En savoir plus sur Talentéo
04AOU 16

Travailler avec un(e) collègue... Comme tout le monde!

Talentéo, pour continuer sa série « travailler avec un collègue en situation de handicap » vous propose d’inverser les points de vue! Comment travailler avec un collègue… Comme tout le monde? Quels comportements adopter? Suivez le guide!

En cette période estivale nous vous proposons, chaque jeudi, un article de notre série « Travailler avec un(e) collègue en situation de handicap ». Article original publié le 20 janvier 2015.

Travailler avec un collègue... Comme tout le monde!

C’est la 3ème fois cette semaine que votre voisin d’open space arrive en retard et repart avant les autres. L’incompréhension se disputant à l’inquiétude, vous vous demandez si il n’aurait pas un problème de santé ou une situation nécessitant des horaires aménagés. Interloqué, vous décidez de lui poser discrètement la question à la prochaine pause café. Stupeur, vous apprenez qu’il souffre d’un mal bien connu en entreprise: l’approche des congés, pathologie des plus sévères modifiant drastiquement l’implication et la productivité professionnelle de ceux qui en sont frappés.

Il nous semblait aujourd’hui naturel d’aborder cette problématique du handicap ou travail d’un angle différent.

Quels sont les différentes catégories de travailleurs ordinaires que l’on rencontre en entreprise?

Elles recoupent les mêmes caractéristiques pour vos collègues valides et en situation de handicap. La liste suivante, non exhaustive, vous permettra d’y voir plus clair:

  • L’allergique aux horaires: Reconnaissable par l’inconstance de sa présence sur le lieux de travail et par une définition de la ponctualité des plus fluctuantes. Une réunion à 11h devient un groupe de travail à 15h, un entretien de fin de matinée devient un point de fin de journée, etc.
  • Le féru de novlangue: Se distingue par une fâcheuse tendance à utiliser des tournures incompréhensibles du style « Je sors d’un meeting avec les executives, il me faudrait le reporting du dernier brainstorming asap. Il faudra acter sur le wording du marketing plan: C’est la target qui est mauvaise, you see? » 3 injections de lexique français par semaine sont un remède indiqué.
  • Le manager hyper-enthousiaste: Se caractérise par une prédisposition à fixer des objectifs irréalisables. Le coup au moral de l’échec qui ne peut que suivre étant le plus souvent compensé par d’autres objectifs tout aussi surréalistes.
  • Le maniaque de l’organisation: Ce n’est tout de même pas difficile, la police du document doit être gris acier et non gris fer. N’oubliez pas non plus la réunion de cet après-midi pour préparer celle de demain. Ah, j’oubliais, actualisez les 12 tableaux de suivi, en priorité celui de suivi des suivis.

Quels sont les stéréotypes les plus courants à l’égard de vos collègues préférés?

On ne vous apprend rien, vos collègues, valides  ou non d’ailleurs – , sont souvent critiqués sur leur lieu de travail. Ne nous mentons pas, nos collègues sont hypocrites, feignants, retardataires chroniques, tire-au flanc, irresponsables, mous, ternes, étrangers aux prises d’initiatives, arrogants, incompétents, obséquieux, lâches, d’une absence de fiabilité affligeante, avec des savoir-faire discutables, une valeur ajoutée nulle, à l’humour déplorable, de très mauvaise compagnie et d’une suffisance effarante. Quel fardeau que d’être la seule personne de qualité et digne de confiance. N’est-ce pas?

Tout cela pour insister sur le fait que toute différence de qualité entre un collègue valide ou en situation de handicap n’a aucun lieu d’être si elle ne repose pas sur des critères professionnels objectifs. Qu’importe votre situation, l’important est de maintenir un cadre de travail où le respect et l’estime règnent.

Quels comportements adopter vis à vis d’un collègue comme tout le monde?

Dans l’optique où vous êtes en situation de handicap, vous pouvez être surpris du manque de connaissances dont vos collègues valides peuvent faire preuve vis à vis de votre handicap. Il ne s’agit ici, non pas d’un manque de respect, mais d’un besoin d’information.

Si votre handicap nécessite des aménagements de poste ou de temps de travail particulier, il peut être judicieux d’en informer vos collègues et d’en expliquer la raison. Le dialogue et la communication autour du handicap permettent de rendre ses manifestations et conséquences accessibles à votre entourage professionnel, détruisant par la même occasion stéréotypes et clichés pouvant parasiter une relation professionnelle.

Nous l’avons répété au fil de cette série, la communication et les échanges sont au cœur du travailler ensemble. Ils permettent de dépasser les idées reçues et a priori et de se focaliser sur la valeur réelle des individus.

Vous souhaitez une thématique particulière pour le prochain épisode de la série? Vous voulez ajouter une catégorie dans laquelle rentrent vos collègues? La parole est à vous dans les commentaires!

 © 2016 Talentéo. Toute reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur.
A lire également:

Mots clés: , ,

Poster un commentaire


*

Commentaires (3)

avatar

Baptiste Juppet

2 février 2015 - 12 h 59 min

Bonjour,

N’hésitez-pas à nous en dire plus par le biais du formulaire de contact.

Cordialement,

avatar

Collectif d'entreprise pour le Projet Aria

31 janvier 2015 - 15 h 25 min

Bonjour,
Je monte un projet du nom d’Aria qui se propose de réunir un collectif de de personnes handicapées diplômées, des entreprises de Bourgogne et une ou plusieurs grandes écoles.

Cdt

avatar

nico

20 janvier 2015 - 14 h 45 min

J’adore !! Et vous avez pensé à la « mailingite aiguë » dans les symptômes ? vous savez, le fait d’envoyer 10 000 000 de mails, pour tout et n’importe quoi, mais surtout les échanges perso sur les listes de diffusions, et les mails où l’information doit être transmises collectivement, mais où les réponses attendues sont sans intérêt pour 95% des destinataires de la liste ?

Retour en haut de page

Les incontournables