En savoir plus sur Talentéo
08JUN 17

Travailler avec un(e) collègue atteint(e) de schizophrénie

Notre série «travailler avec un collègue en situation de handicap» continue! Aujourd’hui, Talentéo vous fait découvrir, la schizophrénie. Quel est ce handicap, qui parfois fait peur? Quelle part de la population en est atteinte? Comment se traduit-elle dans le milieu professionnel? Zoom sur une pathologie encore méconnue.

Travailler avec un collègue... en situation de handicap

Qu’est-ce que la schizophrénie?

La schizophrénie est une pathologie qui affecte de manière aléatoire la pensée, les sentiments ou les émotions d’une personne. Cependant, toutes ces fonctions ne sont pas affectées simultanément. Ainsi une personne schizophrène peut donc avoir un comportement considéré comme « normal » durant de longues périodes.

Cette maladie peut également avoir des effets sur l’attention, la mémoire ainsi que l’apprentissage. Ce sont ces déficits qui diminuent la capacité de la personne atteinte à réagir de manière appropriée avec son environnement.

Plus concrètement, la schizophrénie peut provoquer des difficultés à établir un contact avec l’entourage voire provoquer des hallucinations visuelles ou auditives. Tout cela peut donner le sentiment d’une forte insécurité vis-à-vis de l’entourage et favoriser un renfermement sur soi.

En France, près d’1% de la population est concernée par cette maladie. Elle survient principalement en fin d’adolescence entre 15 et 30 ans et est reconnue comme la maladie la plus invalidante chez les jeunes.

Qui sont les personnalités concernées par ce handicap?

De nombreuses personnalités sont atteintes de schizophrénie, parmi elles nous pouvons citer :

Travailler avec une personne atteinte de schizophrénie!

La schizophrénie défavorise les personnes atteintes au niveau de leur insertion dans le monde professionnel. Alors que le fait de travailler leur permet au contraire de retrouver une identité et de reprendre confiance en eux. Cependant, les employeurs hésitent encore à recruter des personnes schizophrènes. En effet, elles sont souvent perçues comme des collaborateurs peu qualifiés et peu efficaces, ce qui est un préjugé! 

En effet, cette pathologie n’affecte en aucun cas les capacités intellectuelles des personnes en étant atteintes comme le prouve la liste des talents que nous vous avons montré plus haut.

Ainsi, pour favoriser l’intégration professionnelle, il est essentiel pour les directeurs et managers de sensibiliser l’ensemble des collaborateurs aux handicaps mais surtout aux handicaps invisibles. Il est également important de valoriser les compétences sans pointer l’état de santé.

En cas de conflit ou lorsqu’une personne schizophrène ne sent pas à son aise, il est important que le manager puisse aller vers elle et la rassurer. Dans le cas contraire, le collaborateur risque de se replier sur lui-même.

Quelle que soit la situation, et comme pour tout handicap, le plus important et… d’en parler! La communication permet d’identifier les besoins et les points de vigilance. Cela permettra d’évoluer en toute transparence et en toute compréhension pour que seules les compétences s’expriment!

Vous avez une expérience professionnelle en commun avec une personne atteintes de schizophrénie? Vous travaillez avec une personne concernée par ce handicap? Partager votre expérience grâce aux commentaires!

 

© 2017 Talentéo. Toute reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur.

A lire également:

Mots clés: , ,

Poster un commentaire

*

Commentaires (2)

avatar

Garcia

24 octobre 2017 - 15 h 59 min

Bonsoir,

Bien que n’étant pas un praticien dans le domaine je pense que l’analyse aprés 10 ans de cohabitation au sein de la même entreprise me permets de poser ce diagnostic : ma collègue de travail est atteinte de schizophrénie

En effet, voilà maintenant quelques temps que son comportement à changé.

D’abord je l’ai connu comme bourreau de travail dévoué dans sa période où personne n’était dans sa vie. Soit « mon travail = ma vie »
Puis à débarquer un homme (de 20 ans son ainé = œdipe surement) et là 1er revirement : elle s’est mise à pester contre le volume de travail (qu’au demeurant n’avait pas changer entre temps), puis à se dire « victime » et « poubelle » des autres car « il n’y a qu’à elle qu’on donne du travail »
Aprés nous avons eu des périodes d’accalmie où tout aller pour le mieux, puis recrise suite à son installations permanente avec cet homme, même schéma qu’au dessus : « la victimisation » (en même temps la tendance dans les magasines spécialisés était « le pervers narcisssique » on ne voyait que ça partout (et oui ça faisait vendre et surtout ça a renforcé le faux sentiment d’être une vraie proie du pervers bref ça déclenché une vague de psychose et agravé le cas de beaucoup)

Et cahincaha alternance de « jean qui rit, jean qui crise » jusqu’au dernier épisode depuis 2016 où elle sa maladie l’a pousser à croire qu’on avait installé un logiciel espion sur son téléphone « vieille génération » (à clapet sans aucun logiciel de type android) et elle a laissé trainé un formulaire de plainte contre son fournisseur de téléphonie comme quoi au bureau nous aurions subtilisé dans son dos son gsm et installé un logiciel espion et piraté toutes ses données (la liste était très longue) ceci s’étant passé le temps d’aller au petit coin et de revenir

Voilà où le pic a pris de l’ampleur et elle a continué avec de l’obsessionnel sur 1 des employés en faisant du refus d’execution de travail à faire (mais celui des autres avec le même poste était fait)

Donc voilà quand je lis les articles « hypocrites » de ci de là qui nous font la promotion de l’embauche de personne atteinte malheureusement de cette maladie je dis non car au final ça plombe l’ambiance au travail, ça génére des conflit sous jacent et qui n’ont pas lieu d’avoir mais qui ont lieu du fait que la schizophrénie fait entendre, voir ou ressentir des choses à la personne et des choses qui n’existent pas ou n’existent que dans perception dimensionnelle lors de crise

Donc non je pense que les personnes diagnostiquées comme telles bien qu’elles puissent avoir du talent des atouts ne peuvent évoluer au sein d’un environnement de travail où la majorité des personnes n’est pas atteinte et dire que le travail les sociabilise c’est hypocrite car seuls un établissement avec des diplômes spécialisés sont à même de « manager » ces personnes

    avatar

    Baptiste Juppet

    25 octobre 2017 - 9 h 36 min

    Bonjour, je comprends votre commentaire, cependant il s’agit de votre propre expérience qui ne saurait faire figure de généralité. Nous n’avons jamais dit que le handicap est un sujet simple, mais qu’il ne doit pas empêcher un employeur d’embaucher des talents.

Retour en haut de page

Les incontournables