264

Nos partenaires de Page Personnel dressent le bilan concernant le taux de chômage des jeunes en 2015. Quel constat pour les non diplômés? Réponses.

L’observatoire des inégalités révélait en début d’année un taux de chômage des non diplômés trois fois supérieur à celui des diplômés d’études supérieures. Ce constat s’appuie sur le dernier rapport de l’INSEE, qui s’intéressait au taux de chômage constaté en fonction du niveau d’études.

Les diplômés du supérieur moins touchés par le chômage.

Le rapport révèle par exemple que les personnes sorties d’une formation dans l’enseignement supérieur depuis 1 à 4 ans sont en moyenne 2,4 fois moins touchées par le chômage que celles ayant suivi des formations professionnelles de type BEP/CAP ou diplômées d’un baccalauréat uniquement. Ainsi près de 25% ne sont pas dans l’emploi 4 ans après leur sortie d’école. Les diplômés du bac se situent dans la moyenne nationale du chômage des jeunes (15-24 ans) avec un taux en légère augmentation qui atteint 22,5%.

Parmi les diplômés du supérieur, on note que les Bac+2: DUT, BTS, diplômes paramédicaux et sociaux, sont aujourd’hui plus touchés par le chômage que des diplômés d’université, d’écoles de commerce ou d’ingénieurs ayant validé des formations bac+3 à bac+5 (13% contre 9,2%). Ils faisaient encore jeu égal (+/-9.5%) dans le dernier rapport publié en 2012.

Les détenteurs de diplômes professionnels ou techniques du supérieur continuent tout de même de profiter d’un taux d’insertion sur le marché du travail intéressant. De nombreuses entreprises privilégient aujourd’hui l’expérience, la formation et l’aspect opérationnel de leurs futurs collaborateurs. Sans compter que les profils de techniciens, dotés de compétences spécifiques, sont par exemple extrêmement recherchés dans l’industrie.

Comme en 2012 donc: mieux vaut bien souvent une «bonne» filière bac+2 qu’une filière bac+5 bouchée. Ainsi, des candidats bac+2 issus de formations en maintenance ou proche de la maintenance telles que BTS Maintenance Industrielle, Mécanique & Automatismes Industriels, Contrôle Instrumentation Régulation et Automatique, sont particulièrement recherchés. Ils le sont plus par exemple que des personnes justifiant d’un diplôme d’ingénieur (ou d’un Master 2) en Hygiène Sécurité Environnement. En effet cette filière s’est trop fortement développée ces dix dernières années sans que le nombre de postes ouverts n’augmente.

Des raisons multiples

Les diplômés du supérieur et de cycle long semblent avoir de nouveau le vent en poupe et jouir d’une situation plus favorable qu’il y a 2 ans. On peut tout d’abord penser que les entreprises se montrent aujourd’hui moins « frileuses » qu’il y a deux ans, bien que le contexte économique reste délicat.

La prise de risques est plus grande, les périodes de confirmation des embauches moins longues qu’en période de tension extrême du marché. Par ailleurs, on a pu observer quelques changements côté candidats également: conscients des difficultés, les jeunes diplômés ont parfois revu leurs prétentions à la baisse quant au salaire et au choix de l’entreprise. Ils souhaitent ainsi s’insérer plus rapidement dans l’emploi.

Près de 50% de chômage pour les jeunes sans diplôme

48.9% pour être exact (+3.2% en 2 ans) soit un rapport de 4,7 entre les diplômés Bac +3/5 et les non-diplômés ou titulaires d’un brevet des collèges. Il apparaît aujourd’hui donc très délicat de trouver rapidement un emploi sans diplôme, à moins d’effectuer des formations complémentaires ou de pouvoir se former de manière autodidacte sur un métier. Nous pouvons citer par exemple les métiers de  l’informatique ou du numérique.

Si des secteurs comme la restauration ou l’hôtellerie continuent d’embaucher du personnel non diplômé, ils apparaissent de plus en plus comme les exceptions qui confirment la règle. Sans compter les difficultés rencontrées par le secteur du BTP, habituellement pourvoyeur d’emplois pour les jeunes sans qualification.

Vous êtes sans diplôme et en recherche d’emploi ? N’hésitez pas à nous donner votre avis sur cet article sur les réseaux sociaux !

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00