18

Nous clôturons notre série « Chroniques d’une recherche d’emploi ratée » par un épisode en entreprise. Quels sont les comportements à ne surtout pas adopter lorsque vous êtes en poste? Suivez-nous!

C’est débordant de fierté que vous vous installez devant votre ordinateur, dans l’open space de votre nouveau lieu de travail. Quelle n’a pas été votre surprise quand on vous a contacté pour vous proposer ce poste prestigieux de « ROI Technologist Cost Management Vice Executive Assistant ». Bon, vous ne savez pas vraiment ce que cela signifie mais une chose est sûre: plus l’intitulé du poste est long et compliqué, plus les responsabilités et donc l’importance dans l’entreprise sont prononcées.

Pas de doute, vous êtes la pierre angulaire de la société, la clé de voûte maintenant l’ensemble de cette structure économique. Tel un chevalier de la Table Ronde ramenant le Graal, vous commencez votre première journée de travail. Ne supportant pas le silence qui règne, signe évident d’un malaise sur le lieu de travail, vous décidez de lancer une conversation aux thèmes bien choisis: religion, politique et conduite du changement – le nouveau sujet à la mode à ce qu’il parait. Vous agrémentez votre échange d’un arrière fond sonore à base de disco savamment remixé avec du classique, le tout agrémenté d’une pointe de techno.

Vos collègues, après quelques instants d’hésitation, décident de visser des casques anti-bruit sur leurs oreilles. Peut être ont-ils mal au crâne? Mystère. Après une pause café bien méritée d’une petite demi-heure, vous retournez à votre poste. Ayant besoin d’un renseignement, vous décidez d’être moderne – 2.0 comme ils disent – et envoyez un mail, un tweet et un message Facebook à votre collègue le plus proche. Va-t-il penser à les consulter? Pour plus de sûreté vous mettez en copie l’ensemble de l’entreprise et programmez 2 rendez-vous Outlook dans le calendrier du destinataire.

Pour montrer que vous maîtrisez parfaitement les codes de la communication, vous agrémentez vos messages de photos de chatons, licornes et autres arcs-en-ciel. Effet garanti! Vous retournez à votre tableur Excel. Pris d’un élan de curiosité, vous vous demandez soudain quelles sont les dimensions maximales d’une feuille de calcul. A peine le temps de trouver la réponse: 1048576 par 16384 (Vous vous êtes posé la question, n’est-ce pas?), que sonne midi. Ni une ni deux, vous partez en pause déjeuner.

Vous revenez vers 14H30: vous avez toujours besoin d’une sieste afin d’être d’attaque l’après-midi, surtout après 4 verres de vin. De plus, personne ne vous en tiendra rigueur, vous venez d’arriver. En fin de journée, votre N+1 vient vous demander où vous en êtes sur les tâches qu’il vous a confiées. Cela vous était sorti de la tête, trop occupé que vous étiez à découvrir votre lieu de travail. L’avantage c’est que vous connaissez le plan du bâtiment, le poids des chaises, la largeur des tables et le nombre de rouleaux d’adhésif par cœur. Certain de rattraper votre retard demain, vous répondez que c’est en bonne voie et qu’il les aura à la première heure demain matin.

Cette première heure en question n’arrive pas avant 11H. Panne de réveil, quel manque de chance… Vous vous faites recadrer par votre supérieur. Furieux d’un tel comportement, vous envoyez un message à votre N+2 pour vous plaindre de la situation. Vous pestez aussi sur votre profil Facebook. Vous avez accepté votre supérieur comme ami? Qu’importe, votre colère est légitime.

La journée puis la semaine passent. Vous remarquez que vos collègues se font de plus en plus distants et se tiennent à l’écart. Vous mettez cela sur le compte de votre prestance et de vos capacités supérieures qui ont tendance à vous démarquer naturellement des esprits moins vifs.

Après un énième échange avec votre supérieur celui-ci jette l’éponge et vous informe que des mesures devront être prises. Victoire, il a saisi votre importance et, vous n’en doutez pas, des aménagements de travail seront effectués pour permettre à vos talents de s’exprimer loin de toute contrainte. Le lundi matin, vous êtes convoqué par votre N+2. Vous vous dirigez avec confiance vers son bureau. Sans doute va t-il vous informer du renvoi de votre supérieur et même vous proposer une promotion. le poste de « Blur Strategy and Meaningless Activities Advisor » vous a toujours fait rêver!

D’un coin de l’œil, vous apercevez vos futurs N-1. Pourquoi entreposent-ils vos affaires dans un carton? Enfin, chaque chose en son temps, pensez-vous en sifflotant le générique de « La petite maison dans la prairie ».

Vous avez aimé ces chroniques? Vous souhaitez réagir? La parole est à vous sur nos réseaux sociaux !

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00