454

Lorsque le groupe TF1 a réalisé des saynètes pour sensibiliser les collaborateurs aux stéréotypes autour du handicap, personne ne s’attendait à ce succès. Explications.

A l’occasion de la semaine du handicap en novembre 2013, le groupe TF1 a créé plusieurs saynètes interprétées par des collaborateurs valides et d’autres en situation de handicap. Ce programme, baptisé « Ni plus ni moins », a pour objectif de lutter avec humour contre les stéréotypes. Pensées pour être utilisées pour la communication interne du groupe, ces vidéos, disponibles sur la toile, ont fait réagir les internautes qui ont apprécié la démarche. Christophe des Arcis, directeur central Développement RH et DRH Diversification et directions supports, nous présente la vision du groupe autour du handicap en entreprise.

Pourquoi avez-vous mis en place des saynètes dans le cadre de la semaine du handicap et quel a été l’objectif ?

Notre volonté était de profiter de la semaine du handicap pour évoquer le handicap sous un angle plus léger mais en intégrant des messages forts. A la fin de chaque saynète, nous avons incrusté une image donnant des informations très concrètes et chiffrées sur la thématique. Ces saynètes avaient pour vocation d’être diffusées uniquement en interne. Face au succès rencontré, nous les avons publiées sur le site du groupe TF1 et sur WAT, la plate-forme vidéo de TF1. C’est la raison pour laquelle vos lecteurs peuvent découvrir aujourd’hui l’une d’entre elles. Notre président y fait d’ailleurs une apparition.

Les objectifs fixés ont-ils été atteints ?

Les objectifs ont été atteints à plusieurs titres. D’abord, parce que nos saynètes ont permis d’évoquer le handicap avec humour en se moquant de nos stéréotypes et de nos maladresses. Les retours ont été extrêmement positifs en interne. Nous avons en effet reçu de nombreux messages de félicitation et d’encouragement. Ensuite, parce que les collaborateurs ont été acteurs au sens propre et figuré de cette action. Ils participaient pour la première fois à un tournage et ont partagé des moments avec des collaborateurs de diverses structures du Groupe. Elles ont aussi permis à des personnes d’évoquer pour la première fois leur handicap et à la direction générale d’exprimer son engagement grâce à des apparitions discrètes.

Quelles actions mène TF1 en matière de sensibilisation au handicap ?

Nos trois supports de communication interne – magazine papier, portail intranet et magazine vidéo – relaient très régulièrement notre actualité sur le handicap via des articles, des interviews, des portraits de collaborateurs en situation de handicap ou impliqués sur le sujet… Nous menons également régulièrement des actions de sensibilisation plus participatives autour du handicap et organisons des jobs dating dans nos locaux, notamment avec Cap Emploi.

Ces actions ont-elles fait évoluer le regard des collaborateurs par rapport au handicap ?

Ces actions contribuent bien sûr à changer le regard de chacun sur le handicap. Il faut expliquer, surprendre et l’humour reste un vecteur de communication très efficace, particulièrement sur cette thématique.

Quels sont les freins des entreprises et les idées reçues sur l’emploi des personnes en situation de handicap ? 

Les idées reçues sont encore nombreuses. A TF1, nous avons notamment mis en place des formations Diversités dédiées aux managers, suivies par plus de 400 d’entre eux, afin de combattre les stéréotypes. Ces formations permettent de traiter du handicap en mettant l’accent sur les freins de chacun mais aussi sur l’intérêt pour l’entreprise et les collaborateurs de s’ouvrir à d’autres talents, d’autres profils… Le slogan de notre politique Diversité est « la diversité est une force. Cultivons-la ! ». Nous en avons fait notre maxime.

Sur quels critères doit se baser le recrutement d’une personne en situation de handicap ?

La responsabilité de l’entreprise est de permettre à tous d’être recrutés sur le seul critère des compétences. Aucun poste n’est a priori réservé ou interdit aux personnes en situation de handicap car les handicaps sont variés. Notre politique de recrutement s’efforce de reposer sur deux principes : la prévention des discriminations et l’égalité de traitement.

Merci à Christophe des Arcis pour cet éclaircissement. Vous pouvez retrouver les 4 saynètes proposées par TF1 sur le site du groupe ainsi que sur Wat TV. Vous pourrez ainsi découvrir Harry Roselmack, Evelyne Dhéliat et Christian Jeanpierre !

Que pensez-vous de ces saynètes ? 

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
En live !

Accéder au live