Coup de coeur
Conseils Emploi
270

[En cette période estivale nous vous proposons un best-of des meilleurs articles de talenteo.fr !]

Aujourd’hui, Talentéo a le privilège de vous emmener dans les coulisses d’une structure unique : le Comité d’Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 (COJOP). Le saviez-vous ? Ce sont plus de 4 000 personnes qui y travailleront à horizon 2024. Parmi-elles, peut-être vous ? Nous avons rencontré Agnès de Saint Céran, Directrice des Ressources Humaines et Gilles Renouard, HR Business Partner. Ils nous en disent plus sur les opportunités proposées, mais également sur leur propre expérience !

Le Comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024  va recruter sur les prochaines années, pouvez-vous nous en dire plus ?

Agnès de Saint Céran : Le COJOP s’apparente à une entreprise très jeune avec une croissance exponentielle. En effet, nous sommes aujourd’hui 300 collaborateurs et serons, en 2024, environ 4 000. C’est un chiffre très important qui est très caractéristique de l’organisation de Jeux Olympiques et Paralympiques. En 2021, nous allons recruter environ 150 personnes sur des postes en CDI, ainsi qu’une cinquantaine de stagiaires et d’alternants. Nous croyons d’ailleurs beaucoup à l’alternance !

Ces chiffres seront identiques en 2022, mais, à partir de 2023, nous aurons une augmentation rapide et très importante des recrutements.

Sur quels métiers recrutez-vous et allez-vous recruter ?

Gilles Renouard : A l’heure actuelle, nous recherchons des profils majoritairement à niveau bac+5. Nos besoins évoluent en permanence et toutes nos offres sont consultables sur notre site carrière dédié. Nous recrutons, par exemple, des architectes pour la création des plans des sites temporaires ou permanents, qu’ils soient à construire ou à aménager. Nous recherchons également des personnes qui vont travailler à la planification des transports ou encore des renforts sur la partie comptable et financière.

A partir de 2023, nous aurons davantage d’opérationnels sur des métiers de terrain. Nous aurons, notamment, besoin de beaucoup de renforts sur la partie accueil des athlètes. Eh oui ! Mine de rien, accueillir plus de 10 000 athlètes de différentes nationalités demande une certaine organisation !

Rejoindre le Comité d’Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 est une expérience à part ! Quelles sont les principales différences avec une entreprise classique ?

A.S.C. : Je pense que la plus grande différence, c’est que tous les fondamentaux habituellement ancrés au sein de toute entreprise sont en perpétuelle construction au sein du COJOP ! Nous intégrons, et allons intégrer, de nombreuses personnes très rapidement qui viennent toutes de milieux différents : de grands groupes, de PME, d’agences événementielles, ou encore de fédérations sportives. Chacune a son histoire et amène sa propre perception. Si tout le monde partage cet engouement autour de cette belle aventure, il nous a été important de construire une culture et des valeurs communes.

De mon côté, j’ai été frappée par l’importance accordée au sujet de la diversité et de l’inclusion. Au-delà d’engagement, il s’agit d’une valeur partagée par nos équipes. J’ai vraiment le sentiment que nous allons utiliser cela comme un vecteur très fort de sentiment d’appartenance !

Justement, avec cette équipe en perpétuelle croissance, de quelle manière le COJOP s’est-il adapté face aux deux confinements ?

A.S.C. : Je suis moi-même arrivé en mars durant le confinement. Une attention très forte a été portée sur l’onboarding des collaborateurs pendant cette période. Des journées d’accueil sont organisées pour tout nouvel arrivant et ont été adaptées à distance sur Teams. Cette attention particulière pour l’accueil des nouveaux arrivants est encore plus essentielle dans le contexte actuel. En effet, il est difficile de se sentir partie prenante d’une équipe lorsqu’on travaille seul chez soi. D’ailleurs, la visio-conférence reste moins conviviale et c’est pour cela que nous avons organisé des sessions de rattrapage en présentiel dès le déconfinement.

Pour ajuster et améliorer ce processus d’onboarding, nous avons mis en place une enquête d’engagement qui est réalisée tous les trimestres. Nous obtenons un taux de pleine satisfaction dépassant les 70 % !

G.R. : Ces journées d’intégrations sont, d’ailleurs, en partie animées par Ludivine Munos, ancienne championne paralympique et aujourd’hui collaboratrice Paris 2024 en charge de l’intégration paralympique. Son incroyable histoire est une vraie source d’inspiration pour tout nouvel arrivant. En parallèle, cela nous permet de rappeler que les Jeux de Paris 2024 mettront aux mêmes niveaux les Jeux Olympiques ET Paralympiques que ce soit, notamment, en termes d’exposition médiatique, d’infrastructures ou encore de ressources humaines dédiées !

Avec le télétravail obligatoire, avez-vous eu une attention particulière pour vos collaborateurs en situation de handicap ?

G.R. : Bien sûr ! Nous avons toujours travaillé à adapter les postes. Ce que nous faisons dans nos locaux, nous l’avons également effectué pour nos collaborateurs à distance. Par exemple, nous avons notamment livré des fauteuils ergonomiques aux domiciles de certains de nos salariés qui en avaient besoin.

