283

Le 20 octobre est la Journée Mondiale de l’ostéoporose. A cette occasion, Talentéo vous en dit plus sur cette maladie invalidante, particulièrement gênante pour les travailleurs seniors. Est-il possible de prétendre à la RQTH et à quoi sert-elle ? Voici quelques pistes. 

L’ostéoporose, c’est quoi ?

L’ostéoporose est une maladie qui s’attaque aux os et à leur fonctionnement. La densité osseuse s’affaiblit et l’architecture de l’os est modifiée. Cette maladie est différente de l’arthrose qui touche plutôt les articulations.

L’ostéoporose apparaît en vieillissant, le plus souvent après 45 ans. À partir de cet âge, l’organisme connaît une diminution de la masse osseuse. En effet, chez tout individu, la structure osseuse se renouvelle régulièrement.

Ainsi, la résorption osseuse est compensée par la formation d’un nouvel os. Cependant, chez certaines personnes, cette compensation n’arrive plus à se faire de manière équilibrée. Les os s’affaiblissent donc petit à petit.

De manière générale, cette maladie est 2 à 3 fois plus fréquente chez les femmes du fait de la ménopause. Ainsi, selon l’Assurance Maladie, 39 % des Françaises de plus de 65 ans souffrent d’ostéoporose. De même, en 2013, ⅔ des personnes hospitalisées pour une fracture ostéoporotique avaient plus de 70 ans en France.

Quels sont les impacts de l’ostéoporose sur la vie professionnelle ?

Généralement, les fractures ostéoporotiques surviennent à cause de petits chocs de la vie courante et les plus courantes concernent :

  • les vertèbres  ;
  • le col du fémur  ;
  • les poignets.

Bien souvent, celles-ci peuvent être la cause de certains problèmes, notamment au niveau professionnel avec une perte d’efficacité ou encore une immobilisation pour une durée déterminée. Encore pire, les fractures peuvent parfois s’enchaîner. En effet, dans l’année qui suit une fracture due à l’ostéoporose, vous avez 25 % de chance qu’une nouvelle fracture survienne au même endroit.

Quels sont les facteurs aggravants ?

Pour ceux qui sont atteints d’ostéoporose, il convient de prendre quelques précautions afin de réduire les risques de chutes :

  • faire un checkup en cas de vertiges, douleurs dans les membres, difficultés à se mouvoir ;
  • effectuer un bilan ophtalmologique régulier ;
  • éviter les médicaments entraînant une somnolence accrue ;
  • aménager les locaux de résidence ou de travail pour éviter les obstacles gênants.

Il est aussi possible de mettre en place de bonnes habitudes hygiéniques et diététiques pour donner un coup de pouce à l’organisme :

  • activité physique quotidienne  ;
  • supplémentation en calcium et vitamine D  ;
  • réduction ou arrêt de la consommation de tabac et d’alcool.

Cependant, ces nouvelles habitudes peuvent profondément changer le quotidien lorsque le diagnostic tombe. Les changements drastiques de ce type doivent pouvoir s’accompagner de la bonne façon en entreprise, pour faciliter la vie de l’employeur comme du collaborateur.

Qu’est-ce qu’une RQTH ?

La « RQTH  » est une décision administrative accordant aux personnes en situation de handicap une reconnaissance permettant la mise en place d’aides spécifiques pour adapter le poste de travail.

Pour résumer, l’objectif est de faciliter l’accès au monde du travail et à l’emploi.

Il est possible de bénéficier de :

  • la prestation de compensation du handicap (PCH) ;
  • l’allocation compensatrice pour tierce personne (ACTP) ;
  • l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH) ;
  • l’orientation vers des services d’aide par le travail ;
  • l’accès aménagé aux recrutements contractuels spécifiques de la fonction publique sur concours ;
  • l’obligation d’emploi ;
  • les aides de l’Agefiph.

Elle peut aussi être délivrée si la personne est porteuse d’une maladie chronique.

En réalité, « toute personne dont les possibilités d’obtenir ou de conserver un emploi sont réduites par suite de l’altération d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales ou psychiques » peut prétendre à en faire la demande.

Qu’apporte la RQTH si l’on est atteint d’ostéoporose ?

Comme nous l’avons vu, l’ostéoporose peut toucher les travailleurs, surtout à partir de 45 ans ou plus. Ainsi, vous pouvez vous retrouver bloqué, voire inapte au travail en cas de fracture.

Vous pouvez également avoir besoin de visites médicales plus fréquentes et de suivre un traitement médicamenteux pour éviter les fractures et récidives de fractures.

Si vous êtes atteint d’ostéoporose, la RQTH peut entrer en jeu pour vous aider dans l’adaptation d’un poste de travail. Vous pourrez ainsi négocier avec votre employeur des temps partiels, des congés thérapeutiques, des aménagements de matériel.

Vous pouvez aussi demander l’appui de votre service RH ou même de votre médecin du travail si vous en ressentez le besoin.

 

Découvrez aussi d’autres maladies pouvant permettre de prétendre à la RQTH. Si vous connaissez l’ostéoporose, ou que l’un de vos collègues est concerné, n’hésitez pas à témoigner ou partager cet article !

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
Actuellement en live
En live !

Accéder au live