11

Certains travailleurs en situation de handicap font le choix d’évoluer de manière durable dans un environnement sécurisé et adapté tel que les ESAT. Pour d’autres, cette étape est provisoire avant d’évoluer vers le milieu ordinaire de travail. De quel statut bénéficient-ils lorsqu’ils font ce choix ? Quels sont les avantages ? Talentéo vous en dit plus dans cet article.

Le milieu ordinaire en quelques mots

Le milieu ordinaire de travail réunit les employeurs privés (entreprises, associations, etc.) et publics du marché de l’emploi dit « classique ». Certaines entreprises adaptées (EA) et centres de distribution de travail à domicile (CDTD) en font également partie avec quelques spécificités. Le milieu ordinaire de travail se définit par opposition au milieu « protégé ». Ce dernier inclut notamment les « Etablissements et Services d’Aide par le Travail » (ESAT).

C’est la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) qui oriente la personne en situation de handicap vers le milieu de travail le plus adapté (ordinaire ou protégé). Pour effectuer ce choix, la CDAPH prend en compte les possibilités réelles d’insertion.

Par ailleurs, le milieu ordinaire est également ouvert à certaines personnes bénéficiant d’une obligation d’emploi. Pour être concerné, il faut être dans l’une des 7 situations suivantes :

  • Être reconnu travailleur handicapé (RQTH) par la CDAPH
  • Être victime d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle entraînant une incapacité permanente d’au moins 10 % et percevoir une rente
  • Percevoir une pension d’invalidité à condition que cette invalidité réduise ses capacités de travail d’au moins 2/3
  • Être un ancien militaire et assimilé, et percevoir une pension militaire d’invalidité
  • Percevoir l‘allocation aux adultes handicapés (AAH).
  • Être sapeur-pompier volontaire et percevoir une allocation ou une rente d’invalidité attribuée en raison d’un accident survenu ou d’une maladie contractée en service
  • Être en possession de la carte mobilité inclusion (CMI) mention invalidité

Quel cadre de travail ?

Toute entreprise d’au moins 20 salariés est soumise à une obligation d’employer 6 % de travailleurs handicapés et autres bénéficiaires de l’obligation d’emploi. Il existe différents moyen pour s’acquitter de cette obligation :

  • le versement d’une contribution financière à l’Agefiph,
  • la mise en œuvre d’un accord en faveur des travailleurs en situation de handicap. C’est ce que l’on appelle « l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés » (OETH).

Les personnes en situation de handicap orientées vers un poste de travail en milieu ordinaire ont le statut de salarié à part entière. Ainsi, elles bénéficient des dispositions du code de travail et de la convention collective applicable à l’entreprise qui les embauche.

De plus, à compétences égales, le travailleur en situation de handicap touche la même rémunération qu’un autre salarié. Il en est de même pour le droit à la formation professionnelle continue. En effet, les personnes en situation de handicap bénéficient de l’ensemble des dispositifs existant tels que le congé individuel de formation, plan de formation de l’entreprise, etc.

Faciliter l’insertion dans l’emploi des personnes en situation de handicap

Les travailleurs en situation de handicap bénéficient de certaines mesures et contrats aidés pour faciliter leur insertion dans le milieu professionnel. C’est le cas par exemple des contrats d’alternance (apprentissage ou professionnalisation) qui prévoient certaines dispositions. Ainsi, pour le contrat d’apprentissage, la limite d’âge est supprimée dans le cas d’un travailleur handicapé avec une adaptation possible de la durée du contrat.

Par ailleurs, l’Etat attribue des aides aux entreprises qui emploient des personnes en situation de handicap. Ces aident peuvent notamment servir dans l’aménagement de poste (bureau, outillage) des salariés concernés. L’objectif reste le même : faciliter leur insertion et leur maintien dans l’emploi.

Franchir le pas vers le milieu ordinaire

Comme nous l’avons précisé au début de cet article, le « milieu ordinaire » se définit par opposition au « milieu protégé ». Dans la plupart des cas, un travailleur en situation de handicap débute son insertion professionnelle en milieu protégé et notamment en ESAT. En fonction du type de handicap et des envies de chacun, le passage en ESAT peut être une transition avant de franchir le pas vers le milieu ordinaire. Plusieurs dispositifs existent afin de les aider.

En effet, les travailleurs en ESAT ont la possibilité de réaliser des stages de découverte ou des périodes de mise en situation en milieu professionnel (PMSMP) pour découvrir un métier.

Par ailleurs, chaque année, l’opération Duoday permet aux personnes en situation de handicap de passer une journée dans une entreprise, une collectivité ou une association en duo avec un professionnel. Cette immersion permet d’aller au contact d’un environnement professionnel différent et de prendre confiance en soi.

Le travailleur en milieu protégé peut effectuer plusieurs missions ponctuelles ou durables au sein d’entreprises ou de collectivités. Une occasion d’initier ses premiers pas en milieu ordinaire de travail et de montrer ses capacités d’adaptation. Ces missions peuvent s’effectuer grâce au contrat de mise à disposition. Ce dernier, permet à la personne concernée de continuer à bénéficier de l’accompagnement médico-social et professionnel.

Vous avez franchi le pas vers le milieu ordinaire et vous souhaitez témoigner ? La parole est à vous sur nos plateformes sociales !

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
Actuellement en live
En live !

Accéder au live