399

Talentéo souhaite mettre en avant les initiatives en faveur de l’emploi des personnes en situation de handicap. Nous rencontrons Joël Grostin, délégué interregional du FIPHFP Auvergne-Bourgogne-Rhône-Alpes.

Le « Fonds pour l’Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique » (FIPHFP), est un organisme public créé en 2006. Sa mission est de favoriser l’insertion professionnelle des personnes handicapées au sein des trois fonctions publiques, ainsi que la formation et l’information des agents au handicap. Nous avons rencontré M. Grostin, délégué interrégional Auvergne-Bourgogne-Rhône-Alpes pour qu’il nous en dise plus.

Bonjour Monsieur Grostin, Vous êtes depuis 2 ans le délégué interrégional du FIPHFP Auvergne-Bourgogne-Rhône-Alpes, pouvez-vous nous présenter les grandes missions de cet organisme?

Bonjour, l’objet même du FIPHFP est de contribuer à l’incursion par l’emploi des personnes en situation de handicap au sein des trois fonctions publiques (Etat, territoriale, hospitalière). Nos missions sont donc de faciliter le recrutement dans le secteur public des personnes en situation de handicap et d’aider au maintien dans l’emploi des agents publics qui s’en éloigneraient pour des raisons de santé.

Quel est aujourd’hui le taux d’emploi de personnes en situation de handicap dans la fonction publique en Rhône-Alpes? Comment se situe-t-il comparé au taux d’emploi dans les entreprises privées?

Le taux d’emploi dans la fonction publique en Rhône-Alpes est globalement aujourd’hui de 5,39%, mais ce chiffre relève des différences marquées entre les trois fonctions publiques. En effet, il est de 5,64% pour la fonction publique territoriale, de 5,17% pour la fonction publique hospitalière et de 4,10% pour la fonction publique d’Etat, avec pour cette dernière d’importantes disparités entre les administrations.

Ce taux d’emploi régional dans le secteur public est supérieur à celui du privé qui lui aussi traduit des différences importantes selon les secteurs de production.

Quel est l’avantage à être reconnu « travailleur handicapé » quand on postule dans la fonction publique?

Les avantages, si l’on peut les qualifier ainsi, sont identiques dans le « public » que dans le « privé ». A savoir, un « plus » au niveau de la possibilité d’un recrutement externe sans concours dans certains corps de fonctionnaires de catégorie C de la fonction publique d’Etat (décret n°2002-121du 31 janvier 2002). Mais aussi, la possibilité d’être recruté, toutes catégories confondues, par voie de contrat à durée déterminée, renouvelable une fois. Ce type de recrutement offrant une voie d’accès qualifiante, à l’issue de laquelle la titularisation est possible.

La RQTH donne surtout accès à l’ensemble des services et dispositifs liés au handicap, comme les Cap-emploi ou les SAMETH par exemple. D’ailleurs, ces dispositifs travaillent aussi pour le compte du FIPHFP à trouver des solutions d’embauche ou d’aménagement de postes.

La fonction publique offre de nombreux postes aux personnes en situation de handicap, y a-t-il des profils actuellement plus recherchés?

Tout employeur, qu’il soit public ou privé, recherche avant tout à recruter des talents et des compétences. Une personne en situation de handicap, comme une autre,  aura donc plus de chances si elle est qualifiée et formée.
Les Collectivités locales, notamment, offrent en réalité une diversité de postes corrélés aux multiples missions dont elles ont la charge, administratives comme techniques. Cependant tous nécessitent un savoir-faire qui, à défaut d’être acquis à l’embauche, devra rapidement être maîtrisé.

Il n’y a pas d’emploi « réservé » aux personnes en situation de handicap, ainsi tous leur sont offerts, comme aux personnes valides.

Si nous pouvions aujourd’hui orienter des candidats, vers quels types d’employeurs leur conseilleriez-vous d’aller?

Vers tous! La situation de l’emploi dans notre pays nécessite une mobilisation générale et dans un contexte budgétaire difficile, les offres d’emploi dans les fonctions publiques sont elles aussi contraintes; pour autant il existe des possibilités et toutes doivent être exploitées.

Je conseille naturellement l’accès aux collectivités locales, dont la proximité constitue un atout majeur. Celles-ci proposent des métiers variés accessibles aussi par voie de contrat d’apprentissage et d’alternance, ou sous forme d’emploi d’avenir.

Où plus particulièrement peuvent t-ils avoir accès aux offres?

Bien évidemment auprès des Cap-emploi, dont c’est la mission, et qui s’organisent aujourd’hui avec les employeurs publics pour mieux faire « coller » l’offre et la demande. Je souligne à cet égard le développement d’un véritable partenariat régional entre les Cap-emploi et les centres de gestion de la fonction publique territoriale.

Ils peuvent également se tourner vers les directions des ressources humaines qui sont de plus en plus sensibilisées au handicap, et très impliquées dans la progression de leur « taux d’emploi ».

Et pour finir, pouvez-vous nous dire quelques mots sur vos projets actuels et futurs pour la région?

Ils sont nombreux et peuvent être résumés par un seul mot: action!

Nous lançons avec le Préfet de région Rhône-Alpes un « Handi-pacte territorial » destiné à promouvoir la mobilisation de tous les acteurs publics dans le domaine du handicap. C’est une véritable déclaration de guerre à l’immobilisme et à la discrimination.

Nous renforçons nos liens avec la Fédération Hospitalière de France (FHF) et l’Agence Régionale de Santé (ARS). Nous allons expérimenter avec les établissements de toute taille une nouvelle approche du handicap en direction des personnels hospitaliers.

Nous déclinons avec les Rectorats de Lyon et Grenoble une démultiplication régionale de la convention passée avec le Ministère de l’Education nationale. Ceci doit conduire à améliorer les conditions de vie au travail des personnels enseignants et administratifs des deux académies.

Nous faisons vivre des partenariats extrêmement actifs avec les grandes collectivités (Région, Départements, grandes agglomérations et grandes villes…) et les centres de gestion qui nous permettent d’irriguer tout le territoire rhône-alpin.

Nous étudions également la faisabilité d’accompagner l’Etat « propriétaire » dans la mise en œuvre de sa politique régionale d’accessibilité de ses bâtiments professionnels.

Vous souhaitez en savoir plus sur le FIPHFP? Dites le nous sur les réseaux sociaux ou rendez-vous sur leur site internet.

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00