290

« À quand le plein emploi pour les personnes handicapées ? ». Cette question est le thème de la 26ème édition de la Semaine Européenne pour l’Emploi des Personnes handicapées, qui se tiendra du 14 au 20 novembre prochain. Et selon Geneviève DARRIEUSSECQ, ministre déléguée chargée des Personnes handicapées, Françoise DESCAMPS-CROSNIER, présidente du FIPHFP, Bruno POLLEZ, président de LADAPT et Christophe ROTH, président de l’Agefiph, les choses vont dans le bon sens. Talentéo revient ainsi pour vous sur le programme de cette semaine si particulière !

Moins de 5 % en 2027

En 3 ans, le taux de chômage des personnes handicapées est passé de 19 % à 13 %. Le nombre des demandeurs d’emploi en situation de handicap est à son plus bas niveau depuis cinq ans. Optimistes, Bruno POLLEZ et Françoise DESCAMPS-CROSNIER tiennent notamment à souligner les discriminations à l’embauche dont ces personnes sont victimes. « La situation de handicap multiplie par trois la probabilité de ce type d’expérience », précise la présidente du FIPHFP.

D’ailleurs, Bruno POLLEZ rajoute « nos enquêtes montrent une certaine discrimination à l’embauche, alors qu’elles montrent dans le même temps que toutes les entreprises qui ont accueilli une personne en situation de handicap en ont tiré un grand bénéfice ». En effet, côté entreprise, le dispositif de communication national lancé par l’Agefiph lors de la SEEPH 2018, #activateurdeprogrès continue de faire des émules. À ce jour 6011 entreprises ont choisi d’adhérer à cette communauté d’entreprises convaincues que le handicap est un facteur de progrès !

En attendant, tous veulent croire au plein emploi, autrement dit moins de 5 % de personnes handicapées au chômage, d’ici 2027, « et même plus tôt » avance Christophe Roth, qui se réjouit du nombre toujours croissant de partenariats signés avec des entreprises comme Netto, l’Urssaf, Burger King. Une ambition donc portée par cette Semaine Européenne, une semaine « importante » selon les mots de la toute nouvelle ministre : « elle sensibilise, elle mobilise, elle fait connaitre et permet aussi de changer le regard des entreprises ».

SEEPH 2022 : le Hackathon arrive, le DuoDay revient

Côté programme ? « Plus de 500 événements sont prévus dans nos délégations régionales » détaille le président de l’Agefiph, « des offres d’emploi seront également mises en ligne toutes les quinze minutes sur nos réseaux sociaux ».

À noter une petite nouveauté : le 15 novembre aura lieu la première édition du hackathon Activ’Hack organisé par l’Agefiph, le FIHPFP et LADAPT à Rouen et à Caen. Plusieurs équipes se réuniront pour proposer une idée devant un jury autour des questions du plein emploi, des territoires, des jeunes et des femmes. Un immense brainstorming qui pourrait inspirer les associatifs et décideurs politiques.

En outre, le 17 novembre, des personnes en situation de handicap formeront le temps d’une journée un duo avec un professionnel : le DuoDay. Cette journée lancée pour la première fois en France en 2018 rencontre un franc succès : 9 110 employeurs inscrits soit 70 % de plus qu’en 2019 et plus de 17 000 duos enregistrés. Un rendez-vous que la ministre veut évidemment pérenniser sans toutefois l’étendre à d’autres moments dans l’année. « Une possible évolution serait de réaliser ce type d’opération par thématique, soit dans certains métiers, soit dans certains secteurs en tension », précise-t-elle.

Un accompagnement tout le long de la vie professionnelle

Pour Bruno POLLEZ, ces secteurs que sont le numérique, l’agroalimentaire, les transports, le tertiaire sont de magnifiques opportunités pour l’insertion de ces travailleurs. Le président de LADAPT, tout comme Françoise DESCAMPS-CROSNIER ont souligné l’importance de leur proposer un vrai parcours professionnel. Et cela commence dès le lycée professionnel que la ministre souhaite plus accessible.

Ensuite viennent l’apprentissage et la formation. « Il y a deux fois plus d’apprentis en situation de handicap grâce à toutes les mesures qui ont été prises » affirme Geneviève DARRIEUSSECQ « c’est une bonne voie d’insertion et de formation et nous continuons de travailler à l’accès numérique ».

Parmi ces dispositifs, difficile de ne pas évoquer l’apprentissage accompagné. Porté par LADAPT Ouest, il vient en appui du contrat d’apprentissage de droit commun, avec les aménagements précisés par le code du travail. Il concerne notamment l’absence de limite d’âge lorsque le contrat est souscrit par une personne ayant une reconnaissance de travailleur handicapé, la durée du contrat qui peut être allongée d’un an, le temps de travail hebdomadaire qui peut être réduit et le déroulé de la formation.

Une autre question concernait les travailleurs en ESAT dont elle voudrait revoir les statuts. « C’est un véritable enjeu  » et de rappeler qu’avant le lancement de la Semaine Européenne pour l’Emploi des Personnes handicapées, le 14 novembre, devrait être signé le décret d’application qui prévoit la possibilité pour les travailleurs d’ESAT de faire des allers-retours et de cumuler des temps partiels entre le milieu protégé et ordinaire afin de fluidifier le parcours.

Cette 26e édition de la SEEPH s’inscrit dans une toute nouvelle dynamique par rapport aux années précédentes. L’objectif, mettre l’accent sur le plein emploi grâce à des solutions plus concrètes en faveur de l’inclusion des personnes en situation de handicap. N’hésitez pas à le partager !

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
Actuellement en live
En live !

Accéder au live