145

Le 24 mars dernier, nous apprenions le report officiel des Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo, au plus tard à l’été 2021. Si le report des Jeux Olympiques a largement été relayé par les médias, c’est beaucoup moins le cas des Jeux Paralympiques. Talentéo donne la parole aux athlètes concernés pour connaître leur ressenti et continuer à rendre visible cet événement ! 

Dans ce cinquième épisode, Talentéo est parti à la rencontre de David Smétanine, quadruple médaillé aux Jeux Paralympiques en natation et détenteur de 150 titres de champion de France.

Comment et quand avez-vous appris le report des Jeux Paralympiques ?

J’ai été informé assez rapidement du report des Jeux Paralympiques. En effet, en tant que membre du Comité des Athlètes Paris 2024, j’ai pu suivre les différentes étapes qui ont précédé cette annonce. Ce n’était pas une surprise. Il y avait un risque trop important d’un point de vue sanitaire.

Même pour un éventuel report à l’automne, le délai était beaucoup trop juste. Nous avons besoin d’un certain recul pour construire un bel évènement. Ce report était la solution la plus raisonnable sur le plan sanitaire et sur le plan sportif.

Quel est l’impact sur votre préparation et votre calendrier en vue des Jeux Paralympiques de Tokyo ?

Pour les sportifs il y a un chamboulement qui est total. Comment organiser la fin de saison ? Comment rester motivé et continuer à s’entraîner ? Le confinement a été une sorte de repos forcé pour le corps. En ce qui me concerne, il m’a fallu 15 jours pour m’organiser et me remettre en route. Les compétitions internationales ont toutes été annulées. Ce n’est pas facile de tenir 17 mois sans compétitions majeures.

Aujourd’hui, je suis serein. J’ai appris à prendre le temps et surtout m’imposer un rythme, malgré le confinement. Nous repartons sur une page blanche à partir du 1er septembre. Je prends les choses avec philosophie. Et si ce report était un moyen de faire durer le plaisir pour ma dernière année à haut niveau ?

Comment avez-vous adapté votre préparation avec le confinement ?

Sans date réelle de reprise d’entrainement ce n’est pas évident de rester motivé. Même si le sport est une activité sans aucune certitude, en temps normal nous connaissons au minimum les dates et les échéances à venir. Ici, nous sommes dans un flou artistique total. Nous connaissons seulement la nouvelle date des Jeux Paralympiques.

Il y aura sans doute un championnat européen et mondial qui se rajouteront au cours de l’année. Cela représente trois compétitions majeures en 12 mois. C’est énorme, mais il ne faudra pas se tromper d’objectif. Pour moi, ça sera les Jeux Paralympiques. Une cinquième participation et je l’espère une dixième médaille à la clé !

Comment expliquez-vous le manque de visibilité des Jeux Paralympiques dans les médias ?

Je n’ai pas tous les éléments de réponse, mais je pense que cela est lié au fait que, traditionnellement, les JO ouvrent le bal. La presse souhaite donc faire le buzz à travers les Jeux Olympiques en premier lieu. Sans doute que les journalistes estiment qu’ils ont assez de matière avec les sportifs olympiques pour traiter le sujet. Les médias pourraient faire un tir groupé, cela serait plus pertinent, plus fort et innovant. On aurait enfin quelque chose de complet. Malheureusement, ce n’est pas encore le cas.

Cependant, de plus en plus d’acteurs tentent de faire évoluer la situation. Il ne faut pas oublier qu’après Tokyo 2021, il y aura Paris 2024. La France a décidé de mettre un logo identique pour les Jeux Olympiques et Paralympiques. Cela contribue à mettre tout le monde sur le même pied d’égalité. A noter également que l’appellation officiel pour Paris 2024 ce sont les « JOP 2024 » pour Jeux Olympiques et Paralympiques. Ce terme est nouveau et la France est l’un des premiers pays à le mettre en place. La volonté de Paris 2024 est de rapprocher ce mouvement olympique et paralympique pour ne faire qu’une seule et grande équipe.

I have a dream : c’est quoi votre rêve pour 2021 ?

Sur le côté sportif, mon rêve serait que le 2 septembre 2021, 26 ans jour pour jour après ma sortie d’opération à la suite de mon accident, je sois médaillé pour la dixième fois aux Jeux Paralympiques. Cela me permettrait de clôturer ma carrière en beauté. La cerise sur le gâteau serait d’être proposé par ma fédération comme porte-drapeau paralympique. Cette année, le public français votera et choisira le représentant parmi une sélection de sportifs. Ça serait une immense fierté pour mes cinquième jeux.

Evidemment, tout cela ne sera que la finalité d’un épanouissement personnel qui passe par beaucoup de choses, mais avant tout celui d’être simplement heureux dans mon quotidien.

Comment vous suivre et vous soutenir ?

Il y a mon site internet sur lequel vous pouvez retrouver l’ensemble de mon actualité. Egalement, l’ensemble de mes réseaux sociaux : Instagram, Facebook et Twitter. Chaque réseau social a une place et je leur accorde du temps. Les messages de soutien font toujours plaisir. N’hésitez pas à m’écrire !

Merci à David Smétanine pour cette interview. Nous vous donnons rendez-vous prochainement pour un nouvel épisode. Continuez à rendre visibles les Jeux Paralympiques en partageant cet article !  

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
En live !

Accéder au live