Dans une société où l’image est toujours mise au premier plan, la photographe Francesca CLAYTON décide de jouer avec les codes pour remettre au premier plan l’humain. La créatrice de Different is Beautiful nous raconte sans tabou les coulisses de son projet de sensibilisation !

Pouvez-vous nous présenter Different is Beautiful 2.0 ?

Different is Beautiful 2.0 est une série de portraits en noir et blanc dédiée aux personnes en situation de handicap.

Tout au long de l’année 2022, j’ai parcouru la France et la Belgique pour photographier 100 modèles de tous âges, sexes, origines et milieux professionnels. Tous avec le point commun d’être en situation de handicap, visible ou non.

À travers ces portraits, chacun d’entre eux s’est mis à nu et a confié son histoire avec son lot d’épreuves et de désespoir. Mais aussi de réussites, de rencontres et de force. En tant que photographe, ce fut une aventure humaine hors norme.

Ces portraits, à la fois thérapies pour les modèles et témoignages plein d’espérance, parlent d’acceptation et surtout de dépassement de soi.

Cette série compose aujourd’hui une grande exposition qui, elle aussi, voyage à travers les pays. Elle passe par les villes dans lesquelles se sont déroulées les séances photos : Bordeaux, Toulouse, Pau, Rennes, Nantes, Montpellier, Marseille, Paris, Lyon, Vichy, Clermont-Ferrand, Dijon, Lille, Strasbourg, Niort, Rouen, Tours et Bruxelles.

L’exposition se trouve principalement en extérieur, afin de toucher et d’être disponible pour le plus large public. J’ai également pour but de l’amener aux Jeux Olympiques et Paralympiques 2024.

Comment est né le projet Different is Beautiful ?

Durant ma jeunesse en Angleterre, j’ai eu une amie atteinte d’une paralysie cérébrale. Certains passants lui jetaient des regards insistants. Au point qu’un jour, je me suis carrément énervée contre eux. Mon amie m’a alors expliqué qu’il est normal que des gens se posent des questions, car elle était différente. Elle comprenait aussi que cela me révolte parce que je tenais à elle. Elle m’a surtout fait comprendre que si ces regards là me dérangeaient tant, c’est que j’étais peut-être moi aussi gênée par son handicap. Je dois avouer que ça m’a un peu vexée.

J’ai longtemps gardé cet épisode dans un coin de ma tête. Jusqu’en 2015 où j’ai commencé un travail sur les différences à partir d’une série de 13 portraits de femmes mal à l’aise avec leur apparence. Ce fut une expérience très enrichissante, de voir ces femmes se dépasser, s’éclater et surtout de se trouver belle.

Ce travail m’a permis de réaliser que l’image, la face visible de l’être, raconte une histoire qu’il faut prendre le temps d’écouter. J’ai donc décidé de poursuivre le chemin vers l’acceptation.

L’étape suivante, la plus ambitieuse et la plus belle aussi, a été de retourner aux sources de ce voyage. Je devais mettre en lumière le handicap pour mieux le regarder en face, sans tabou, pour voir au-delà. C’est ainsi que Different is Beautiful est né.

Qui sont les personnes qui participent à ce projet ? 

Parmi les modèles se trouvent des étudiants, des entrepreneurs, des influenceurs, des sportifs de haut niveau et plein d’autres. Il y a un joli mélange de différents profils, tous reliés par ce facteur commun de se mettre à nu et parler de leur handicap.

J’ai lancé mes recherches sur les réseaux sociaux avec comme seuls critères : avoir un handicap, et la volonté de partager son histoire.

Leurs récits, souvent poignants, m’ont vraiment donné l’envie de les rendre visibles et audibles, pour certains les sortir du silence et susciter des échanges avec le public. Tous les modèles ont des messages à faire passer, qui méritent d’être entendus et eux d’être vus.

Que souhaitez-vous montrer avec ces photos ?

Mon but premier est le pas vers l’acceptation. Je ne remercierai jamais assez tous ces modèles qui se sont totalement dévoilés lors des séances. Le regard de l’autre prend une place parfois bien trop présente et pesante. Les photos, je l’espère, sauront mettre en avant la beauté de l’être humain, avec son histoire, son vécu, ses cicatrices.

