311

Selon plusieurs sondages, 73 % des Français seraient heureux au travail. Qu’en est-il de vous, étudiants en stage ou en alternance ? Voici quelques conseils de nos amis de l’RH de Noé pour débuter dans le monde professionnel avec joie, bonne humeur… et sérieux bien sûr !

La motivation, c’est quoi ?

Les points de vue sont très variés sur le sujet de la joie de vivre au boulot : certains disent que leur fiche de paye importe peu, et que le plus important est d’être passionné par sa profession. D’autres préfèrent la gratification financière à l’ambiance de travail. Les deux raisons se respectent, mais cela prouve bien une chose : nous avons besoin d’une motivation pour bien travailler !

Notre cher ami Maslow nous l’illustre parfaitement bien via sa pyramide des besoins : besoins physiologiques, de sécurité, d’appartenance, d’estime, de s’accomplir. Il nous explique (en gros) que l’individu doit assurer sa survie de façon concrète, mais aussi qu’il doit, pour se sentir heureux, appartenir à un groupe, une collectivité. Une fois qu’il fait partie de cet ensemble, il doit s’en démarquer en prouvant qu’il est plus qu’une personne dans une masse.

Comment être heureux ?

Alors on reprend la suite hiérarchique du psychologue américain pour bannir la démotivation et le stress lié au travail : dans sa logique (toujours lié à l’emploi, le stage et l’alternance), la première étape est de gagner suffisamment d’argent pour pouvoir survivre. Si vous êtes étudiants et que vous avez répondu à une annonce de stage, c’est qu’à la base le « petit » salaire convient à votre rythme.

Sinon le choix de l’alternance vous permet d’obtenir une fiche de paye plus fournie au départ. Quoi qu’il en soit, une solution adaptée à chacun de vous, qui permet de survivre… et même de prendre un verre entre amis une fois de temps en temps.

Le besoin d’appartenance maintenant ? Lié au travail, c’est évidemment le fait de se sentir proche et à l’aise avec ses collègues. Pour cela vous devez accorder de l’importance au temps informels : déjeuner avec ses collègues, aller boire un café, ne pas hésiter à prendre des pauses entre salariés…
Sans abus, certes, mais cela permet de souffler un peu et de prendre du recul sur son travail. Alors d’une, vous revenez de votre pause avec le sourire, et de deux, vous êtes plus à-même de travailler efficacement.

Pour finir, le besoin de reconnaissance s’exprime à travers un travail bien fait et approuvé par vos supérieurs et collègues. Si vous êtes doué dans un domaine professionnel, n’hésitez pas à « faire savoir votre savoir-faire » : vous en tirerez une satisfaction démesurée à l’aboutissement d’un projet.

N’hésitez pas à vous affirmer, à vous mettre en avant.

Petits conseils pour être heureux au travail

Pendant les pauses, privilégiez les discussions heureuses avec vos collègues : remplacez « j’ai une mission difficile » par « je vais y arriver ! ». Cela vous permettra de revenir à votre fauteuil avec entrain et bonne humeur. De plus, ne vous mettez pas de côté lors des événements internes, vous ne vous sentirez que plus proche de votre entreprise, et plus utile surtout.

Si vous voulez progresser, n’hésitez pas à demander des conseils, des formations, afin de vous conforter dans l’idée que vous pouvez réussir. De plus, cela vous permettra de faire des missions plus diversifiées qu’en temps normal.

Faites du sport et mangez sainement ! Il est prouvé qu’un esprit sain dans un corps sain travaille beaucoup mieux. On se redresse sur son siège, on ne grignote pas tous les quarts d’heure… Et on n’a pas peur de faire de petits exercices pour détendre ses muscles.

Et vous comment vous sentez-vous au travail ?

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
Actuellement en live
En live !

Accéder au live