429

Grande gagnante du Talentéo d’Or ainsi que du Prix de l’Univers Graphique et Technique pour les #TalentéoAwards, Eléonore nous éclaire sur son blog: Les Belles Endormies. Quand l’art et l’humour se mettent au service du handicap, le résultat n’en est que plus impressionnant!

Lumière sur: Les Belles Endormies!

Grande gagnante du Talentéo d’Or et du Prix Univers Graphique et Technique, comment avez vous vécu l’expérience des TalentéoAwards?

J’ai vécu cette expérience de manière plutôt ludique en jouant le jeu malgré un esprit de concours assez peu développé chez moi!

Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à créer un blog ayant pour thème le handicap?

Etant paraplégique suite à un accident survenu en 2001, je me suis trouvée dans des situations nouvelles. J’ai pu constater le manque d’accès en fauteuil roulant, faire face à des remarques désagréables ou stupides. Parfois, j’ai été aussi confrontée à des situations comiques, des réflexions touchantes et drôles des enfants, par exemple.

Je me suis dit qu’il fallait absolument en parler pour changer le regard des gens sur le handicap. Mon arme (pacifique) étant le dessin, j’ai pensé à crayonner ces petites scènes et les mettre en couleurs. Ainsi est né le blog des «Belles endormies».

Quel est, selon vous, votre petit plus qui rend votre blog unique en son genre?

Je pense qu’il existe peu d’illustrateurs en fauteuil roulant et c’est ce qui rend mon blog unique. Les situations sont réellement vécues, ce ne sont pas des saynètes imaginées.
De plus, l’humour est rarement utilisé pour parler du handicap. On reste souvent dans le pathos et les violons! C’est dommage.

Si vous deviez choisir un seul de vos articles, lequel serait-il? Pourquoi?

Ce serait celui-ci, intitulé «Chantage affectif» (même si faire un choix reste difficile).
Je trouve cet épisode plein de tendresse. Cela se déroule en compagnie de mon neveu Augustin qui était, à cette époque, épuisé.

Ne voulant pas marcher, il m’a pris pour une poussette durant tout son séjour. A la fin, il a quand même eu pitié de moi en me faisant, avant de repartir, une grande provision de bisous et câlins pour mieux avancer.
Ça montre en même temps le naturel et le cœur des enfants.

Lumière sur: Les Belles Endormies!

Vous avez montré une belle maîtrise concernant votre univers graphique, pouvez-vous donner trois conseils aux novices pour atteindre votre niveau?

Tout d’abord, je suis illustratrice de métier, j’ai fait les arts décoratifs de Strasbourg et je dessine depuis l’enfance.
Et je ne suis pas au bout de mes peines, il me reste du travail
Pour exercer ce métier, il faut être passionné, beaucoup travailler et ne pas se décourager: faire du mieux que l’on peut.

Des projets en perspectives?

Lumière sur: Les Belles Endormies!Oui des choses très différentes, des expositions, des participations à des projets humanitaires mais aussi une série d’illustrations pour un label de «bien à porter» mis au point par une association (Cover dressing). Elle sélectionnera dans les magasins de proximité des vêtements pour les personnes en situation de handicap ou âgées.
Je trouve ce concept très intelligent de «mode inclusive» et très innovant. La France me paraît toujours en retard par rapport à la demande de vêtements «hors normes».

 Et le mot de la fin vous revient…

Cette phrase de Saint Exupéry car pour moi il n’y en a pas de plus belle:
«On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible par les yeux»

Vous souhaitez poser des questions à Eléonore sur son blog? Dites-le nous sur les réseaux sociaux!

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00