’il est allé chercher au mental le dernier soir de la compétition et qui lui laisse pas mal d’espoir pour Rio. Enfin, on notera une belle 5ème place sur le 200 mètres 4 nages qui selon son aveu est trop long pour lui…

Charles sera là et bien là pour les prochaines échéances avec des résultats encore meilleurs.

David Smétanine

David Smetanine a fait un exploit formidable en décrochant une médaille de bronze sur le 50 mètres nage libre. Il a abordé ces championnats du monde avec seulement 5 semaines d’entraînement intensif dans les bras suite à une mauvaise fracture. Le voir entrer en finale était déjà une grosse satisfaction.

C’était sans compter sur l’entêtement du conseiller grenoblois à vouloir tirer son équipe nationale vers le haut. Malheureusement, sur le 100 mètres nage libre, il craquait dans les 25 derniers mètres, laissant échapper le podium et prenant une très honorable 4ème place. De même sur le 200 mètres nage libre qu’il nagea à sa main.

David est un vrai capitaine de route pour les nageurs tricolores et continuera dans l’avenir à aider ses compatriotes à donner le meilleur d’eux mêmes.

Eztitxu Vivanco

Eztitxu Vivanco a frôlé l’exploit sur le 100 mètres dos, échouant à la 4ème place à 2 dixièmes de la médaille de bronze. Dans sa spécialité, la nageuse basque devrait très rapidement s’installer sur les podiums si elle continue à s’entraîner de la sorte.

Ce fut un petit peu plus difficile sur la nage libre, puisqu’elle ne réussit pas à se qualifier pour la finale ni sur 50 mètres, ni sur 100 mètres, mais elle a appris à mesurer le travail lui restant à accomplir pour devenir une nageuse polyvalente.

Eztitxu sera à Rio pour une médaille sur le 100 mètres dos et représente l’avenir de la natation handisport bleue.

Anita Fatis

Anita Fatis a une fois encore collectionné les places d’honneur en prenant la 4ème place du 50 mètres dos, la 5ème place sur le 50 mètres nage libre, et la 6ème place au 100 mètres nage libre.

Anita n’a rien à se reprocher, elle a tout donné et si ce n’est pas passé cette fois-ci, il devrait y avoir d’autres occasions pour elle de monter sur le podium. On restera toutefois prudent, car à près de 50 ans, celle qui reste un exemple de travail pourrait légitimement être gagnée par une forme de lassitude du haut niveau. Ce que l’on ne lui souhaite évidemment pas.

Anita est un exemple d’abnégation et de travail, et les autres nageurs tricolores s’en inspirent évidemment.

Anaëlle Roulet

Anaëlle Roulet a pris part également à 3 finales, terminant 6ème au 400 mètres nage libre, 7ème sur le 100 mètres nage libre et sur le 100 mètres dos. Son avantage et son inconvénient est de nager dans la même catégorie qu’Elodie Lorandi.

D’un côté il est motivant d’avoir une telle locomotive devant soi, de l’autre comme on l’a vu, deux places sur le podium sont déjà « confisquées ». Pourtant nous croyons fort à son éclosion au haut niveau et à une ou plusieurs médailles lors des prochaines échéances internationales.

Frédéric Bussi

Frédéric Bussi est lui aussi très régulier en finale avec une 4ème place sur le 200 mètres nage libre, une 5ème place sur le 100 mètres nage libre et sur le 50 mètres dos, et une 6ème place sur le 50 mètres nage libre.

Pour Frédéric, le problème se situe au niveau de sa catégorie : on se retrouve avec 2 courses dans la course, les écarts entre handicaps étant très vastes. Il a remporté à chaque fois « sa » course mais en restant très loin du podium. Pourtant, il se bat à chaque occasion avec la même pugnacité que s’il jouait un titre.

Frédéric est encore pour longtemps en équipe de France et nous lui souhaitons d’avoir un jour la chance de nager pour une grande médaille internationale.

L’équipe de France repart donc de Montréal avec de belles médailles et de belles certitudes pour son avenir.
Bravo à elle et merci une nouvelle fois pour toutes ces émotions sportives !

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
Actuellement en live
En live !

Accéder au live