280

Talentéo continue sa série « Travailler avec un(e) collègue en situation de handicap » ! Aujourd’hui, nous nous intéressons aux personnes concernées par l’anorexie.

Qu’est-ce que l’anorexie ?

L’anorexie est une maladie à part entière faisant partie des Troubles du Comportement Alimentaire (TCA). Contrairement aux préjugés, elle ne se résume pas qu’à une histoire de poids: derrière ce refus de s’alimenter se cachent aussi de grandes souffrances psychologiques.

On distingue l’anorexie restrictive pure et des variations phénoménologiques où la consommation de nourriture est accompagnée de régurgitations.

Quelles en sont les causes ?

Les causes sont complexes et varient d’une personne à une autre. Diktat de la mode, solitude, pression, souffrances psychologiques font partie des raisons les plus fréquentes de l’anorexie.

Quels sont les signes ? Comment cela se traduit-il ?

Le signe qui inquiète en premier lieu l’entourage ou les médecins est une perte de poids spectaculaire. Certains comportements sont également à surveiller comme :

  • Le refus de nourriture
  • La perception perturbée de l’image de son corps
  • L‘aménorrhée, la dénutrition qui entraîne la perte des règles.

L’anorexie entraîne des carences nutritionnelles qui ont des conséquences dramatiques pour la santé de la personne.
Sur le plan physique d’abord: certains malades perdent jusqu’à 50% de leur poids initial. L’organisme est alors complètement perturbé. Les cycles hormonaux sont touchés, déséquilibrés; on retrouve ainsi fréquemment une interruption des règles féminines. Chez les enfants et adolescents, la croissance est perturbée.

Sur le plan artériel: le cœur se fatigue et la carence en potassium perturbe son fonctionnement. Cela provoque des troubles du rythme et parfois une crise cardiaque. La tension artérielle baisse. Les personnes anorexiques tombent en hypothermie, elles sont ainsi toujours très frileuses.

Sur le plan digestif : le transit intestinal ralentit, ce qui renforce le manque d’appétit. Les défenses immunitaires des malades diminuent et le risque d’infection augmente.

Quelle part de la population en est atteinte ?

Ce trouble alimentaire affecte la plupart du temps les jeunes de moins de 25 ans, avec 70 000 adolescents touchés qui correspondent à 60-70% des anorexiques.

Ainsi, 1,5% de la population féminine de 15 à 35 ans est concernée en France. Soit environ 230 000 femmes. Si la maladie touche majoritairement les femmes elle affecte aussi les hommes, avec 1 homme concerné pour 9 femmes .

Quelles sont les personnalités atteintes par ce handicap ?

De nombreuses célébrités ont osé briser le silence sur ce handicap. Parmi-elles, nous pouvons citer :

  • Jessica Alba, actrice américaine
  • Zoë Kravitz, actrice mannequin chanteuse américaine
  • Lily-Rose Depp, actrice et égérie française et américaine
  • Lucy Hale, actrice américaine
  • Kate Winslet, actrice anglaise
  • Demi Lovato, actrice et chanteuse américaine
  • Lily Allen, chanteuse anglaise
  • Lady Gaga, chanteuse compositrice américaine
  • Zayn Malik, chanteur anglais

Quels sont les préjugés les plus courants quant à l’efficacité professionnelle des personnes étant anorexique ?

L’anorexie et les troubles alimentaires sont une situation de handicap encore relativement méconnue et les personnes qui en souffrent font face à de nombreux préjugés, que ce soit dans le quotidien ou en milieu professionnel. Voici les deux principaux rencontrés:

Tu n’as qu’à manger plus, ce n’est pas si compliqué.

Manger plus et parfois même juste manger est un acte très compliqué pour une personne anorexique. 

C’est la faute des magazines, tu n’as pas besoin de maigrir.

Le souci principal des personnes anorexiques n’est pas forcément de maigrir pour devenir beau/belle. Comme nous le disions plus haut, il y a possiblement autant d’anorexies que de personnes anorexiques.

Quels sont les aménagements et solutions possibles ?

Si les causes de cette situation de handicap sont extérieures au stress et au travail, il ne faut surtout pas isoler votre collègue y faisant face.

Oubliez les préjugés et ne conserver que l’essentiel: les compétences. Une personne concernée par cette pathologie aura surtout besoin d’indifférenciation par rapport à se collègues et de se trouver dans un cadre bienveillant.
L’essentiel est donc, une fois encore, la communication.

Vous êtes concerné(e) par l’anorexie et souhaitez témoigner ? Vous souhaitez recruter des personnes touchées par ce problème ? La parole est à vous sur nos plateformes sociales !

Sources: INSERM, Allodocteurs.fr, Enfine.com, simonae.fr 

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00