305

Dès les premiers jours de la crise du Covid-19, la Région Auvergne-Rhône-Alpes a activé une cellule de gestion de la crise sanitaire. Dans tous ses domaines de compétences, elle a agi pour adapter ses politiques à la situation de crise et aider ses publics. Talentéo est parti à la rencontre de Sandrine Chaix, Conseillère spéciale du président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes en charge de la politique en faveur des personnes handicapées.

La Région Auvergne-Rhône-Alpes a été très active pendant cette période de confinement en particulier vers les plus fragiles. Quel bilan et premiers résultats tirez-vous de vos actions ?

Il a d’abord été très difficile pour nous, comme pour tout le monde, de faire face à l’inconnu représenté par ce virus. Notre premier souci a été de contribuer à garantir une continuité de soins. Notamment avec l’équipement des soignants le plus rapidement possible (masques, gel, combinaisons…) y compris pour la « médecine » de ville (infirmiers, sages-femmes, kiné, etc.), pour le secteur médico-social (aide-soignant dans les EHPAD, auxiliaire de vie), mais également les ambulanciers, taxis, policiers, etc.

Notre chantier prioritaire fut ensuite d’équiper l’ensemble des ESAT et Entreprises Adaptées (EA) pour les aider à préparer la reprise d’activité.

De belles initiatives ont permis aux EHPAD d’utiliser nos robots, destinés aux élèves en situation de handicap, pour rompre l’isolement des pensionnaires et échanger avec leur famille. L’EHPAD de Corbas, où l’ensemble du personnel avait choisi de se confiner avec les patients, a pu bénéficier de ce formidable outil conçu et mis à disposition par l’entreprise AWABOT. Ce dispositif sera prolongé jusqu’à la rentrée. Cet exemple illustre bien ce que cette période a permis : rendre visible l’importance du secteur médico-social et de l’humain dans un univers où le numérique prend de plus en plus de place.

Nous avons vu que les entreprises adaptées et les entreprises du secteur protégé ont été très actives dans la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Quelles sont celles que vous souhaitez mettre en avant ?

Certaines se sont fortement mobilisées et ont démontré qu’elles étaient des acteurs de proximité économiques incontournables pour leurs clients. Cela a également permis de démontrer qu’il était plus facile d’avoir des partenaires et fournisseurs de proximité plutôt que de se retrouver en panne d’approvisionnement ou avec des produits coincés à la douane.

Elles ont permis une continuité d’activité dans de nombreux secteurs. Par exemple, les blanchisseries ne se sont pas arrêtées pendant la crise. Ainsi, elles ont pu répondre aux besoins des  hôpitaux et EHPAD.

Ce sont l’ensemble de ces acteurs que j’ai envie de mettre en avant. Ces métiers de vocation où l’humain est la priorité malgré le danger d’un virus dans le cas présent.

Les personnes en situation de handicap ont été particulièrement fragilisées pendant cette période. Quelles sont les actions et mesures actées ou prévues par la Région ?

Nous allons rester mobilisés pour que les personnes en situation de handicap ne soient pas les grands oubliés de la reprise de l’activité. Que ce soit sur l’emploi, la formation ou tous autres types de sujets. La mobilisation des acteurs associatifs et la nôtre reste entière.

Cette période a été très difficile pour les familles. Vous avez contribué à rendre cela visible avec d’autres acteurs associatifs ou engagés auprès des pouvoirs publics. Des ajustements ont pu être opérés. Cela a été salvateur pour un grand nombre d’entre elles.

Cette crise a accéléré les situations de fragilité, notamment des parents et des accompagnants. Nous allons mettre en place des actions pour valoriser les moments de « répit » notamment en rendant visible l’offre de notre belle région en termes d’offres de tourisme accessible pour permettre à tous de s’accorder un moment de « souffle » partagé. Nous allons déployer très vite l’ensemble de l’offre régionale sur cette thématique.

La Grande cause régionale « enfance et handicap » reste d’autant plus d’actualité dans ce contexte. La consultation que nous allons mettre en place nous permettra de préparer les assises qui se dérouleront le samedi 7 novembre prochain.

