74

Il n’est pas toujours évident de s’installer seul dans un nouveau logement. En effet, il faut pouvoir être autonome et assurer le quotidien, que l’on soit en situation de handicap ou non. Ainsi, la colocation peut se présenter comme une bonne alternative afin de mieux appréhender la gestion d’un foyer et gagner en autonomie. Outre le gain économique, ce mode de vie permet également de lutter contre la solitude. Talentéo fait le point sur cette nouvelle tendance.

 

La colocation : une solution pour favoriser l’inclusion des personnes en situation de handicap

A l’échelle de l’hexagone, la colocation, et plus largement les habitations inclusives, se développent. Ces dernières favorisent l’inclusion de personnes en situation de handicap. En effet, cela leur permet de construire et d’écrire une nouvelle page de leur vie, vers leur indépendance.

Le groupe HOMNIA propose des logements inclusifs et collectifs pour des adultes en situation de handicap dans différentes villes françaises. À la suite d’une histoire de famille, c’est le projet « Club des Six » qui a vu le jour : une colocation pour six personnes en situation de handicap.

« La colocation leur permet d’accéder à un logement à loyer modéré qui intègre un service d’aide à domicile pour compenser leur handicap et les accompagner dans leur recherche d’inclusion sociale » – Maïlys Cantzler, l’une des fondatrices du projet.

Les communes partenaires de ce projet doivent répondre à un cahier des charges très précis. Le bâtiment communautaire doit notamment être placé en centre-ville pour que les locataires puissent avoir accès à un maximum de services et de commerces et développer leur autonomie.

L’association T’HandiQuoi

T’HandiQuoi est une association qui œuvre pour aider à la prise en charge et à l’autonomie progressive des jeunes adultes en situation de handicap. Ainsi, T’HandiQuoi propose des lieux de vie à des personnes ayant certains besoins.

Autrement appelé habitat partagé ou colocation inclusive, l’association T’HandiQuoi permet, depuis juillet 2017, à plusieurs adultes en situation de handicap de vivre en colocation dans un logement adapté. En plus d’être suivis 24h/24 dans leur vie quotidienne par des professionnels, l’intervention d’un Service d’Accompagnement à la Vie Sociale (SAVS) permet à chaque colocataire de vivre en toute sérénité et autonomie chez lui et avec les autres.

Comme dans une colocation classique, chaque locataire en situation de handicap a sa propre chambre et partage les autres pièces avec les autres colocataires. La gestion locative est assurée par L’association Solidarité Nouvelle pour le Logement, mais laisse à l’association T’HandiQuoi la gestion des entrées et sorties.

La Maison en ville et Handisup Bretagne favorisent la colocation pour le handicap

Voici un exemple récent d’une colocation réussie ! A Rennes, Laure, 23 ans, et Lucas, 22 ans, sont des étudiants en situation de handicap. Ils vivent avec Marguerite et Clémence, toutes deux âgées de 23 ans et valides. Tous les quatre forment une colocation dite « mixte » depuis septembre 2019 et sont très complices.

Ils se sont rencontrés grâce à un projet des associations La Maison en ville et Handisup Bretagne qui permet à des étudiants ou jeunes actifs en situation de handicap de cohabiter avec des personnes sans situation de handicap. Laure a une infirmité motrice cérébrale et Lucas est autiste Asperger. Tous deux autonomes, ils se sentent plus heureux et moins isolés avec Marguerite, étudiante en école de commerce et Clémence, orthophoniste. Ce mode de vie, leur permet d’apprendre beaucoup les uns des autres.

Les bénéfices de la colocation pour les personnes en situation de handicap

La création de colocations adaptées répond à un besoin de créer des habitations alternatives pour les personnes en situation de handicap, entre établissements spécialisés et domicile familial.

La colocation peut avoir de nombreux bénéfices pour le jeune adulte en situation de handicap. En effet, cela va l’encourager à quitter en douceur le domicile parental pour une vie plus autonome, tout en ayant un accompagnement adapté. En outre, cela contribue à soulager les aidants dans leur prise en charge quotidienne. Chacun retrouve sa place et peut envisager plus sereinement l’avenir. Par ailleurs, le mode de vie en collocation favorise la vie sociale et l’inclusion des colocataires.

Des premiers retours très positifs

HOMNIA encourage les groupes mixant différents handicaps pour que chaque personnalité puisse exister tout en pouvant aider le groupe à sa manière. De plus, les colocataires choisissent les personnes avec lesquelles elles vont vivre. Une période clé d’intégration leur permet de s’approprier leur environnement, l’ambiance générale et de valider ou non si ce format de vie leur convient.

Les retours sont très positifs quant à la colocation et cette nouvelle autonomie pour les personnes en situation de handicap. En 2018, HOMNIA a mené une étude pour mesurer l’impact social auprès des colocataires et les chiffres sont bons :

« 83 % des colocataires considèrent avoir progressé et estiment se sentir mieux dans ce type d’habitat ; 100 % affirment avoir plus de liberté et considèrent être plus acteurs de leurs choix dans le quotidien ; 2/3 des colocataires expliquent aussi être plus autonomes que ce qu’ils pensaient ». – HOMNIA

Enfin, les auxiliaires de vie disent pouvoir accorder davantage de temps à la relation humaine dans leurs interventions. Les familles sont également beaucoup plus rassurées pour leur proche et leur avenir. De belles initiatives inspirantes à poursuivre !

Que pensez-vous de ces différents exemples autour de la colocation pour les personnes en situation de handicap ? L’avez-vous testé ? Avez-vous un proche concerné ? La parole est à vous sur nos plateformes sociales !

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
En live !

Accéder au live