145

Si les efforts en matière d’emploi des personnes en situation de handicap sont indéniables, la crainte de devoir effectuer des aménagements trop lourd est parfois un véritable frein. Qu’en est-il vraiment ? N’existe-t-il pas des mesures faciles à prendre et à mettre en place ? Talentéo fait le point.

Préjugés, mauvaises connaissances des handicaps…force est de constater que les craintes face à l’aménagement d’un poste sont nombreux. Certains employeurs peuvent redouter cette étape alors que des solutions simples et faciles existent.

Quels aménagements pour quels handicaps ?

Visibles ou invisibles, il existe différents types de handicaps :

Les aménagements ergonomiques

De nombreuses personnes souffrent d’un handicap physique ou d’une maladie invalidante pouvant les gêner au quotidien dans l’exercice de leur profession : hémiplégie, petite taille, douleurs musculaires, etc.

Cependant, des aménagements ergonomiques, faciles à mettre en place et ne nécessitant pas un investissement important, existent. C’est le cas par exemple des oreillettes pour téléphone, des sièges ergonomiques ou des armoires de rangement roulantes. Parfois, il suffit d’un changement de configuration du bureau ou d’installer un repose pieds suspendu pour améliorer l’ergonomie du poste !

Les aménagements pour les déficients visuels

L’informatique a fait de nombreux progrès en matière d’inclusion pour les déficients visuels. En effet, l’accessibilité numérique prend une place de plus en plus importante au coeur des débats, notamment en ce qui concerne l’accessibilité des sites internet.

En matière de poste de travail, là aussi, des outils faciles à mettre en place existent. Nous pouvons citer les claviers en braille ou encore les logiciels adaptés pour offrir un grossissement du texte. C’est l’une des options proposée par Acces’solutions, une entreprise spécialisée dans les matériels et logiciels adaptés au handicap visuel.

Pour faciliter la journée de travail et l’accès aux locaux, certains équipements se font astucieux : nez de marche pour les rebords d’escaliers, dalles podotactiles d’éveil à la vigilance ou encore mains courantes avec pommeaux en braille.

Enfin, pour offrir des repères de localisation, pensez à une signalétique en braille et relief pour les portes.

Les aménagements pour les personnes à mobilité réduite

L’accès aux locaux et aux différents services est souvent un parcours du combattant pour les personnes à mobilité réduite. Là encore, des solutions existent pour faciliter leur journée de travail. Ainsi, il est préférable d’installer des portes automatiques en lieu et place de tourniquet, de portes avec poignée ou de portes battantes.

D’autre part, les rampes d’accès amovibles peuvent être un bon complément pour améliorer l’accessibilité au personnel à mobilité réduite. En ce qui concerne les solutions de rangement, optez pour des meubles accessibles en position assise.

Les aménagements pour personnes hypersensibles

Pour les personnes hypersensibles, la qualité de l’environnement de travail est primordiale. Aussi, il existe quelques astuces pour leur offrir un environnement de travail moins agressif :

  • une bonne aération,
  • un système de chauffage réglable,
  • une lumière adoucie,
  • une bonne insonorisation.

Auprès de qui se renseigner pour aménager un poste de travail ?

Afin de vous accompagner dans vos aménagements, plusieurs interlocuteurs sont à votre écoute :

  • La médecine du travail : en matière d’emploi, la médecine du travail est la seule qui a la compétence pour identifier le handicap et juger d’un aménagement du poste de travail.
  • L’Agefiph propose également de bénéficier d’une aide à l’adaptation des situations de travail. Employeurs et salariés peuvent en bénéficier sur recommandations médicales.
  • L’ergonome permet de définir les besoins matériels pour aménager un poste. Sièges assis-debout, meubles réglables en hauteur, de nombreuses astuces existent.

 

Pour quelques centaines d’euros, il peut être très facile d’aménager un poste de travail et vos locaux pour une personne en situation de handicap. Bien évidemment, le choix des solutions doit se faire en collaboration avec la personne concernée.

Et vous, quand sautez-vous le pas vers une inclusion totale ? N’hésitez pas à partager cet article sur FacebookTwitter et LinkedIn !

Article rédigé par Cécile Pequet

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
En live !

Accéder au live