355

Talentéo souhaite mettre en avant les médias contribuant à changer le regard sur le handicap. Nous nous intéressons aujourd’hui au nouveau webmagazine consacré aux handisports extrêmes : « Pratikable« .

Lorsqu’un webmagazine nous invite à échanger sur le handicap de manière originale, nous ne pouvons que vous en parler. Nous accueillons donc Wilfried, à l’origine de ce projet innovant autour des handisports extrêmes !

Pouvez-vous nous présenter Pratikable ? Comment vous est venue cette idée ?

Tout a commencé il y a cinq ans, quand j’étais étudiant en école d’arts graphiques. Lors de ma première année, j’avais comme projet de fin d’année la réalisation d’un magazine papier avec le choix du sujet.

Petite parenthèse sur ma situation, ça a son importance pour la suite, je suis tétraplégique depuis sept ans suite à un accident de body surf, donc fan et ancien pratiquant de sports de glisse. Comme tous les gens de ma génération, je vais beaucoup sur Internet, je lis des articles et regarde beaucoup de vidéos. Je me suis aperçu qu’il existait beaucoup de personnes, à droite et à gauche, en situation de handicap qui réussissaient à adapter certains sports de glisse ou certains sports extrêmes sans problème et parfois tout aussi bien qu’une personne valide. Et en même temps, j’ai vu qu’il n’existait aucun média qui centralisait toutes ces informations un peu fun autour du handicap. Les seuls magazines ou sites Internet qui existent traitent le handicap de façon explicative (ce qui est une bonne chose) et parfois un peu trop larmoyante et axée sur le pathos. J’ai trouvé incroyable que personne ne mette en avant cet aspect sportif, fun, décalé qui donne des frissons, comme le fait n’importe quel média traitant de sports extrêmes à l’heure actuelle… Mais pour les valides.

À l’époque, pour mon projet, je suis parti du principe que je voulais créer un magazine qui traite de tous ces sports mais transposés dans le monde du handicap, car ils y existent. Je voulais créer quelque chose susceptible de pouvoir se retrouver en kiosque donc avec de belles photos, des articles un peu décalés et surtout très visuels.

Le magazine Pratikable était né.

Dans un coin de ma tête, j’étais persuadé que ce projet avait un potentiel énorme au-delà d’un simple projet de fin d’études. Puis j’ai fini l’école d’arts graphiques et j’ai cherché du boulot, j’ai mis le magazine dans un coin en sachant que j’y reviendrai le moment venu.

Quand j’ai eu un peu plus de temps cette année, je me suis remis à cogiter autour de Pratikable et de la façon de pouvoir le rendre accessible à un maximum de personnes, et à moindre coût dans un premier temps.
Ayant été formé sur la création graphique et le Web, la création d’un site Internet paraissait être la première étape obligatoire pour voir si le projet – auquel j’ai toujours cru à fond- intéressait les gens et s’il pouvait également susciter une certaine émulation autour d’un site au concept novateur.

Votre webmagazine propose de parler du handisport extrême, est-ce une famille de disciplines très pratiquée ?

Je dirais que la proportion de personnes handis qui pratiquent des sports un peu atypiques est, à vue de nez, la même que pour les valides. En plus clair, à l’heure actuelle , si l’on regarde autour de nous, le nombre de personnes qui pratiquent des sports extrêmes par rapport au nombre total de personnes pratiquant du sport « classique »,  reste une minorité.

Cependant, elle existe et attire toujours l’œil tant les exploits et les performances peuvent être impressionnants. Mais dans le handisport comme dans le reste, cela évolue et certains sports commencent à se démocratiser et deviennent accessibles à un plus grand nombre d’individus.

Quels sont selon vous les grands noms du handisport extrême à suivre ?

Comme dans tous les sports, il y a des précurseurs qui font figure d’ovni, c’est aussi le cas pour le handisport extrême. S’il y en a un qu’il faut connaître, c’est Aaron “Wheelz” Fotheringham qui a quasiment inventé sa disciple. Mais il y en a d’autres tout aussi doués comme Kurt Yaeger en BMX ou Italo Romano en skate.

Au final, pour votre magazine, « handicap » et « handisport » sont synonymes de… ?

FUN aussi. C’est vraiment le leitmotiv de ce projet, montrer qu’on peut s’éclater, repousser ses limites… et être aussi barré que certains.

Quels sont vos projets à venir ?

Houla, ça bouillonne. A court terme : développer et créer une vraie communauté autour du site et sortir une version complète du magazine comme c’était prévu à la base -sûrement au format numérique- en trimestrielle par exemple.

Puis à moyen terme : faire des adaptations pour les handis qui veulent pratiquer des sports de glisse tels que le BMX, skate, etc. Et aussi de l’évènementiel, des produits dérivés etc.

Vous êtes intéressé par ce webmagazine ? Découvrez-le sur son site internet. Et n’oubliez pas de suivre cette aventure par le biais de la page Facebook et le compte Twitter de Pratikable.

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
Actuellement en live
En live !

Accéder au live