277

Après le canada, Talentéo, en partenariat avec En Route Pour Rio, vous emmène au Brésil, à la rencontre d’une athlète handisport hors-normes, Terezinha Guilhermina. Suivez-le guide pour une interview haute en couleurs!
A vos marques... L'interview de Terezinha Guilhermina

 Terezinha Guilhermina et Dilma Roussef, présidente du Brésil

Terezinha Guilhermina est une athlète paralympique brésilienne. Sa discipline de prédilection? L’athlétisme, sur le 400, 200 et 100m. Elle concourt dans la catégorie des athlètes souffrant d’une perte totale de vision. Côté palmarès, elle a notamment décroché l’or aux Jeux Paralympiques de Pékin en 2008 et de Londres en 2012 sur 200m.

Nous vous voyons toujours maquillée, avec des bandeaux originaux, pouvez vous nous expliquer pourquoi vous faites toujours autant attention à votre look?

J’aime me montrer et je me sens bien ainsi. Je suis fière d’être une femme, et je sais qu’en tant qu’athlète, beaucoup de personnes me regardent donc je me débrouille pour qu’ils me voient très colorée, jolie et originale.

Vous êtes toujours pleine de joie de vivre, toujours prête à danser juste avant le départ de vos courses, cela ne gêne pas votre concentration?

La danse et la joie sont des choses qui me relaxent. J’imagine que tous les gens me regardent. Comme je ne peux pas les voir, je veux qu’ils me supportent. Pour cela, j’essaie de paraître la plus sympathique possible. Cela ne me déconcentre pas: ça m’aide et m’oblige à faire de mon mieux. Plus la compétition est importante, plus je me montre et m’amuse avec l’objectif de me détendre et de faire de mon mieux. Et grâce à Dieu, ça fonctionne plutôt bien!

Même en dehors de la piste, vous êtes toujours accompagné de Guilherme Santana, pouvez vous nous expliquer quels sont les liens qu’il faut tisser avec son guide?

Mon guide Guilherme et moi, en plus d’être des professionnels du sport qui faisons partie de la même équipe, sommes très amis et aimons les mêmes choses. Par exemple, nous allons toujours ensemble dans les parcs d’attractions et/ou aquatiques extrêmes. Nous nous amusons énormément. Et il me conseille aussi sur certains aspects de mon look.

Dans moins de 2 ans, les Jeux Paralympiques se dérouleront à Rio, est-ce que c’est une pression supplémentaire pour vous et vos performances?

Je saisis l’enjeu de courir aux Jeux Paralympiques de Rio de Janeiro, mais je dois me préparer physiquement, émotionnellement, spirituellement et psychologiquement, pour que cette situation joue en ma faveur et non l’inverse!

Sur 100 M, parmi les 10 plus rapides au bilan, figurent 8 performances brésiliennes, comment expliquez vous le fait que le Brésil soit si fort en athlétisme handisport?

Je crois que l’investissement du gouvernement fédéral et des sponsors, en corrélation avec l’excellent travail du comité paralympique brésilien, sont les meilleures explications à la réussite de ces athlètes.

Connaissez-vous Elvina Vidot, notre française? Si oui, pensez-vous qu’elle puisse être une menace à l’avenir pour vous?

Je l’ai connue lors d’une compétition, et nous échangeons via Facebook. Elvina Vidot a sans aucun doute un gros potentiel pour le sport. Et c’est face à des athlètes comme elle, que je me fixe mes objectifs et que je ne ralentis pas mes entraînements.

Je sais que je dois toujours m’améliorer car il y a toujours de nouveaux jeunes athlètes qui apparaissent dans les compétitions où je cours. Je veux continuer à bien concourir grâce à mes entraînements, en réduisant les risques, et m’améliorer à chaque fois un peu plus. Le jour où je sentirais que je ne peux plus m’améliorer, je changerais de sport.

Vous courrez plusieurs distances, laquelle préférez-vous?

L’épreuve que je préfère est le 200 m.

Les médias du monde entier s’intéressent à vous. Sentez-vous depuis quelques années une meilleure médiatisation de votre sport?

Les médias ont contribué à la reconnaissance des handisports. Ils ont permis l’acquisition de nouveaux sponsors, l’amélioration des pratiques sportives, et de devenir sportif professionnel même si vous êtes atteints d’un quelconque handicap.

Quelle est la place du handisport dans la vie sportive du Brésil?

En raison des Jeux de 2016 au Brésil, aujourd’hui nous avons des conditions qu’autrefois nous n’avions pas. De plus, les investissements financiers, les structures et les capacités professionnelles dans notre sport ont fait toute la différence dans la préparation des athlètes avec des handicaps au Brésil. L’objectif pour les Jeux Paralympiques de Rio est que nous arrivions en 5ème position au classement des médailles.

Que peut-on vous souhaiter pour ces 2 prochaines saisons?

Je suis en train me préparer intensivement pour que toutes mes marques soient à chaque fois plus rapides. Je prépare également de nouveaux looks avec plus de couleurs, de paillettes et de formes, afin de surprendre et conquérir de nouveaux supporters et sponsors!

Vous avez aimé cet article? Vous souhaitez découvrir un handisport en particulier? Faites-le nous savoir !

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00