197

Souvenez-vous, il y a quelques temps nous vous avons présenté le Projet jeunes du GETH, une belle initiative permettant l’emploi des personnes en situation de handicap de moins de 26 ans. Clémence, recrutée par ce biais, nous en dit plus!

La valeur ajoutée du Projet jeunes du GETH (Groupement d’Employeurs Travailleurs Handicapés): partir du projet de chaque jeune pour construire avec lui un parcours de professionnalisation vers un emploi stable et proposer sa candidature à des entreprise.

Parmi les jeunes ayant trouvé un emploi grâce au GETH, nous avons rencontré Clémence. Elle témoigne sur son intégration chez STMicroelectronics en tant que chargée d’études RH.

Avant d’être salariée du GETH, quel métier avez-vous exercé? Etiez-vous en recherche d’emploi?

J’ai été chargée de mission RH au siège de Manpower à Paris. Lorsque j’ai connu le GETH j’étais en recherche d’emploi, mais entre le moment où je l’ai rencontré et le commencement d’une mission correspondant à mon profil j’ai eu un autre emploi.

Comment avez-vous connu le GETH? Pourquoi l’avoir choisi?
J’ai connu le GETH par le biais de la mission handicap de mon école, l’école de commerce de Grenoble. La personne avait transmis mon CV et des informations me concernant au GETH qui m’a contactée. J’ai choisi le GETH parce qu’il me proposait un emploi  en adéquation avec mes compétences proche de ma région d’origine, à savoir Rhône-Alpes.

Enfin le GETH propose un accompagnement, un suivi et surtout des perspectives de missions beaucoup plus intéressantes et beaucoup plus longues que ce que je pouvais faire à ce moment-là.

Avez-vous changé de métier lors de votre arrivée au sein de STMicroelectronics?

Non, je suis restée dans un métier de ressources humaines, avec cependant des fonctions un peu plus étendues. J’ai débuté le 1er septembre en tant que chargée d’études RH pour le pôle « responsabilité sociale » de l’entreprise.

Comment s’est déroulée votre intégration au sein de l’entreprise? Y-a-t-il eu besoin d’aménagements spécifiques?

Mon intégration s’est très bien déroulée,  j’ai  beaucoup échangé avec mon manager avant de commencer ma mission et mon arrivée avait bien était préparée. D’autant que l’équipe en place a l’habitude de  travailler avec les salariés du GETH, et connait bien  les problématiques liées au handicap. Mes collègues m’ont bien accueillie, de manière « normale », sans mettre en avant mon handicap. Pour eux, je suis une salariée comme une autre.

En termes d’aménagements, j’ai bénéficié d’un grand écran de 30 pouces et d’une lampe de bureau pour une meilleure luminosité.

En résumé je peux dire: très bonne intégration dans une très bonne équipe.

Que pensez-vous des relations que vous pouvez avoir avec le GETH?

J’ai de très bonnes relations avec le GETH. Avant de trouver cet emploi nous avons eu des contacts réguliers, cela m’a permis de constater qu’ils continuaient à scruter les opportunités pouvant me correspondre. Depuis que j’ai commencé ma mission, cela se passe toujours aussi bien, la première semaine j’ai eu des contacts téléphoniques afin de voir si tout se déroulait bien.

Au bout d’un mois, un premier point de suivi avec Christine Maillard-Althuser et Marie-Pierre Nimsgern a permis d’aborder mon intégration et les suites de ma mission. Le GETH est toujours disponible pour répondre à mes d’interrogations en cas de besoin.

Que vous a vraiment apporté le GETH?

Il m’a d’abord apporté une situation stable et une opportunité de mission liée à mes compétences. Je suis en poste jusqu’en décembre 2015, mais cela peut continuer par la suite. Grâce à cela, je suis plus sereine face à l’avenir, au marché de l’emploi, à l’évolution de ma carrière. Je suis également contente d’être bien accompagnée dans les futurs postes que je pourrais avoir, et cela est très appréciable.

Aidez le GETH à fluidifier l’emploi des candidats en situation de handicap. Partagez cette info sur FacebookTwitterViadéo, ou LinkedIn!

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00