40

Du 18 au 22 mars 2015 aura lieu la 29ème édition de la Course du Cœur. Evénement solidaire centré autour d’une question de société : la greffe d’organes. L’objectif ? Sensibiliser, informer et surtout faire évoluer les mentalités autour du don d’organes. Nous avons interviewé Olivier Coustère, directeur de l’association Trans-Forme qui nous en révèle plus !

Rappel : Le 23 décembre 1954, le docteur Joseph Murray accomplissait avec succès la première greffe d’organe. Depuis, près de 50 ans plus tard, 40 000 personnes en France ont pu en bénéficier et retrouver ainsi une vie « normale ». Elles sont cependant aujourd’hui près de 19 000 à être en attente d’un donneur.

La Course du Cœur, en chiffres :

  • 750 kilomètres parcourus
  • 4 jours et 4 nuits de mobilisation
  • 210 coureurs, dont une quinzaine ayant bénéficié d’une greffe
  • 140 bénévoles sollicités
  • 200 communes visitées

Quelle a été, à l’époque, la motivation derrière l’organisation de cet événement, La Course du Cœur ?

Je participais moi-même à cette course en tant que capitaine de l’équipe des greffés avant que l’association Trans-Forme soit en charge de la Course du Cœur et que j’en devienne l’organisateur.

La Course du Cœur est un excellent outil de sensibilisation aux enjeux du don d’organes auprès de la population. En effet, chaque année, nous traversons 5 régions et 12 départements, ce qui est conséquent. De plus, la participation d’une équipe de greffés à la Course témoigne de la réussite de la transplantation d’organes.

Pouvez-vous nous en dire plus sur cette 29ème édition ? Des nouveautés sont-elles au programme ?

Comme chaque année, il y a un nouvel itinéraire afin sensibiliser de nouvelles personnes. Nous avons également de nouvelles équipes pour cette 29ème édition, c’est à dire de nouvelles entreprises qui s’engagent dans la Course du Cœur. D’ailleurs, nous allons atteindre cette année le record d’équipes inscrites – plus de 16 équipes !
Cette année encore, nous poursuivons les efforts réalisés en matière de respect de l’environnement autour de la Course du Cœur : en adoptant une comportement écoresponsable, en mettant en place des systèmes d’économie de bouteilles d’eau, en recrutant plus de bénévoles qui se préoccuperont du tri des déchets…

Enfin, nous allons pour la première fois réaliser un film de nuit. En effet, la Course du Cœur se déroule sur 4 jours et 4 nuits, il est donc essentiel de documenter et relayer tous les accueils extraordinaires qui se passent la nuit tombée !

Toujours dans un souci de mieux relayer la Course, les réseaux sociaux seront largement privilégiés cette année, surtout Twitter.

Vous avez déjà participé 3 fois à cette course, avez-vous des anecdotes de course à partager ?

Oui, j’ai le souvenir marquant de cette petite fille attendant patiemment sur le pas de la porte de sa maison avec son papa l’arrivée d’un coureur de passage, afin de lui donner le cœur en papier qu’elle avait confectionné. Voir cette petite fille debout si tôt – environ 6h du matin – pour donner son dessin, m’a beaucoup ému.

Je me souviens également de Camille, une jeune fille de 19 ans qui attendait une greffe cardio-pulmonaire.

Lorsque les coureurs sont arrivés dans son village, 400 personnes était venues la soutenir. Quelle manifestation d’espoir et de solidarité ! D’ailleurs, l’année suivante, Camille a été greffée et elle a pu marcher avec nous. Une belle histoire !

Quels sont les grands projets à venir pour votre association ?

Continuer d’organiser des événements sportifs, car c’est véritablement « l’ADN » de Trans-Forme. Ces évènements sont des occasions magnifiques de diffuser le message de la réussite de la transplantation d’organes et de la nécessité du don d’organes.

Trans-Forme va également étoffer son programme pédiatrique et développer son programme de féminisation afin d’encourager davantage de femmes transplantées et dialysées à la pratique physique et sportive.
Enfin, Trans-Forme va mettre en place un programme de prévention des risques de l’automédication des transplantés et dialysés.

Avez-vous un message à faire passer en faveur du don d’organes ?

Il est essentiel de comprendre que le don d’organes est une cause de vie et non de mort. Il s’agit de redonner la vie à des personnes en attente d’une greffe qui sont condamnées à mourir si elles ne reçoivent pas ce don.

D’une façon plus générale, j’encourage les gens à prendre position sur le don d’organes de leur vivant – qu’ils soient pour ou contre – et de le faire savoir à leurs proches. En effet, lorsque qu’une personne décède, la loi impose de demander à la famille du défunt si ce dernier s’opposait au don d’organes. Malheureusement, souvent la famille ne le sait pas et s’oppose souvent au don, dans le contexte d’un décès soudain et tragique.

Vous comptez participer à cette édition de la Course du Cœur ? Vous souhaitez réagir ? La parole est à vous !

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
Actuellement en live
En live !

Accéder au live