En savoir plus sur Talentéo
01SEP 17

Travailler avec un(e) collègue atteint(e) d'asthme

Notre série « travailler avec un collègue en situation de handicap » continue! Nous abordons aujourd’hui l’asthme. Quel est ce handicap? Quelle part de la population en est atteinte? Comment se traduit-il dans le milieu professionnel? Réponses.

Chaque vendredi de la période estivale, nous revenons sur notre série « travailler avec un(e) collègue en situation de handicap ». Article original publié le 2 mars 2016.

Travailler-avec-un-collègue

Qu’est-ce que l’asthme?

C’est dans l’Iliade, d’Homère, qu’est employé pour la première fois le terme « asthme ». Celui-ci signifie « courte respiration » et qualifie une « suffocation atroce » dont aurait souffert le personnage Hector. Par la suite ce mot est repris par le poète Eschyle et le philosophe Platon avant d’être finalement utilisé médicalement par Hippocrate dans les « Aphorismes ».

Vous l’aurez compris, cette pathologie concerne la respiration et plus précisément les bronches. L’asthme n’est pas forcément un handicap au quotidien car il survient par crises. Lors de celles-ci la personne y étant soumise éprouve des difficultés à respirer. Cela s’explique par une sur-réaction des bronches à un environnement. Lors d’une crise, ces dernières voient leur diamètre réduit à cause d’une inflammation.

Nous pouvons distinguer 3 types d’asthme:

  • L’asthme chronique, qui se traduit par une inflammation chronique des bronches ne dépendant pas de l’environnement. Celle-ci s’installe lentement et progressivement, si bien qu’une personne y étant sujette peut ne pas la remarquer pendant de nombreuses années.
  • L’asthme allergique est la forme la plus grave à court terme. Il s’agit d’une ou plusieurs crises causées par une réaction excessive des bronches du malade à un agent extérieur.
  • L’asthme d’effort se manifeste pendant une activité physique intense. Celle-ci provient d’une forte sollicitation des bronches qui, ici encore, sur-réagissent.

Bien que chaque malade corresponde plus à l’un ou l’autre des types, il ne s’agit que d’une manifestation générale de la maladie: il n’est pas rare qu’une personne asthmatique chronique connaisse des crises d’asthme allergique ou de l’asthme d’effort et inversement.

Quelle part de la population est atteinte d’asthme?

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), près de 300 millions de personnes souffrent d’asthme dans le monde. La France connaît chaque année 15 000 hospitalisations par an pour crises d’asthme et 1 000 décès. Cette maladie est responsable de 600 000 jours d’hospitalisations par an.

En 40 ans, cette pathologie a connu une expansion rapide dans les pays développés. Cela s’explique par le développement rapide de l’industrie. Des études récentes corrèlent l’augmentation de l’asthme avec le Bisphénol A, un composant interdit en France depuis 2010.

Qui sont les personnalités atteintes de ce handicap?

De nombreuses personnalités sont atteintes d’asthme, parmi-elles nous pouvons citer:

Quels sont les préjugés les plus courants quant à l’efficacité professionnelle des personnes atteintes d’asthme?

Le principal préjugé peut être la confusion entre handicap et paresse lors de la déclaration d’une crise d’asthme. En effet, la personne en étant sujet manquant d’oxygène, elle subira alors une forte fatigue le temps de reprendre son souffle, souvent à l’aide d’un inhalateur.

Si ce handicap reste la plupart du temps totalement invisible aux yeux de l’entourage professionnel, une crise d’asthme d’ampleur peut être très impressionnante. L’individu y étant sujet se trouve alors en état de suffocation et peut dans les cas extrêmes nécessiter l’intervention d’une équipe médicale.

Quels sont les symptômes courants que l’on retrouve dans le monde du travail?

Les personnes asthmatiques ont pour la majorité simplement besoin d’une pause le temps qu’une crise se dissipe. La durée nécessaire peut varier suivant les individus, et c’est pour cela qu’il est important de simplement rester à leur écoute.

Il n’y a pas vraiment d’aménagements requis excepté d’éviter le contact avec certaines substances pouvant irriter les voies respiratoires comme le chlore ou les gaz industriels. Celles-ci peuvent favoriser l’apparition de crises et amplifier le handicap.

Quelles sont les réelles difficultés des personnes atteintes d’asthme?

Les difficultés rencontrées sont celles émanant des manifestations du handicap. Il peut ainsi s’agir de fatigue provoquée par le manque d’oxygène, d’une difficulté à effectuer des efforts sur le long terme ou encore d’un inconfort face à un environnement pollué.

C’est parce qu’il existe une multitude de situations possibles qu’il est essentiel d’en parler. C’est en communiquant sur les besoins de la personne concernée que seules les compétences s’exprimeront.

lire également:

Vous êtes atteint(e) d’asthme? Vous souhaitez témoigner? La parole est à vous!

 

Logo Allianz ArticleCet article est écrit en collaboration avec Allianz France, assureur généraliste, spécialiste du patrimoine et de la protection sociale. Engagé sur la thématique du handicap, le Groupe Allianz propose de nombreuses opportunités professionnelles. Retrouvez-les sur son site carrière

 

© 2016 Talentéo. Toute reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur.

A lire également:

Mots clés: , , ,

Poster un commentaire

*

Commentaires (1)

avatar

LUcia

2 février 2018 - 7 h 39 min

BOnjour. J’ai un problème d’asthme au travail. La majeure partie du temps mes crises apparaissent là. Je m’étais inscrite aussi à des cours de natation à la piscine mais j’ai dû abandonner. Pour moi à 54ans c’est difficile d’accepter cette nouvelle maladie et je dois faire face à des inconvénients que cela m’apporte majoritairement au travail. Tout a commencé là par les fragrances d’une collègue. Ça débuté avec de la toux et jusqu’à des crises d’asthmes. L’irritation que ça me cause aux bronches n’est pas tout à fait compréhensible auprès de certaines collègues et mon employeur. Et de plus je suis dans un vieil édifice avec de la ventilation qui n’a jamais été nettoyée avec des tapis mur à mur. Un chauffage inadéquat et un taux d’humidité de 15% environ. Je suis tjrs au mêmes endroit et avec la même collègue et je m’expose à un environnement qui ne me net plus. Que faire. J’ai passé des tests de fonction respiratoire avec methacholine qui se sont avérés positif mais je suis en attente de voir un pneumologue. Ça fait depuis juin que j’en vis ca. En décembre j’ai fait une pneumonie et fais une dépression de 3 mois. De retour au travail …. rien n’a changé.

Retour en haut de page

Les incontournables