Nous sommes entrés dans la phase de déconfinement. Comment cela se passe-t-il aujourd’hui dans les ESAT en particuliers ? Quels sont les retours du terrain ?

Certains ESAT ont continué à fonctionner malgré le retour en foyer ou à leur domicile des travailleurs de ces établissements. Ce sont les éducateurs et l’ensemble du personnel qui ont assuré la continuité des activités, en attendant le retour du personnel en situation de handicap. Pendant cette période, le lien psychologique a été maintenu pour que tout se passe bien lors des retours. Ces derniers s’opèrent progressivement. La plupart des usagers sont impatients de reprendre leur poste de travail.

Par ailleurs, nous avons proposé un plan d’aide à la reprise pour les EA et ESAT avec la livraison de 30 000 masques ainsi que du gel hydroalcoolique. Pendant cette période, un véritable lien de confiance a été établi, voire densifié, entre ESAT et entreprise cliente. Les ESAT ont démontré leurs forces : réactivité, agilité, proximité, qualité et surtout elles ont redonné un souffle à la production locale !

Nous devons continuer à être là pour les aider à franchir des caps. C’est le cas avec le plan de modernisation des ESAT que nous avons mené depuis fin 2017 et que nous allons poursuivre. Il a permis aux ESAT de moderniser leurs offres, d’améliorer leurs conditions de travail.

Nous pensons, chez Talentéo, que la grande inversion peut favoriser les prises de conscience sur les situations d’isolement et d’inaccessibilité des lieux, de la culture ou de l’éducation. Qu’en pensez-vous ? Comment passer à l’acte ?

Nous devons passer à l’acte en continuant notre mobilisation avec le monde associatif et les acteurs de l’économie sociale et solidaire comme vous et en utilisant cette prise de conscience générale. Une graine a été plantée, c’est indéniable. C’est à nous de l’arroser ! Il faut tout faire pour que cette prise de conscience de l’ensemble de la population soit positive.

Aussi, nous devons éviter que les personnes en situation de handicap soient victimes des conséquences économiques et sociales de cette crise du Covid19 en subissant une nouvelle double peine. Nous serons donc très sensibles à cela notamment sur l’accès à la formation et à l’emploi.

Quelles sont les actions et évènements prévus pour le deuxième semestre dans ce contexte ?

Sous réserve du vote des élus cet été, nous allons mettre en place des actions issues de nos échanges avec les acteurs du terrain comme nous l’avons toujours fait (plan handicap). Cela concerne notamment la construction d’appartements « tremplin » dans des centres de rééducation pour permettre aux personnes de ces établissements d’appréhender au mieux la nouvelle vie qui les attend.

Nous souhaitons éviter un découragement face à ce changement de situation. Egalement, des espaces familles doivent voir le jour dans ces établissements afin de permettre un soutien digne de ce nom pour les familles frappées par un accident de la vie.

Concernant les évènements du deuxième semestre, au-delà de la SEEPH de novembre que nous allons soutenir comme chaque année, se dérouleront :

  • les Assises de la grande cause régionale 2020  : « enfance et handicap » le samedi 7 novembre
  • le Forum Extraordinaire et la soirée de partenaires H + Sport le lundi 7 décembre. C’est une thématique cruciale avec le report de Jeux Paralympiques en 2021. Les acteurs économiques doivent rester au soutien.
  • Sport2Job Lyon le vendredi 23 octobre à Lyon puis le jeudi 19 novembre à Clermont. C’est un événement que nous continuons à soutenir d’autant plus que cette année les ESAT et EA bénéficient d’un dispositif particulier pour permettre un rapprochement encore plus actif entre les entreprises classiques et ces acteurs économiques.

 

Merci à Sandrine Chaix d’avoir répondu à nos questions. Partagez sans attendre ce contenu sur les réseaux sociaux ! Vous pouvez retrouver toute l’actualité de la Région Auvergne Rhône-Alpes sur son site internet

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
En live !

Accéder au live