Plus globalement, de quelle manière est traitée la thématique du handicap ?

A.S.C. : Nous avons récemment signé une convention avec l’Agefiph. Celle-ci pose les bases de nos engagements pour l’inclusion de talents en situation de handicap. Malgré tout, nous ne l’avions pas attendue pour agir. Comme pour toute structure, nous avons rapidement identifié des difficultés et des freins à lever.

G.R. : Il y a, tout d’abord, une difficulté d’identification des personnes en situation de handicap qui hésitent à se déclarer. En effet, il est important de le dire, car nous prêtons toujours une attention particulière à ces profils pour préparer leur arrivée. Handicap ou pas, seules les compétences priment et c’est bien l’objectif d’aménager les postes des personnes concernées.

En parallèle, nous avons dû mener un travail de sensibilisation avec les managers. Il a fallu prouver que, dans notre organisation atypique, c’est possible ! A force d’en parler, ce sujet est devenu un réflexe pour eux.

Mettez-vous en place des dispositifs particuliers ?

G.R. : Concernant les aménagements, nous travaillons avec la personne concernée pour trouver la meilleure solution. En effet, personne n’aura une meilleure vision de son besoin d’accessibilité. Pour ma part, je connais les contraintes d’avoir un fauteuil manuel, car j’y suis moi-même confronté. Malgré tout, j’ai, par exemple, découvert la galaxie des logiciels dédiés aux personnes déficientes visuelles. Il est donc important de toujours appréhender le sujet avec modestie et surtout d’aborder concrètement les besoins.

Dans de nombreuses entreprises, des collaborateurs en situation de handicap vont plutôt chercher à faire oublier leur handicap. Ici, c’est tout le contraire : nous avons vraiment le souhait de changer le regard. Cela fait partie de notre richesse, il faut donc se sentir à l’aise pour en parler.

A.S.C. : Côté recrutement, l’ensemble de nos postes sont ouverts à tous. Nous avons également conclut différents partenariats pour parvenir à nos objectifs, notamment avec l’association Tremplin. Nous participons également aux salons Hello Handicap et allons nous ancrer au sein d’autres actions spécifiques.

Tout cela porte déjà ses fruits puisque nous avons un taux d’emploi de personnes en situation de handicap de plus de 5 % ! Une belle première réussite que nous souhaitons pousser encore plus loin, même au-delà des 6 % requis par la législation.

Qu’est-ce qui caractérise le plus une journée en tant que collaborateur au sein du comité d’organisation de Paris 2024 ?

A.S.C. : Je pense que ce qui caractérise le plus le Comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 c’est la variété. Nous rejoindre, c’est avoir une occasion de toucher du doigt des missions que vous n’aviez pas eu précédemment. Pour ma part, la moitié de ce que je fais au quotidien est nouveau pour moi ! C’est donc une très belle occasion d’apprendre dans un cadre exceptionnel.

Nous sommes dans un TGV lancé à pleine vitesse vers cette échéance de 2024. Des mises en place de process qui prennent 6 mois à 1 an au sein d’entreprises classiques vont être ici déployés en 2 semaines. C’est un cadre qui évolue vite, qui est très stimulant, mais également énergivore. Travailler au sein du comité d’organisation est donc à l’image des Jeux : une belle performance ! Comme pour toute performance, les phases de récupération sont primordiales.

Quel message souhaitez-vous passer à nos lecteurs qui hésiteraient encore à postuler pour vous rejoindre ?

A.S.C. : Pourquoi hésitez -vous ? Si vous hésitez en vous disant que ce n’est pas pour vous, c’est une très mauvaise raison ! Le projet Paris 2024 est porteur de sens et donne l’occasion à toutes et tous de faire des choses qui, nous l’espérons, permettront de laisser des traces. Il est normal de ne pas être à l’aise avec l’intégralité de ses missions de prime abord. J’en suis un exemple vivant ! En nous rejoignant, vous apprendrez et grandirez avec nous. Il faut cependant aimer se trouver dans un cadre qui bouge très rapidement et je comprends que cela ne soit pas forcément confortable pour tout le monde.

G.R. : Si vous êtes en situation de handicap, il ne faut pas hésiter à nous rejoindre et à aborder vos besoins. Nous avançons au quotidien pour que tout soit accessible ! Nous allons d’ailleurs ouvrir deux postes clés sur ce sujet : Manager Accessibilité Universelle et Responsable de la Mission Handicap. Le premier aura pour objectif de veiller à l’accessibilité de l’ensemble de nos sites de compétition. Nous recherchons pour cela un profil ingénieur d’études de formation avec une maîtrise des infrastructures. Le second poste permettra le pilotage de cette politique handicap que nous sommes fiers de mettre en place au quotidien !

Cet article vous a donné envie d’en savoir plus ? Tentez l’expérience Paris 2024 en vous rendant sur le site carrière dédié :

 

Découvrir les opportunités de Paris 2024

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
Actuellement en live
En live !

Accéder au live