169

Aujourd’hui, nous rencontrons Kevin Vanderborght, joueur de foot malvoyant au Cécifoot de Charleroi. Interview réalisée par Kevin Bardon, le reporter handisport de Talentéo et de En Route Pour Rio.

Kevin Vanderborght est l’attaquant vedette de « Five a Side Cécifoot de Charleroi ». En Route Pour Rio est parti à sa rencontre lors du championnat de France aux Sables d’Olonne. Retour sur sur sa carrière et ses objectifs.

Kevin Vanderborght

Bonjour Kevin, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Je m’appelle Kevin Vanderborght, j’ai 31 ans, je suis joueur malvoyant de la catégorie B1 au Cécifoot de Charleroi et aussi en équipe nationale Belge : « les RED WOLVES ».

Comment avez-vous découvert le Cécifoot ? Avez-vous hésité avant de vous lancer dans ce sport ?

J’ai découvert le Cécifoot en regardant la finale France-Brésil lors des Jeux Paralympiques à Londres en 2012 diffusée sur France 4. Je fus agréablement surpris par le niveau de jeu proposé par les deux équipes, la vitesse d’exécution ainsi que la technicité de certains joueurs. Cela m’a fait oublier momentanément que je regardais un match de Cécifoot.

J’ai été contacté par Sandro et Jean-Michel, désireux que je les rejoigne afin de créer un club dans la région de Charleroi. Ce fut l’occasion pour moi de sauter le pas et de tenter l’aventure Cécifoot, malgré les appréhensions et les nombreuses questions que je me posais sur ce sport encore méconnu en Belgique.

Pouvez-vous nous parler de votre carrière sportive et de l’histoire de votre club ?

J’ai effectivement joué dans différents clubs de ma région. Au fil des années, ce fut de plus en plus difficile pour moi de jouer parmi « les valides » suite à ma déficience visuelle, malgré tous les efforts fournis par ma famille et amis pour me garder au sein du club. Après de longues semaines de réflexion, j’ai dû me résoudre à arrêter afin d’éviter les actes de complaisance et de pitié envers moi, dans l’espoir de continuer à me faire jouer.

Le club de Cécifoot Charleroi existe depuis 3 ans. Lors de la première année, sous la tutelle de l’équipe d’Anderlecht et suite à notre inexpérience, notre manque de joueurs et de moyens financiers, nous avons participé à la Coupe de France à Clermont-Ferrand sous le nom de Cécifoot Belgium. L’année suivante, de nouveaux joueurs Carolos sont arrivés et avec l’ apport de sponsors locaux, le soutien de la Ville de Charleroi et du R.C.S.C. – Club de division 1 Belge de Charleroi –  le Five A Side Charleroi Belgium a vu le jour.

Votre club progresse à chaque journée de championnat, Que vous manque-t-il pour battre les meilleurs équipes ?

Il est évident que nous progressons de match en match mais il est difficile de rattraper le temps perdu, car les équipes françaises existent depuis de nombreuses années. Il faut redoubler d’effort afin de progresser techniquement, tactiquement et physiquement dans le but de rivaliser avec les équipes au top niveau. Il est également primordial de participer à des compétitions afin d’engranger de l’expérience et de pouvoir se mesurer à de telles équipes pour pouvoir juger notre niveau et gommer nos lacunes.

Quels sont vos objectifs avec Charleroi et avec la Belgique ?

L’objectif de mes coéquipiers et de moi-même est de représenter au mieux notre région et de porter haut les couleurs de notre petite Belgique. Nous souhaitons gravir les échelons afin d’arriver sur la plus haute marche du podium.

On a eu la chance de pouvoir écouter les discours de votre entraîneur, un homme au franc parler sachant motiver ses joueurs. Est-ce qu’il vous apporte surtout des consignes techniques ou bien est-il là pour vous remonter à bloc dans les temps morts ?