Deuxièmement, les photos ont pour but de changer les aprioris que l’on peut avoir sur le sujet du Handicap. Ce projet m’a apporté une vision différente, à force de rencontres, des histoires, mais surtout des ressentis de chacun face aux comportements de la société. Nous prenons parfois le sujet à l’envers, un handicap n’est pas égal à une incapacité. Mais nous en parlons trop peu, le handicap reste un sujet encore tabou dans notre société.

Regardons-les en face !

Modèle photo different is beautiful

Modèle photo

Trouvez un job autrement !

Selon vous, en quoi la photo est facteur d’inclusion et d’acceptation pour les personnes en situation de handicap ?

L’inclusion et l’acceptation peuvent être portées de plusieurs manières. L’une d’entre elle est le partage de situations, comprendre et apprendre, dévoiler et échanger.

L’art est une manière tellement forte et magique de faire passer des messages. Certaines personnes accrocheront plus à une interprétation photographique, qu’un écrit dans un journal et vice versa. La photographie est également un art thérapeutique et permet aux personnes de se voir autrement et voir les autres sous une autre lumière.

Comment se déroulent les séances photo ? Avez-vous des anecdotes à nous partager ?

Pour chaque séance photo de cette exposition, j’avais pour habitude de convier tout le monde à la même heure, ils étaient entre 3 et 7 à chaque fois. Je faisais comme ça afin de faciliter les échanges et les discussions entre les participants pendant que je photographiais une personne. C’est intéressant de voir les échanges et liens qui se sont noués.

Le moment de prise de photo en tête-à-tête était à chaque fois un moment fort à vivre. Dans notre bulle de confiance et de dévoilage, il y a eu énormément de moments marquants.

J’ai partagé des rires et des larmes avec beaucoup. Ce qui m’a vraiment touché, ce sont les personnes qui se sont réellement découvertes sous un autre angle. Ces personnes qui avaient du mal à accepter leur corps, leur situation, celles qui voulaient se dépasser et qui ont été émus et fières à la vue des clichés. Celles qui se sont trouvé belles et beaux.

Ce sont les moments où je me suis dit que cette part d’acceptation de soi qu’ont pu vivre certains modèles était déjà pour moi une grande réussite et satisfaction.

Également, lors d’une séance, l’un des modèles s’est placé devant moi pour entamer le shooting. Mais soudainement, j’ai eu un blanc… Je me suis demandé : « Mince, mais quel handicap a-t-il ? ». Avant chaque séance, j’ai une connaissance détaillée de leur situation, mais là, je n’arrivais plus du tout à m’en souvenir. Je n’ai pas souhaité poser la question, car j’étais mal à l’aise à l’idée de reconnaître que je ne me rappelais pas son profil.

La chute de cette histoire ? Il était en fauteuil roulant. Paraplégique. Mais à force de voir de multiples personnes en fauteuil, je ne voyais même plus le sien.

Plus on contemple quelque chose, moins on en perçoit les détails. C’est précisément l’objectif que je désire atteindre avec cette exposition : mettre en lumière toutes ces personnes, afin que le handicap ne soit plus au premier plan et que nous puissions simplement voir la personne elle-même.

Modele photo different is beautiful

Modèle photo.

Quelles sont vos prochaines actualités ?

L’exposition est en plein départ de son tour de France, pour cette fin d’année, elle va continuer son chemin sur Bordeaux et Marseille. Elle est assez demandée pour 2024 / 2025 que ce soit en France ou même outre-mer.

À chaque représentation, ou article dans les médias, il y a de très beaux échanges et de propositions, le tout avec l’objectif de faire un pas vers l’inclusion. Par exemple de partager le projet dans des magazines, digitales ou non.

L’idée de photographies thérapeutiques dans le sens de l’acceptation des différences plait, alors il y a pas mal de demandes pour explorer cette piste pour d’autres évènements.

Les établissements scolaires et médicaux sont également intéressés par le projet afin de sensibiliser les étudiants et accompagner des patients.

Ainsi pour les actualités, disons que je souhaite faire vivre au maximum ce projet, l’amener le plus loin possible…

Mais qui sait, peut être il y aura un Different is Beautiful 3.0 ?

Talentéo remercie Francesca pour cet échange. Nous avons hâte de découvrir et de parler des prochaines actualités de Different is Beautiful. Restez connectés sur toutes nos plateformes !

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
Actuellement en live
En live !

Accéder au live