Partenariat
Sports

En partenariat avec

Du 28 août au 8 septembre 2024, Paris accueillera les Jeux Paralympiques. D’ici là, Talentéo vous présente tous les sports qui seront présents à l’affiche de cette édition. Et si les frères Lebrun rêvent de nous faire vibrer en tennis de table, il ne faudra pas non plus louper le para tennis de table, l’un des 8 sports présents dès les premiers Jeux !

Le para tennis de table est l’une des disciplines pionnières dans le monde du handisport. Elle est très accessible puisque les règles ne diffèrent presque pas des valides. En sport loisir, il est donc courant de voir des athlètes et para athlètes s’affronter. Et au haut niveau, il est déjà arrivé de voir des personnes en situation de handicap jouer dans une compétition valide ! Et ce même aux Jeux… Présentation d’un parasport où la France aura sa plus grosse délégation.

L’histoire du para tennis de table

Tout d’abord, le tennis de table a été inventé dans les années 1880 en Grande-Bretagne. Les classes supérieures jouaient à ce jeu sur leur table à manger, utilisant les objets ménagers comme équipement. Vers 1900, le sport évolue rapidement et s’organise. Et les personnes en situation de handicap se l’approprient très vite. Tellement vite que, chose rare, le tennis de table a d’abord fait son apparition aux Jeux Paralympiques avant d’avoir sa version Olympique !

En effet, dès la première édition à Rome en 1960, le para tennis de table faisait partie des 8 sports présents. Une discipline historique donc. Qui est aujourd’hui la 3ème par le nombre d’athlètes engagés. 40 millions de compétiteurs pratiquent dans plus de 100 pays. Il aura fallu attendre 1988 pour avoir son équivalent chez les valides aux JO.

Quels handicaps ?

De 1960 à 1976, tous les sports paralympiques étaient uniquement pratiqués en fauteuil roulant, le para tennis de table compris donc. Mais à partir de 1980 voit l’apparition d’autres formes de handicap. Pour qu’aujourd’hui existe 11 catégories différentes, séparées en trois types. La classification est définie par un chiffre. Plus il est bas, plus le handicap est élevé. De 1 à 5, ce sont les personnes en fauteuil. De 6 à 10, ce sont ceux debout. Et la classe 11 est pour les déficients intellectuels.

Les règles

Les règles ne diffèrent presque pas de la compétition olympique. Presque, car il y a quand même quelques adaptations. Pour commencer, les matchs se disputent toujours en sets de 11 points, avec 2 points d’écart obligatoire pour remporter la manche, et au meilleur des 5 sets. Il y a des épreuves en simples et en doubles chez les hommes comme chez les femmes. Et il y a aussi un double mixte. Quelques spécificités sont à trouver dans le jeu. Pour le service chez les joueurs en fauteuil roulant, l’effet rétroactif, ou balle qui revient vers le filet, est interdit. Il est aussi défendu de servir sur les petits côtés de la table. En double, les pongistes assis n’ont pas l’obligation de jouer chacun à leur tour.

Le matériel

Au niveau matériel, les raquettes sont les mêmes. Mais pour ceux qui ont des soucis de prise en main, il est possible d’utiliser une orthèse ou une bande pour fixer le manche. Pour ceux debout, l’usage d’une canne ou d’une béquille peut être autorisé dans les classes 6 à 8

On sait quels Français seront à Paris !

Les épreuves de para tennis de table se dérouleront du 29 août au 7 septembre à l’Arena Paris Sud. Retrouvez le programme complet ici. Et ils seront 20 à défendre les couleurs de la France aux Jeux Paralympiques de Paris 2024. C’est pour l’instant le parasport avec le plus d’athlètes qualifiés pour les tricolores. Voici la liste complète :

Fabien LAMIRAULT (classe 2)
Julien MICHAUD (classe 2)
Florian MERRIEN (classe 3)
Maxime THOMAS (classe 4)
Flora VAUTIER (classe 4)
Emeric MARTIN (classe 4)
Alexandra SAINT-PIERRE (classe 5)
Nicolas SAVANT-AIRA (classe 5)
Esteban HERRAULT (classe 6)
Morgen CAILLAUD (classe 6)
Stéphane MESSI (classe 7)
Kévin DOURBECKER (classe 7)
Thu KAMKASOMPHOU (classe 8)
Clément BERTHIER (classe 8)
Thomas BOUVAIS (classe 8)
Lucie HAUTIÈRE (classe 8)
Lucas DIDIER (classe 9)
Matéo BOHEAS (classe 10)
Léa FERNEY (classe 11)
Lucas CRÉANGE (classe 11)

Kamkasomphou et Lamirault en chef de file

Le para tennis de table a toujours su se faire une place dans l’histoire des Jeux. Et c’est bien d’histoire dont on parle avec Thu Kamkasomphou (classe 8). La Française originaire du Laos est une légende dans sa catégorie. Elle a participé déjà à 6 éditions, obtenant un podium à chaque fois. En simple, elle a remporté l’or en 2000 et 2008, l’argent en 2012 et 2016 et le bronze en 2004 et 2021. Et en double, elle a pris le bronze en 2000, 2004, 2008 et 2021. 10 médailles olympiques, rien que ça ! Chez les hommes, on retrouve Fabien Lamirault (classe 2), lui aussi multi médaillé aux Jeux. À Londres en 2012, il a obtenu l’argent en équipe et le bronze en simple. Avant de tout simplement faire le doublé à chaque fois en 2016 au Brésil puis 2021 au Japon ! Jamais 2 sans 3 ?

Équipe de France de Para Tennis de table

De l’expérience en veux-tu en voilà…

Mais ce sont pas nos deux seuls champions qualifiés ! Nous pourrons notamment retrouver Florian Merrien (classe 3), en or par équipe en 2008 à Pekin, puis en bronze par équipe en 2012 à Londres. À Rio en 2016, il obtient sa première médaille en simple, en bronze aussi. Enfin, aux derniers Jeux, il récupère une nouvelle fois le bronze par équipe.

La 3ème place olympique, ce n’est que ce qu’a connu Maxime Thomas (classe 4) pour l’instant ! Il faisait partie de l’aventure par équipe en 2008, 2012 et 2021. En simple, il en a récolté 2, en 2016 et et 2021. À Londres comme à Tokyo, Nicolas Savant-Aira (classe 5) complétait l’équipe. Un double de choc avait lui aussi récolté la dernière marche du podium en Asie : Clément Berthier et Thomas Bouvais. Toujours aux derniers Jeux, on a pu voir Matéo Bohéas (classe 10) accroché l’argent, tandis que Lucas Créange (classe 11) avait pris le bronze.

L’espoir Léa Ferney et des petits nouveaux

Chez les femmes, tous les yeux vont être tournés vers Léa Ferney (classe 11). À seulement 17 ans, elle avait impressionné aux derniers Jeux, gagnant la médaille d’argent. Trois ans après, et sur son sol, l’or ferait plus que bel effet !

Enfin, pas mal de nouveaux vont connaître leur première aventure paralympique : Julien Michaud (classe 2), Flora Vautier (classe 4), Alexandra Saint-Pierre (classe 5), Morgen Caillaud (classe 6), Esteban Herrault (classe 6), Lucie Hautière (classe 8) et Lucas Didier (classe 9). De quoi faire mieux que les déjà belles 11 médailles récoltées à Tokyo…

Venez encourager nos pongistes français du 29 août au 7 septembre à l’Arena Paris Sud.

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
Actuellement en live
En live !

Accéder au live