Nous avons la chance de bénéficier d’un staff de haut niveau, composé de notre coach : Michel Bertinchamps, qui a été préparateur physique dans de nombreux clubs de division 1 belges ainsi qu’en équipe nationale belge. Damien Pourbaix, ex gardien professionnel de division 1 et Joël Beaumet aussi ex-gardien professionnel de Futsal. Avec leurs expériences footballistiques, ils savent nous briefer, nous conseiller, nous motiver, nous encadrer et surtout nous encourager.

On te connaît très émotif, avec à chaque but, une explosion de joie à nous donner des frissons, est-ce que ton émotion, ton envie et ton enthousiasme te poussent à te surpasser toi et tes coéquipiers ?

Effectivement, je suis très émotif ! Je suis passionné avec l’envie de toujours me surpasser, de gagner et de donner le meilleur de moi-même et cela booste mes coéquipiers. Je cherche toujours la perfection ce qui peut parfois me jouer des tours, quand le ballon ne tourne pas en notre faveur. Il peut m’arriver de perdre confiance en mes capacités, malgré cela je peux compter sur mes coéquipiers et mon staff pour me remotiver.

Est-ce que le Cécifoot est un sport reconnu en Belgique ? Avez-vous des soutiens de la part d’élus ou de célébrités ?

Le Cécifoot en Belgique était relativement méconnu mais par le biais de nos résultats sportifs et nos journées de sensibilisation et le suivi des médias, le Cécifoot commence à prendre beaucoup d’ampleur dans notre pays.

Le soutien du club R.C.S.C. de la ville de Charleroi, de la province du Hainaut et de la ligue Handisport Francophone ainsi que nos sponsors locaux ont également contribué à cet essor. Nous avons reçu le Mérite Sportif 2014, coup de cœur de la ville de Charleroi ainsi que le soutien sportifs belges tels que : M. Robert Wasseige, M. Enzo Scifo, l’arbitre M. Nzolo, Sébastien Dewaste du R.C.S.C et notre parrain G. Dufer.

Vous sentez-vous en quelque sorte un ambassadeur des non-voyants – et malvoyants – belges ?

Il est évident que nous nous considérons comme les pionniers du Cécifoot en Belgique et que nous sommes, malgré nous, un peu les ambassadeurs de ce sport.

Nous espérons que d’autres clubs Wallons et Flamands suivront le même parcours afin de permettre le développement du Cécifoot en Belgique.

Christopher Bernard, gardien de l’équipe leader du championnat Saint Mandé, révèle que tu es L’un des attaquants qu’il craint le plus de part ta puissance et ton sens du but, Qu’est-ce que tu ressens lorsque tu reçois de tels compliments ? Quels sont les joueurs qui t’impressionnent le plus ?

Cela fait toujours plaisir de recevoir de tels éloges surtout venant de Christopher Bernard, Gardien leader du Championnat. Cela récompense tous les efforts fournis durant ces trois ans et me motive encore plus pour atteindre un meilleur niveau.

Les joueurs qui m’impressionnent le plus sont : Fréderic Villeroux, David Labarre et Yvan Wanji.

Avec la Belgique, vous êtes qualifiés pour l’Euro et dans la même poule que l’équipe de France, quel sera votre objectif ?

Vu la composition de notre poule assez relevée, avec l’Espagne Championne d’ Europe et La France vice-Championne d’Europe, il sera très difficile de s’imposer.

Nous serons là dans le but d’apprendre en jouant face aux grosses nations européennes. Ce sera pour nous, une première participation au top niveau européen.

Et qui sait en football, rien n’est jamais joué d’avance.

Que peut-on te souhaiter pour l’avenir ?

De nombreux succès, buts et trophées, la création d’un championnat et de la coupe de Belgique. De prendre toujours autant de plaisir à jouer, de rencontrer des personnes extraordinaires et enfin réaliser mes deux rêves : pouvoir jouer une compétition à domicile et participer aux Jeux Paralympiques avant la fin de ma carrière.

Merci à Kevin Vanderborght pour cette interview ! Retrouvez-le notamment via ses comptes Facebook et Twitter !

Connaissez-vous le Cécifoot de Charleroi ? Que pensez-vous de ce sport ?  

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
En live !

Accéder au live