96

Chaque année, durant tout le mois de Novembre, les hommes du monde entier sont invités à laisser pousser leur moustache afin de sensibiliser aux maladies masculines comme le cancer de la prostate. Baptisé Movember, cet événement est organisé par la fondation Movember Foundation Charity. A l’occasion de ce mois spécial, Talenteo vous en dit plus sur les cancers masculins.

 

Le cancer est dû à une prolifération cellulaire, appelée tumeuranormalement importante au sein d’un tissu de l’organisme. Cette maladie peut conduire à la destruction de l’organe où elle se développe, c’est pour cela qu’elle doit être rapidement diagnostiquée et soignée. Parfois il peut y avoir un risque que certaines cellules migrent de leur lieu de reproduction pour former des métastases. Le cancer est la 1ère cause de décès par an en France. 

Pour sensibiliser aux cancers masculins tels que le cancer de la prostate et celui des testicules, la fondation Movember (contraction de « Mo », moustache en argot australien, et November) a eu une idée originale : inviter à porter la moustache durant le mois de novembre dans le but de sensibiliser l’opinion publique et de lever des fonds pour la recherche dans les maladies masculines. L’idée de Movember, c’est avant tout de « changer le visage de la santé masculine » à travers le port de la moustache. Depuis 2003, la Fondation Movember a récolté plus de 597 millions d’euros à travers le monde.

1. Les hommes sont plus touchés que les femmes

Depuis les années 1980, le nombre de cancers a progressé de 63%. Selon l’Institut national du cancer, en 2018, on estime à 382 000 le nombre de nouveaux cas de cancers dont 204 600 chez les hommes, faisant de la France le pays avec le taux le plus élevé d’Europe. Certains facteurs de risque sont communs à la plupart des cancers comme l’âge et des antécédents familiaux. Si pour ces deux catégories, on ne peut rien faire, il existe d’autres facteurs de risques sur lesquels  les individus peuvent agir afin de diminuer le risque de développer un cancer. Parmi ces facteurs on retrouve notamment le tabagisme, l’alcoolisme, l’obésité, la sédentarité et une alimentation déséquilibrée.

En ce qui concerne le cancer du testicule, qui touche principalement les hommes jeunes, le seul facteur de risque est un testicule non descendu dans l’enfance. A noter que les cancers du testicule et de la prostate se guérissent dans presque 100 % des cas s’ils sont détectés de façon précoce.

2. Le cancer de la prostate et du poumon sont les plus répandus

En 2018, le cancer de la prostate a été le plus fréquent des cancers masculins avec 50 400 cas estimés. Suivi par le cancer du poumon avec 31 200 cas par an.

 

  • Le cancer de prostate

Située sous la vessie et entourant l’urètre, la prostate est une glande de l’appareil reproducteur masculin. Son rôle est de produire le liquide séminal qui constitue le sperme. Le cancer de la prostate survient lorsque certaines des cellules prostatiques se reproduisent plus rapidement que d’habitude, donnant lieu à une tumeur.  Si la plupart du temps aucun symptôme n’est perceptible, le cancer de la prostate entraîne principalement des troubles urinaires et érectiles.

Le diagnostic se fait par toucher rectal, échographie, biopsie et prise de sang. Le cancer de la prostate n’a la même fréquence dans tous les pays. En effet, s’il est très courant aux Etat-Unis par exemple, il est moins fréquent en Asie et Europe de l’Est. Des campagnes de sensibilisation sont fréquemment réalisées afin de promouvoir le dépistage qui permet de détecter le cancer de la prostate au plus tôt, avant que la maladie n’évolue.

 

  • Le cancer du poumon

Le cancer du poumon est souvent très invasif car le sang qui transporte l’oxygène nécessaire au bon fonctionnement des organes passe par les poumons avant de circuler dans l’ensemble du corps. Le tabagisme reste la cause principale du cancer du poumon, responsable de 80 à 90% des cas. Parmi les facteurs annexes qui favorisent l’apparition de ce cancer nous retrouvons le tabagisme passif, l’exposition à des produits toxiques (amiante, arsenic, CO2) et la pollution atmosphérique. L’arrêt du tabac reste le geste numéro 1 pour prévenir le cancer du poumon.

 

3. Le cancer du sein concerne aussi les hommes !

S’il concerne moins de 1% des cancers affectant les hommes, le cancer du sein chez l’homme existe ! En effet, ils possèdent des seins qui sont cependant moins développés que ceux des femmes.  Il est donc important que les hommes sachent qu’ils peuvent être concernés par ce cancer, notamment afin de ne pas négliger les symptômes.

Les facteurs de risques liés au cancer du sein pour un homme varie d’une situation à l’autre. Cependant, il a été scientifiquement démontré que le risque de développer un tel cancer augmente avec l’âge. Ainsi, le cancer du sein est plus fréquemment diagnostiqué chez les hommes de plus de 60 ans. Par ailleurs, le facteur héréditaire joue également un rôle important. En effet, les hommes dont un parent proche (homme que femme), a eu un cancer du sein risquent davantage d’être atteints de cette maladie.

 

Si le nombre de nouveaux cas de cancer augmente chaque année, le taux de mortalité lui est en constante diminution depuis 25 ans. Cela s’explique par l’amélioration des traitements et des méthodes diagnostiques qui permettent de déceler les cancers à un stade plus précoce et donc plus facile à prendre en charge.

Vous souhaitez réagir à cet article ? Témoigner ? Rendez-vous sur nos plateformes sociales !

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00