Coup de coeur
Sports
250

Maxime Thomas, joueur de tennis de table français double médaillé de bronze aux Jeux Paralympiques s’est confié au micro de Talentéo. Le pongiste licencié au club de Sainte-Foy-Lès-Lyon revient sur son parcours, ses souvenirs de Tokyo et évidemment ses ambitions pour Paris 2024.

Pour nos lecteurs qui ne te connaîtraient pas, peux-tu nous rappeler ton parcours et ton palmarès ?

J’ai découvert le paratennis de table en 2000 à ma sortie du centre de rééducation. Je me suis pris au jeu en me lançant des défis qui m’ont conduits aux Jeux Paralympiques à Pékin en 2008. J’ai toujours concilié le sport, les études, puis une activité professionnelle. En effet, j’ai été juriste au sein du groupe Mare Nostrum à Grenoble de 2013 à 2016. Aujourd’hui, je suis entrepreneur et consultant en entreprises.

Côté sportif, je suis actuellement numéro 3 mondial dans ma catégorie. Ainsi, j’ai remporté 5 médailles aux Jeux Paralympiques : 2 en individuel, 3 par équipe.  J’ai aussi décroché un titre mondial par équipe en 2010 et 8 titres européens.

C’est une chance pour moi de pouvoir me consacrer pleinement à ma carrière sportive depuis 2019. En effet, j’occupe un emploi réservé aux sportifs de haut niveau au sein de l’INSEP. Ce poste me permet d’être détaché à presque 100 % pour ma préparation paralympique. A côté de celle-ci, j’effectue quelques missions de formation et de partages d’expérience pour le Pôle formation de l’INSEP. Je travaille également pour préparer ma reconversion sportive. Malgré tout, la retraite, ça n’est pas pour tout de suite !

Tu es allé décrocher deux médailles sur les derniers Jeux Paralympiques de Tokyo, qu’as-tu ressenti en les remportant ?

C’est la première fois que je remporte deux médailles sur les mêmes Jeux. C’est à la fois une fierté, un bonheur immense et surtout la confirmation du parcours difficile de ces 5 dernières années. En effet, celles-ci n’ont pas été simples à gérer. Notamment avec la crise sanitaire qui a fortement impacté notre activité.

J’ai reconstruit mon équipe en 2019, nous avons changé beaucoup de choses dans ma préparation et ces deux médailles sont le résultat de notre travail. Une médaille par équipe, c’est toujours quelque chose de spécial. La partager avec ses amis de plus de 20 ans, c’est énorme ! Nous avions raté le coche en 2016, pas cette fois-ci, ça fait vraiment plaisir.

 

Comment se sont déroulés les Jeux pour toi ? Qu’est-ce qui t’as le plus manqué ? Qu’as-tu le plus apprécié ?

D’abord pouvoir participer aux Jeux Paralympiques dans ce contexte, c’est exceptionnel. Après avoir été sevré de compétition pendant près d’un an et demi, c’est un peu comme la lumière au bout du tunnel.

Merci aux Japonais et au comité international paralympique d’avoir réussi à organiser ces Jeux. D’un point de vue purement sportif, ces Jeux se sont bien passés pour moi. Certes j’aurai bien croqué un autre métal, mais je suis satisfait de ce que j’ai produit et de la manière dont j’ai géré la compétition.

Ce qui m’a le plus manqué : ma famille et le public.

Ce que j’ai le plus apprécié : la gentillesse des japonais et les takoyakis.

Les compétitions handisport, ce ne sont pas que les Jeux. Quelles sont les prochaines échéances avant Paris 2024 ?

Nous sommes encore dans une période d’incertitudes, à ce jour notre calendrier international n’est pas encore sorti. Je devrais disputer plusieurs opens internationaux, ainsi que les Championnats du monde en 2022. Nous avons repris la compétition en championnat valide depuis plusieurs semaines. De leur côté, les compétitions handisports débuteront début décembre. D’ailleurs, les championnats de France se dérouleront à Lille en juin.

« Mon objectif majeur sera de performer à Paris pour aller décrocher d’autres médailles et d’un autre métal ! »

Que souhaites-tu accomplir à horizon Paris 2024 ?

À l’horizon 2024 priorité absolue au sport ! Mon objectif majeur sera de performer à Paris pour aller décrocher d’autres médailles et d’un autre métal ! Cela commence dès maintenant, nous n’avons pas coupé après Tokyo à peine une semaine de semi-break. Nous sommes pleinement mobilisés sur ma préparation avec toute mon équipe.

Je vais avoir également des objectifs secondaires. Ils seront source d’équilibre et de bien-être pour moi au travers des formations que je suis actuellement : je prépare une certification pour devenir enseignant en Hatha Yoga au sein de l’École Française de Yoga Auvergne Rhône Alpes à Lyon. En parallèle, je travaille à décrocher un Diplôme Universitaire d’Optimisation de la performance sportive à l’Université de Lorraine à Nancy. Enfin et surtout vivre dans le présent, profiter de la vie et de chaque instant avec les miens.

Où te suivre et te supporter ?

J’ai deux bases principales d’entraînement Lyon et la Lorraine. Pour les compétitions, vous pouvez retrouver l’ensemble du programme sur le site tthandisport.org. En parallèle, mon club, le CS Charcot Ste-Foy-Lès-Lyon organisera la 3e journée du championnat de Nationale. Cela se déroulera les 1er et 12 février au Gymnase Barlet de Sainte-Foy-lès-Lyon. J’en profite pour remercier ma famille, mon équipe, mon club, mon employeur, mes partenaires et tous mes supporters. Grâce à vous je peux vivre ma passion à fond et réaliser mes rêves !

Retrouvez Maxime Thomas sur Facebook et Instagram ! Vous voulez davantage en apprendre sur cet athlète hors-pair ? Maxime était passé devant la caméra de nos « Interview Inacessibles ».

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
Actuellement en live
En live !

Accéder au live