4

Être présent sur Twitter, pour son entreprise comme pour soi-même, peut servir à se faire un réseau, mais aussi des clients. Doit-on privilégier l’une des deux approches ? Êtes-vous recruteur ou commercial ? Candidat ou blogueur ?

On tend aujourd’hui à ne plus faire de différences entre la constitution d’un réseau et celle d’une clientèle. Le produit ? Il n’est plus forcément un carton posé sur tête de gondole. Est-ce que cela signifie qu’on considère tout le monde comme des produits, ou au contraire, qu’on a élargi la représentation du marketing ?

Depuis quelques années déjà, on dit que réussir un entretien d’embauche, c’est savoir se vendre. Et depuis, fleurissent des néologismes qui proviennent du domaine du marketing : marque employeur, marque numérique, marque personnelle, et même « personal branding ». Sans parler de la réputation numérique, e-réputation, ou encore réputation 2.0, empreinte numérique…

Bref, l’idée, c’est de laisser une trace. Et s’il y a bien un domaine qui sait faire ça, c’est la publicité. Mais cette trace ne peut être ciblée « Ressources Humaines », comme le dit Fadhila Brahimi sur son blog, dans son article Personal Branding ne sert pas à trouver un emploi :

« Le personal branding est une démarche marketing qui sert (aussi) à trouver un emploi. Mais ce n’est pas la finalité. Autrement dit : le marketing personnel n’est pas un objectif (trouver un emploi, obtenir une promotion) mais un processus qui sert à une vision plus grande. »

Vous aurez donc compris : Twitter ne peut pas être segmenté en fonctions commerciales / RH / SAV. Vous augmenterez automatiquement votre visibilité sur tous les champs. C’est une démarche très large qui permet, entre autres, de trouver un emploi.

La question à se poser est donc celle-ci : ce que je souhaite mettre en avant, en tant qu’entreprise ou individu, pour attirer les meilleurs partenaires – clients – candidats – recruteurs, ou tout simplement interlocuteurs.

Pour les entreprises : dois-je séparer ma communication RH de ma communication commerciale ? Ne dois-je pas rassembler d’une manière ou d’une autre mes services pour qu’ils coopèrent dans leur communication externe ?

Pour les candidats : quel contenu diffuser ? Je ne suis pas un produit, mais je suis la somme de mes intérêts, de mes expériences, de l’influence de mes proches, de mon parcours… Qu’est-ce que je souhaite valoriser ?

« C’est LA question du web « social » à mes yeux « Qui suis-je ? ou plutôt qui dois-je être ? ». Plus simplement la question est de réfléchir à la limite pro/perso et donc de quel côté je place ma présence sur Twitter. La question est vite posée, mais l’application quand à elle est bien plus complexe : Une personne qui ne tweete que des messages pros, des articles sur son domaine d’activité, ne perd-il pas son côté humain ? A-t-on vraiment envie d’échanger avec ce genre de personnage uniquement « professionnel » ? Je pense qu’il faut  réfléchir et trouver l’équilibre, mais qu’il ne faut pas totalement mettre de côté le perso. Votre compte Twitter c’est vous ! Il vous arrive de croiser des relations de travail en dehors du bureau et sans costume cravate, cela ne fait pas de vous un mauvais dans votre domaine. Alors qu’est-ce qui vous empêche de tweeter une photo d’une bonne soirée, ou de mettre un tweet personnel sur un événement de votre journée ? Il faut être honnête et se laisser exister aussi en tant que personne à travers votre compte, cela ne vous rendra que plus « réel » et sympathique. Evidemment pas besoin de poster votre dernier apéro trop arrosé pour la naissance de vote dernier…. il faut se rappeler des limites que l’on ne veut/doit pas dépasser ! »

Léa GAGET, Community Manager/Graphiste chez Alcimia, Agence conseil en RH, communication, social média  & webmarketing.

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
En live !

Accéder au live