En savoir plus sur Talentéo
09AVR 18

« AKKA a une véritable réflexion pour l’embauche des personnes en situation de handicap. »

Comment reprendre une vie professionnelle après un accident de la vie? C’est la question que nous avons posée à Didier Bigot, ingénieur en situation de handicap au sein d’AKKA. Portrait d’un talent! 

« AKKA a une véritable réflexion pour l’embauche des personnes en situation de handicap. »

Crédit photo: Didph Joebar

Pour Didier Bigot, sportif ingénieur de 54 ans spécialisé en Défense et Sécurité, tout allait bien jusqu’en 2009, année de son accident de la circulation. S’en suivront une perte de mobilité, 5 ans d’arrêt de travail et une vie totalement chamboulée.

D’abord intérimaire chez AKKA depuis 2005, Didier a eu la chance d’être intégré dans une entreprise réceptive à sa situation de handicap.

Retravailler après un accident

Ingénieur en études et réalisations de système hardware électronique, Didier étudie les schémas de circuits imprimés et teste les validations de systèmes.

En 2014, son retour à une activité professionnelle passe par un enrichissement de ses connaissances sur les systèmes embarqués, véritables défis technologiques demandant une ultra-spécialisation.

« C’était vital de retravaillerJe n’y croyais pas à la reprise. Le travail en interne m’a sauvé. En 5 ans, vous perdez votre confiance en vous, vous ne vous sentez plus capable de réintégrer une équipe ».

De prime abord, le télétravail ne semblait pas adapté à ce type de poste. Cependant, après une étude de faisabilité, l’aide de la Mission Handikap et du médecin du travail, c’est la réintégration!

L’aménagement de poste de Didier se fera donc sur la mise en place de 2 jours de télétravail par semaine, du financement d’un transport particulier 2 jours par semaine, et de l’ergonomie de son poste de travail.

Parmi les projets auxquels Didier a participé, il y a notamment la voiture autonome Link&GO.

Link & Go: un projet salvateur

Link & Go, 1er véhicule entièrement autonome et électrique conçu par AKKA, fonctionne déjà à l’arrivée de Didier, mais de grosses évolutions restent à faire:

  • A l’intérieur: ajouts de systèmes embarqués pour la reprise de l’alimentation du convertisseur et la régulation du chargeur de batterie, systèmes de sécurité supplémentaires du conducteur automatiques à la conduite.
  • A l’extérieur: fonction de détection d’obstacles, création de périmètres de sécurité.

« Je suis un passionné! Je faisais des bricoles chez moi pour ne pas perdre le fil de l’évolution. Le risque était de m’isoler, de perdre mes repères. »

Pour Link & Go, Didier a dû s’auto-former car il n’existait pas de précédent: « Ce que je fais n’est pas connu des programmateurs. J’ai dû avancer par moi-même, télécharger de la documentation sur les capteurs lasers, les PC embarqués. Cela a été un véritable challenge! »

Crédit photo: Didph Joebar

Travaillant sur des voitures, l’ingénieur doit se déplacer pour les tests: 10 km de route.

« Heureusement que mes collègues sont là! Il y a une véritable solidarité humaine autour de moi. Les tests demandent des contraintes physiques particulières, comme se contorsionner pour installer des câbles. Rien que d’atteindre le siège et le tableau de bord est compliqué! Sans mes collègues, tout prendrait plus de temps. Grâce à eux, c’est zéro impact sur le déroulement du projet et pas de retard. »

Le résultat: une innovation sans précédent dans le domaine de l’automobile avec un véhicule autonome fonctionnel constituant une véritable prouesse technologique. L’engouement autour de Link & Go est tel qu’AKKA est aujourd’hui missionné par un grand constructeur français pour développer son modèle!

Emploi & handicap, une alliance pas si facile

Pour Didier, « le chemin de l’intégration des personnes en situation de handicap est long. Il est moins difficile d’embaucher une personne handicapée que de réintégrer une personne qui l’est devenue. ».

Entre soins de kinésithérapie pour maintenir sa mobilité et limiter les courbatures, et déplacements, la vie quotidienne de Didier est un parcours du combattant.

« Les transports restent un vrai frein à l’emploiDes aides existent mais sont difficiles à mettre en place. Il n’y a rien lorsque l’on a un degré d’invalidité inférieur à 80% et il est rare de trouver un poste à 2 minutes de chez soi! ».

Les aménagements et financement prévus par AKKA ont permis de lever ces freins.

Le projet Link & Go est clos. Didier travaille aujourd’hui sur une étude de drones et demain? « Chez Akka, tout est possible dans le domaine du réalisable ».

Une belle histoire qui nous montre une fois encore que le handicap ne limite en rien les compétences!

Vous souhaitez rejoindre AKKA? L’entreprise recrute, n’attendez-plus pour postuler!

Bouton cliquable : Rejoignez l'entreprise en alternance

© 2018 Talentéo. Toute reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur.

A lire également:

Mots clés: , ,

Poster un commentaire

*

Retour en haut de page

Les incontournables