161

Aujourd’hui, Talentéo souhaite vous parler d’une forme de travail que nous connaissons et pratiquons au sein de la Talentéo Team, il s’agit du télétravail.

Si la France a longtemps été en retard en matière de télétravail, c’est aujourd’hui 4 millions de français qui pratiquent cette méthode. De plus en plus demandée par les salariés pour équilibrer leur vie personnelle et professionnelle, ils sont encore nombreux à se heurter au refus de leur employeur. Nos amis de Rh de Noé reviennent sur cette pratique en quelques chiffres.

Nouvelles technologies.

Le télétravail est aujourd’hui possible grâce à l’émergence de nouvelles technologies de l’information et de la communication. Appelé également home office ou travail à distance, le télétravail permet au salarié d’effectuer ses tâches depuis son domicile, mais pas seulement. On voit en effet de plus en plus de « tiers lieux« , d’espaces de co-working que l’on peut louer pour travailler.

L’objectif commun est d’équilibrer vie privée et vie professionnelle, mais aussi d’obtenir une meilleure productivité. Les avantages profitent à tous : moins de stress, car moins de déplacements et plus de flexibilité pour le salarié, plus de productivité et moins de coûts immobiliers pour les employeurs. Cette pratique nécessite néanmoins un encadrement et un suivi particulier.

4 millions de télétravailleurs en France.

D’après une récente enquête menée par Ze Village, Neo-Nomade, LBMG Worklabs et OpenScop, organisateurs du premier Tour de France du télétravail, 16,7 % des salariés pratiquent le télétravail occasionnellement, c’est-à-dire au moins un jour par semaine. Nombreux sont ceux qui souhaiteraient essayer cette méthode en travaillant de chez eux ou d’un espace dédié, mais se heurtent encore au refus de leurs patrons.

Pourquoi ce refus ? Tout simplement parce que les employeurs n’ont pas confiance et  pensent encore que le fait de travailler chez soi serait un frein à la productivité alors que toutes les études démontrent le contraire.

La façon de percevoir le télétravail tient en partie à l’âge des salariés. Les moins de 30 ans sont 57 % à se prononcer en faveur du travail en dehors de l’entreprise contre seulement 37 % des 50 ans et plus.

Pour les plus jeunes, on note une envie de plus d’autonomie, de gain de temps et d’un meilleure équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée. Beaucoup se rendre sur leur lieu de travail via les transports en communs et cela représente une perte de temps considérable.

Pour les plus âgés, le refus du télétravail peut s’expliquer par habitude mais aussi par peur de ne pouvoir régler un problème informatique seuls.

Venir au bureau. Encore une nécessité.

Dirigeants et salariés s’entendent sur le nombre de jours passés en télétravail. Tous citent 1 à 2 jours par semaine. On peut alors se poser la question : « pourquoi aime-t-on aller au bureau ? » Dans 88 % des cas, « pour échanger des informations avec des collègues et le travail en équipe ». Le lien social est donc primordial, car l’entreprise est aussi un lieu d’échanges et de rencontres.

L’avenir du télétravail.

La loi prévoit désormais de nouvelles mesures concernant le télétravail et seulement un tiers des télétravailleurs salariés auraient obtenu un avenant à leur contrat de travail. Un encadrement nécessaire devrait être mis en place dans les mois ou années à venir. En effet, de plus en plus d’entreprises s’intéressent de près à cette pratique et la demande d’information est forte. Les collectivités publiques encouragent aussi la création de tiers-lieux, des lieux d’échanges et de co-création, des espaces de coworking (on en compte déjà plus d’une centaine en France). 2014 sera-t-elle l’année du télétravail ?

Tour de France du télétravail, 16,7 % des français télétravaillent.

Et vous, pratiquez-vous le télétravail ? Aimeriez-vous le pratiquer ? Que pensez-vous de celui-ci ? 

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
Actuellement en live
En live !

Accéder au live