124

Nathalie Benoît a remporté à Londres cet été une médaille d’argent 2e en skiff bras et épaules aux Jeux Paralympiques. Cette senior de 32 ans rattachée au cercle de l’Aviron de Marseille prouve également qu’on peut mener deux carrières de front. Elle est également Professeur des écoles. Retour sur son parcours dans une interview handicap et emploi!

Nathalie Benoit, d’abord félicitations pour votre médaille d’argent à Londres. Hormis une médaille, que vous ont apporté ces jeux paralympiques?

Les jeux ont été un grand moment de partage avec les autres athlètes français mais également avec les sportifs des autres nations. C’était aussi l’occasion pour moi de découvrir des sports méconnus comme le cécifoot ou le rugby fauteuil.

Êtes-vous une sportive professionnelle?

Non.

J’ai cru comprendre que vous étiez enseignante à distance?

Oui, je suis professeur des écoles à plein temps au CNED. J’ai une classe de CE1. Chaque semaine, je reçois les copies de mes élèves que je corrige à mon domicile.

Comment articulez-vous votre vie sportive et votre vie « pro »?

Je m’entraîne tous les matins. Les après-midi et parfois les soirées sont consacrées à la correction de mes copies.

Comment voyez-vous votre futur professionnel?

Au niveau professionnel, je n’envisage pas de changement. Au niveau sportif, je vais continuer à m’entraîner mais je ne suis pas certaine de continuer la compétition en aviron. Par contre j’ai différents projets, le premier étant de relier Paris à Marseille par les canaux.

Handicap et emploi : comment en parler à un recruteur selon vous?

D’après moi, il ne faut rien cacher des contraintes liées au handicap. Le recruteur a besoin de savoir ce qu’il devra mettre en place pour aménager le poste de travail tant au niveau matériel qu’au niveau des horaires… si besoin.

Y a-t-il des choses que vous ne pouvez pas faire à cause de votre handicap?

Il y en a certainement mais actuellement, mon handicap ne m’empêche pas de faire ce dont j’ai envie.

Que pensez-vous pouvoir apporter de différent à une entreprise?

Peut être une autre vision des choses…

Vous êtes un modèle d’adaptation à n’importe quel évènement difficile, n’importe quel traumatisme. Quels conseils donneriez-vous aux candidats dans l’emploi pour surmonter leurs problèmes de santé, et briller comme vous ?

Pour surmonter un problème de santé, la première étape est de l’accepter. Ensuite, je pense qu’il ne faut pas regarder ce qu’on ne peut plus faire mais regarder ce qu’on peut encore accomplir!

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00