238

Peut-être avez-vous déjà pris votre café dans l’un de ces coffee shops au concept particulier ?  Aujourd’hui, la rédaction de Talentéo vous emmène à la découverte des « Cafés Joyeux ». Cette famille de coffee-shops forment et emploient des personnes en situation de handicap. Une belle forme d’insertion en milieu professionnel rythmée par un leitmotiv « servir, avec le cœur » !

Un concept bienveillant d’insertion

Ce concept de café boutique est né d’une volonté de bienveillance  : remettre les personnes porteuses d’un handicap mental au cœur des villes et favoriser les rencontres.  Les enseignes « Café Joyeux » misent sur la solidarité. En plus des produits frais, de qualité et des recettes maison, les cafés y sont servis avec le cœur ! Tout est cuisiné et servi par des personnes porteuses d’un handicap mental ou cognitif. Café Joyeux permet ainsi à ces personnes de reprendre confiance en elles et de s’intégrer à un travail en milieu « ordinaire ».

Les Cafés Joyeux : un exemple pour l’insertion des personnes en situation de handicap

Fondateur de cafés sous la marque Joyeux, Yann Bucaille emploie une trentaine de serveurs, de cuisiniers avec des troubles cognitifs et des situations de handicaps mentaux. Joyeux est une entreprise solidaire d’utilité sociale (ESUS). Selon Yann Bucaille, pour monter ce type d’entreprise, il faut « accepter de diminuer un peu le niveau de performance. De renoncer au rendement que l‘on pourrait avoir dans une entreprise employant majoritairement des travailleurs non handicapés ». Pour autant bien sûr, la marque Joyeux a des impératifs économiques.

Certains employés étaient familiers avec le secteur de la restauration. Pour d’autres, ce secteur d’activité était complètement inconnu. Pour sélectionner les employés des Cafés Joyeux, Yann Bucaille souhaitait choisir des personnes qui avaient vraiment « envie de travailler ». Le recrutement devait être droit, professionnel et bienveillant comme l’explique le fondateur. « Aux entretiens d’embauche, on avait peur de blesser les candidats que nous ne pouvions pas retenir. Mais les parents ont expliqué que leurs enfants étaient déjà très contents d’avoir l’opportunité de passer un entretien. »

Adaptation et climat bienveillant

Les équipiers des Cafés Joyeux sont pour la plupart atteints de trisomie 21 ou atteints d’un trouble cognitif comme l’autisme. Ils ont été recrutés après un entretien pour évaluer leurs capacités en cuisine, en salle ou à la caisse et leur fatigabilité. Si le management est avant tout basé sur la bienveillance, « il n’y a pas fondamentalement de différence avec une autre entreprise : il s’agit de trouver le talent de chacun et de s’adapter à chaque employé ».

Il est important que chaque employé soit à sa place, qu’il puisse réaliser des tâches et se fixer des objectifs à la mesure de son profil. Ainsi, des aménagements, notamment au niveau des emplois du temps sont indispensables. Il faut un cadre, des règles, une bonne gestion du planning. La majeure partie travaille à temps partiel et dans le respect de certains créneaux horaires. Pas plus tôt que 7h30 et pas plus tard que 19 heures. Chaque employé a un emploi du temps sur mesure. Pour certaines questions pédagogiques, chaque semaine l’équipe reçoit également la visite d’un éducateur spécialisé. Il s’agit également d’instaurer un climat de confiance : les employés ne doivent pas « se sentir jugés en permanence » précise le fondateur.

Les Café Joyeux : une restauration professionnelle avant tout

A Paris et à Rennes, les Café Joyeux sont une réelle réussite en restauration et de visibilité aux personnes en situation de handicap. En entrant dans un Café Joyeux, rien n’indique sciemment que le visiteur entre dans un restaurant « différent ».

La qualité de la restauration et du personnel se sont joyeusement combinées ! Isabelle et Pierre, des habitués, nous racontent : « Nous sommes entrés pour la première fois par hasard, nous sommes revenus car nous soutenons le projet. Nous revenons régulièrement car le lieu est beau et la nourriture est bonne […] l’ambiance est différente, plus spontanée, les barrières tombent aussi entre les clients. On se parle, c’est joyeux. »

Un concept qui se déploie en France

L’emplacement du Café Joyeux ouvert à Paris en mars 2018 a été choisi justement dans un quartier ultra-fréquenté, à la fois gage de visibilité et très concurrentiel en restauration. Le but est de montrer que des personnes en situation de handicap sont « employables en milieu ordinaire – bien entendu avec des aménagements dans l’organisation – et dans l’espoir qu’en voyant ces résultats, d’autres entreprises se lancent. » préciseOlivier Poizat, directeur des opérations chez Joyeux.

De plus cela permet de rendre le handicap visible et de favoriser les échanges et les rencontres. A cette idée, il ajoute que le concept des Cafés Joyeux inspire d’autres villes ! Ils sont régulièrement sollicités par des municipalités qui veulent un Café Joyeux. Les associations des familles de personnes en situation de handicap sont également très enthousiastes vis-à-vis de ce concept ! L’idée pour le fondateur serait de créer un réseau pérenne. De prouver que les situations de handicap ont toute leur place dans un monde professionnel dominé par la performance. Il souhaite remettre l’humain au cœur des entreprises : avec ses différences, ses fragilités mais aussi ses forces et talents !

Vous pouvez retrouver les enseignes « Café Joyeux » à Paris Opéra, Choiseul, et à Rennes !

 

Vous avez déjà testé ce concept ? La parole est à vous sur nos plateformes sociales ! 

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
En live !

Accéder au live