271

Parce que le handicap n’est pas un frein à la pratique de la danse, Cécile Avio a fondé la Handidanse il y a une vingtaine d’années. Interview réalisée par nos amis d’Handirect.

Photo d'un spectacle de Handidanse

Comment est née la Fédération Française Handidanse ?

C’est la résultante de vingt années de travail et de recherches sur la danse et le handicap. Alors que je donnais des cours de danse, j’ai commencé à réfléchir sur la faisabilité de faire danser des sourds et aveugles. Je me suis renseignée et j’ai constaté qu’il n’existait rien en ce sens en France. De ce fait, je me suis formée à l’encadrement de personnes en situation de handicap et j’ai appris la Langue des Signes Française. A partir de cette formation médicale et de ma connaissance de la danse, j’ai fait des recherches pour savoir comment donner un maximum d’autonomie à des personnes handicapées qui souhaitent danser, quel que soit leur handicap, et comment assurer en même temps autonomie et sécurité. J’ai alors commencé à donner des cours d’Handidanse et ma méthode s’est peaufinée petit à petit. Le succès rencontré a été tel qu’à un moment donné je ne pouvais plus assurer toutes les demandes de personnes qui souhaitaient danser ! C’est pourquoi j’ai décidé de développer des formations à destination de professionnels : professeurs de danse, éducateurs spécialisés, ergonomes, kinés, psychomotriciens…  Ainsi des « relais handidanse » se sont mis en place partout en France à travers le réseau HELP, Harmonie de l’Expression Libre à Travers la Personnalité). En 2000, ce réseau est devenu Handidanse National, puis la Fédération Française Handidanse en 2011.

Quels sont les objectifs de la Fédération Française Handidanse ?

Notre objectif est de permettre aux personnes en situation de handicap de danser réellement et de manière encadrée, de leur donner accès à la scène avec ou sans danseurs valides. Ces derniers étant là pour intégrer les personnes handicapées et non pour danser à leur place. Cet aspect est très important pour nous et relève du respect de chacun. Nous souhaitons valoriser chaque personne handicapée à travers le mouvement dansé, et montrer qu’il est toujours possible de danser, même en cas de polyhandicap, et sur tous types de danses. Au final, les spectateurs doivent voir des danseurs et non des personnes ayant un handicap. Notre objectif est également d’encourager la pratique Handidanse en formant les personnes qui le souhaitent, en encourageant les prises d’initiatives pour le développement de cette pratique, et en organisant des actions festives et de sensibilisation.

Que mettez-vous en œuvre pour parvenir à ces objectifs ?

Nous proposons aujourd’hui, dans plusieurs régions de France, une formation solide, dans le respect des personnes et avec une garantie totale de sécurité. Les participants peuvent se former sur quatre types de handicap selon leur choix : handicap moteur et physique, déficience intellectuelle/autisme, déficience auditive et déficience visuelle. Les temps de formation  sont variables en fonction du profil et du niveau de départ. Il s’agit d’une formation éligible au DIF et au CIF, et permettant l’obtention d’un diplôme fédéral Handidanse. En dehors de ces formations, nos délégués Handidanse organisent chaque année des rencontres régionales et nationales dans le but de réunir sur scène des personnes handicapées et valides autour de la danse et du spectacle, notamment à travers un concours. Chacun peut venir en tant que participant ou spectateur, et toutes les personnes intéressées par la danse peuvent y participer en présentant une chorégraphie. Les rencontres régionales ont débuté le 28 mars, vous pouvez retrouver les dates des rencontres sur notre site. Un prix « coup de cœur » de la fondatrice, sera décerné dans chaque région afin de favoriser l’entrée en Concours National de celle-ci. La Rencontre Nationale Handidanse sera également organisée les 14 et 15 mai au Dôme de Carcassonne. Le Concours National sera là aussi proposé, mais il n’est pas nécessaire d’avoir participé à une rencontre régionale pour y prendre part. Tous les danseurs qui présenteront une chorégraphie seront récompensés, ainsi que leur chorégraphe. Un prix « Coup de cœur » de la fondatrice sera là aussi décerné à la fin des deux jours, lors desquels nous attendons plus de 400 danseurs. La Compagnie de la Fédération Handidanse – qui compte une dizaine de danseurs – sera également présente.

Quels sont vos projets pour les mois et années à venir ?

Nous souhaitons développer la pratique Handidanse dans un maximum de régions françaises. Actuellement, nous sommes représentés en Aquitaine, Ile-de-France, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Nord-Pas-de-Calais, Pays de la Loire, Picardie, PACA, Rhône-Alpes, Martinique et Auvergne. Toutes les associations qui sont intéressées par le développement de cette pratique au sein de leur structure peuvent nous contacter pour obtenir des renseignements sur la discipline ou sur la formation. Nous souhaitons aussi mettre en place un partage d’idées sur la culture Handidanse avec tous les acteurs impliqués. Nous voulons montrer au plus grand nombre qu’il est possible de danser avec un handicap même lourd. Le meilleur moyen de s’en rendre compte est de venir le voir par soi-même ! C’est la meilleure sensibilisation qui existe.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site Handidanse !

Logo de Handirect, le média des situation handicapantesContribution Handirect.frFondé en 1997, Handirect est  un bimestriel indépendant spécialiste du handicap. Son objectif ? Diffuser le plus grand nombre d’informations pratiques concernant les personnes handicapées, leur entourage familial et professionnel. Handirect est devenu une référence dans le monde du travail grâce à son supplément Handirect Emploi.

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
Actuellement en live
En live !

Accéder au live