342

Aujourd’hui cap sur l’accessibilité numérique ! Dans un monde en constante évolution, quelles sont les bonnes pratiques pour favoriser l’accessibilité des contenus pour les personnes en situation de handicap ? Éléments de réponse.

Qu’est-ce que l’accessibilité numérique ?

Selon Wikipédia, l’accessibilité numérique est la « mise à disposition de tous les individus, quels que soient leur matériel ou logiciel, leur infrastructure réseau, leur langue maternelle, leur culture, leur localisation géographique, ou leurs aptitudes physiques ou mentales, des ressources numériques ». Cela couvre les sites web, la télévision, la radio numérique, mais aussi les smartphones. Et ce, pour des usages privés et professionnels.

Prendre en compte tous ces aspects est un enjeu  majeur pour une grande partie des utilisateurs. En effet, selon IDcap.fr, en France, 9,6 millions de personnes sont concernées par un handicap, durable ou temporaire.

Il est donc indispensable d’adopter un ensemble de règles et de bonnes pratiques qui permettent à ces personnes d’accéder librement et le plus facilement possible aux outils numériques. Avec leurs contraintes et leurs moyens.

L’accessibilité numérique est une priorité

En 2020, l’accessibilité numérique s’accélère. Cela se confirme également au vu du contexte sanitaire actuel obligeant la population à revoir ses modes de communication et de travail.

Le CNC – Centre National du Cinéma et de l’image animée – s’engage pour le sous-titrage et l’audiodescription des films français à destination des personnes en situation de handicap. Depuis le 1er janvier 2020, cette institution a mis en place trois mesures afin d’améliorer l’accès au cinéma pour les personnes en situation de handicap :

  • La réalisation des fichiers de sous-titrage pour les sourds et malentendants et d’audiodescription pour les aveugles ou malvoyants sont désormais obligatoires pour la délivrance de l’agrément des films français. Cette mesure s’applique à tous les supports : en salle, sur DVD, en VOD et à la télévision.
  • L’aide aux producteurs pour la réalisation des travaux de sous-titrage et d’audiodescription est plus importante.
  • La création d’un « Observatoire de l’accessibilité » qui se réunira deux fois par an avec l’ensemble des acteurs du secteur.

L’accessibilité numérique : de bonnes pratiques pour différents profils

Il existe aujourd’hui plusieurs technologies, pistes et bonnes pratiques pour différents profils et pathologies : déficiences visuelles, auditives ou motrices.

Un changement majeur des pratiques réside dans toutes les plateformes, applications, outils qui s’appuient sur la reconnaissance vocale et la retranscription automatique. Grâce à des outils comme Google Assistant ou Voice Access, les personnes en situation de handicap ont désormais des solutions. Ainsi, il est possible de surfer sur le web sans utiliser le clavier, de changer les chaînes de la télévision sans télécommande, etc. La priorité reste de pouvoir accéder à toutes les informations, formations et divertissements souhaités.

Le développement de l’accessibilité numérique et des technologies vocales est également indispensable pour des personnes concernées par l’illectronisme.

En outre, le monde médical utilise de plus en plus la reconnaissance vocale. Les médecins et professionnels de santé l’utilisent pour mieux suivre votre état de santé et mieux vous soigner. Ainsi, Amazon s’est lancé sur le secteur de la retranscription médicale avec un service nommé « Amazon Transcribe Medical ». Cette application a pour objectif de transcrire les échanges entre docteur et patient. La transcription écrite est directement sauvegardée dans le dossier médical.

Depuis plusieurs années, Microsoft s’engage sur l’accessibilité avec le développement de solutions inclusives au service de la diversité. L’Intelligence Artificielle offre aux solutions d’accessibilité numérique de nouvelles opportunités. A titre d’exemple, Windows 10 et Office 365 offrent de nombreuses fonctionnalités permettant à chaque individu de disposer d’un environnement de travail adapté en fonction de ses capacités. Le vérificateur d’accessibilité (Word, PowerPoint, Outlook) guide les utilisateurs afin de répondre aux exigences d’accessibilité des contenus documentaires.

Par ailleurs, l’entreprise est également engagée du côté des jeux vidéos inclusifs ! En effet, la manette adaptative pour XBox One et Windows 10 permettent aux personnes en situation de handicap de personnaliser entièrement l’expérience de jeu. Les problèmes de mobilité peuvent ainsi être dépassé par l’ajout de dispositifs externes (contacteur, pédale, etc.) et par un mode collaboratif copilote.

Le sous-titrage pour rendre vos contenus accessibles

Une autre solution pour rendre tous vos contenus accessibles est le sous-titrage. Il s’agit d’un procédé multilingue qui vise à afficher à l’écran la traduction synchrone de contenus audio. L’objectif est de restituer fidèlement et correctement le message initial, tout en respectant diverses contraintes de visibilité.

Quelle que soit la thématique et la longueur de la vidéo, les sous-titres sont indispensables à l’accessibilité numérique. C’est pourquoi, Talentéo s’engage à sous-titrer l’ensemble de ses contenus dont le live des Confinés Accessibles. En effet, ce rendez-vous bi-mensuel est sous-titré en direct grâce à Skype, logiciel édité par Microsoft !

L’audiodescription

L’utilisation de l’audiodescription est également un levier pour favoriser l’accessibilité numérique d’œuvres audiovisuelles à des personnes malvoyantes et malentendantes. L’audiodescription est née aux Etats-Unis en 1975. C’est un « commentaire » spécifique enregistré qui décrit des scènes. En effet, pour comprendre et profiter au maximum d’une œuvre audiovisuelle, les malvoyants et malentendants ont besoin de supports. Par une voix-off, mais aussi grâce à une multitude de détails donnés par l’audiodescription et les sous-titres.

Accessibilité : un fort impact pour d’importants bénéfices

Si le manquement aux bonnes pratiques d’accessibilité numérique a de forts impacts négatifs, appliquer les bons principes apporte de nombreux bénéfices :

  • Favoriser l’inclusion et soutenir la diversité
  • Augmenter la qualité des visites sur les supports produits
  • Améliorer l’expérience utilisateur
  • Augmenter les performances et le référencement naturel de vos contenus

La législation autour de l’accessibilité numérique

Par ailleurs, sachez que la loi Française impose l’obligation d’accessibilité numérique aux services de l’Etat en ligne. C’est également le cas des applications utilisées par les agences publiques pour les personnes en situation de handicap, aux collectivités territoriales et aux établissements publics qui en dépendent. Enfin, cette règle s’applique aussi aux acteurs du privé selon leur chiffre d’affaires et aux organismes délégataires d’une mission de service public.

L’obligation d’accessibilité numérique est officiellement inscrite dans la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances. De plus, à l’échelle européenne, un décret impose l’obligation d’accessibilité numérique aux sites web des Etats membres à l’horizon 2021.

Un référentiel et un cadre juridique accompagnent cette réglementation. Il s’agit du RGAA. C’est un ensemble de documents et de ressources visant à rendre les supports numériques entièrement accessibles.

Que pensez-vous de ces bonnes pratiques en matière d’accessibilité numérique ? La parole est à vous sur nos plateformes sociales !

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
En live !

Accéder au live