254


Conforter le parcours de formation et d’insertion professionnelle des jeunes handicapés : telle est la mission de la Fédéeh. Cette fédération mène plusieurs actions dont un tutorat du collège au bac. Entretien avec Fabien Gaulué, son Délégué Général. Propos recueillis par Handirect.fr

Pouvez-vous nous présenter la Fédération Étudiante pour une Dynamique Études et Emploi avec un Handicap ?

La Fédéeh est née le 28 mars 2010 de la volonté de jeunes en situation de handicap et d’associations étudiantes actives dans le champ du handicap. Notre ambition est de favoriser la réussite des de ces jeunes durant leurs études supérieures et ce jusqu’à leur insertion professionnelle. Nous structurons ainsi un réseau social d’entraide et de conseil de jeunes en situation de handicap. Deux valeurs sont importantes pour la Fédéeh : la pairémulation, c’est-à-dire l’apprentissage de l’autonomie par les pairs – il n’y a pas de meilleur prescripteur pour conseiller les jeunes handicapés que les jeunes handicapés eux-mêmes – et l’empowerment, qui s’appuie sur l’autonomisation et la responsabilisation des personnes en situation de handicap.

Comment s’organise votre structure ?

Aujourd’hui, plus de 320 personnes physiques et morales sont membres de notre association dont plus de 220 jeunes en situation de handicap. Il existe deux types de membres : ceux rassemblés au sein du conseil étudiant regroupant les associations étudiantes et les étudiants ou jeunes diplômés en situation de handicap. Ils sont tous bénévoles et mènent les actions au quotidien, puis le conseil technique qui rassemble toutes les structures et les personnes ressources (établissements d’enseignement supérieur, associations spécialisées et experts dans le domaine du handicap…).

Quelles actions menez-vous ?

Notre activité s’articule autour de trois grands axes. Nous menons d’abord une action de socialisation en milieu étudiant à travers l’organisation de sorties culturelles ou d’activités sportives dans le cadre des week-ends Sports en solidaire. C’est en effet pendant les études que l’on se créé son premier réseau professionnel. Du fait de leur contrainte de soin, de mobilité, les personnes en situation de handicap peuvent sacrifier leur vie sociale étudiante pour la réussite de leurs études. Nous essayons donc d’encourager ce lien social qui peut devenir par la suite un facteur de réussite, grâce à ces relations nouées qui peuvent servir de référence dans la vie active. Notre deuxième axe concerne l’insertion professionnelle. Il se traduit par différents dispositifs : parrainage « handinamique » de jeunes cherchant un emploi ou cherchant à créer leur entreprise, handicafés. Enfin, nous proposons du tutorat pour les jeunes en situation de handicap de la 3ème à la terminale grâce à notre programme Phares (Par delà le handicap avancer et réussir des études supérieures).

Justement, présentez-nous le programme Phares…

L’objectif du programme Phares est d’encourager les jeunes handicapés à aller au plus loin de leur ambition et de leur potentiel. Malgré un cadre législatif favorable, des inégalités persistent dans l’accès aux études supérieures pour les jeunes en situation de handicap. Nombreux sont ceux qui, malgré un potentiel avéré, limitent leur ambition, interrompent leur scolarité ou s’orientent vers des études qui ne reflètent pas leurs réelles capacités. Le dispositif Phares consiste en un tutorat hebdomadaire qui se tient dans des établissements supérieurs partenaires. Il s’articule autour de différents ateliers : culture générale, expression en public, organisation de son travail, anglais, découverte. (…) Les établissements supérieurs sont les porteurs de ce programme. Ils s’engagent à accompagner les jeunes qui bénéficient du programme de la troisième à la terminale. À la rentrée 2012, 15 établissements supérieurs étaient engagés dans toutes la France, 150 jeunes accompagnés et 60 étudiants tuteurs impliqués.

Comment qualifieriez-vous la situation actuelle des étudiants handicapés ?

Il est difficile de faire un constat général. Chaque situation est singulière et le handicap se vit différemment en fonction de sa déficience, de son environnement et de sa personnalité. Par ailleurs, les aides sont assez différentes en fonction de la politique mise en place par les établissements scolaires. Cependant, certaines problématiques peuvent être récurrentes. Ainsi, la question de la gestion du temps revient souvent. Les étudiants craignent parfois de prendre du retard par rapport à leurs camarades, notamment s’ils ont besoin de supports adaptés comme c’est le cas pour les personnes malvoyantes.

Avez-vous des projets ?

L’un des enjeux majeurs de la Fédéeh est de déployer ce dispositif d’accompagnement d’élèves handicapés dans toutes les académies de France d’ici à 2015. Par ailleurs, nous voulons développer la présence d’associations étudiantes investies dans le champ du handicap sur les campus. Ces structures (dont les membres ne sont pas obligatoirement handicapés) sont les garantes d’une culture « handiaccueillante » parmi les étudiants. Leur objectif est de faire en sorte que tout ce qui constitue la vie universitaire soit pensé pour être accessible aux étudiants handicapés. Nous souhaitons que chaque établissement d’enseignement supérieur comporte une association étudiante liée au handicap. Aujourd’hui, on est loin du compte !

Handirect, le média des situation handicapantesContribution Handirect.frFondé en 1997, Handirect est un bimestriel indépendant spécialiste du handicap. Son objectif ? Diffuser le plus grand nombre d’informations pratiques concernant les personnes handicapées, leur entourage familial et professionnel. Handirect est devenue une référence dans le monde du travail grâce à son supplément Handirect Emploi.

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
Actuellement en live
En live !

Accéder au live