448

Le mardi 25 juin, une reportrice de la TalentéoTeam s’entraînait à Tignes avec l’équipe de France de ski alpin handisport.

Invitée par la Société Générale, notre community manager Myriam Menneteau a pu skier au côté de Marie Bochet avec les gagnants d’un concours organisé par Tous Handisport. La bonne humeur était au rendez-vous: skier en été est déjà une expérience hors du commun. Mais skier au côté de l’équipe de France de ski handisport est simplement exceptionnel! Retour sur cette journée sportive, tout schuss vers les cimes!

Un souffle d’air frais

Lever à 6 heures du matin. Nous arrivons à 8 heures sur le glacier de Val d’Isère, prêts à skier. La combinaison, les skis, le masque… il faut tout ressortir. La météo idéale rend l’équipe de bonne humeur. Après la première remontée mécanique, Marie Bochet vient à la rencontre de la team. Elle ne restera jamais loin durant cette journée. Simple, sociable, de bonne humeur, l’équipe est-elle prête à la défier? Nous skions bien entourés. Ces athlètes que l’on voit dans les médias s’entraînent à quelques mètres du groupe.

Marie Bochet s’intéresse à Emilien, non-voyant, et son père, qui ont gagné un concours organisé par Tous Handisport. Interview exclusive Talentéo à venir! Pour ne pas la manquer, inscrivez-vous à notre newsletter. Vers 12 heures, nous avons profité d’une neige de qualité et rentrons nous restaurer avec l’équipe. Hamburgers-frites, efficaces pour skier plus vite?

En début d’après-midi, c’est l’heure des interviews. Myriam se transforme en serial reporter. Athlètes, directeur sportif et organisateurs de cette journée s’expriment. Vers 16 heures, c’est le moment de rejoindre l’équipe pour la préparation sportive. Il est temps de rentrer, le sourire aux lèvres, la tête encore dans les nuages.

Les moments les plus marquants de cette journée

  • La bonne humeur et la simplicité des membres de l’équipe : dès la rencontre, on sent une vraie cohésion dans le groupe.
  • Un sportif dévalant les pistes sur une jambe : il n’est nullement impossible de skier aussi vite que les sportifs sur deux jambes, voir plus!
  • La confiance entre Emilien, non-voyant et son père : il se repère grâce à la voix de ce dernier et a déjà obtenu sa troisième étoile!
  • Marie Bochet qui accepte une course contre notre community manager. Finalement, le temps est passé vite et nous reportons la course à la prochaine rencontre. A suivre?
Vue du glacier de Val d'Isère

L’équipe de France s’entraîne… même l’été!

Lorsqu’on parle de ski, on pense avant tout au ski alpin. Si ici c’était le cas, il existe aussi une équipe ski nordique et de snowboard, ce dernier venant d’entrer dans les catégories handisport.

Un athlète de l’équipe de France de ski handisport s’entraîne… 9 mois de l’année! La pause est courte et a lieu au printemps, durant 2 à 3 mois. Dès juin, l’équipe remonte sur les skis pour les premiers stages d’été. Il faut donc se rendre dans les stations enneigées, comme à Tignes, où le glacier permet encore de skier. D’autres stages ont lieu à l’étranger, dans des destinations qui donnent souvent l’eau à la bouche. Ushuaia? Bien sûr, si Talentéo en fait partie!

L'équipe de France de ski handisport se prépare à la descente slalom

Des entraînements personnalisés

Grâce au directeur sportif Christian Fémy et aux différents entraîneurs de l’équipe, chaque champion a son programme personnalisé. Il est essentiel de s’adapter au type de handicap, car les besoins sont différents. Les sportifs de l’équipe ont des types de handicap singuliers : hémiplégie, amputation, surdité… Chacun skie à sa façon.

Lors des entraînements d’été, les matinées sont destinées au ski, les après-midi à la préparation physique. Le rythme est soutenu, les athlètes se lèvent à 5 heures du matin. On comprend pourquoi il n’y a plus un bruit à 22 heures au chalet! En moyenne, chaque skieur a 8 paires de ski attitrées! Grâce à une équipe importante qui travaille dans l’ombre, elles sont toujours prêtes.

Il faut s’adapter à toutes les conditions météorologiques. La neige n’est jamais la même, la météo peut évoluer pour les compétitions sur une même descente: température, neige, brouillard… Sur un même événement sportif, on peut passer au bon moment… ou lorsque le vent s’est levé! Les entraîneurs recherchent donc des conditions toujours différentes, le ski étant un sport où l’adaptation est perpétuelle.

Préparation physique pour l'équipe de France handisport

Une équipe à bloc pour les Jeux de Sotchi

L’équipe de France de ski handisport s’y prépare et y pense en permanence: les Jeux de Sotchi sont proches! Ils auront lieu cet hiver, et c’est sur ces jeux que tout va se jouer: seuls les résultats des compétitions comptent. Christian Fémy considère qu’il faut donner le meilleur de soi à chaque course. Si Marie Bochet n’est pas sûre de gagner, ses entraînements lui permettent d’augmenter sa confiance en elle.
Vincent Gauthier-Manuel s’est déjà donné des objectifs avant les JO, afin d’être le plus performant possible. Quant à Cyril Moré, en repos forcé suite à un souci de santé, il compte bien faire partie de l’aventure. Si ce n’est pas en tant que skieur, ce sera en tant que commentateur. De son côté, Talentéo est prêt à les encourager!

Et l’emploi dans tout ça?

La plupart des athlètes étudient ou travaillent à côté de leurs carrières sportives. Les exploits ne suffisent pas à vivre de cette passion. La plupart du temps, les athlètes travaillent pendant certaines périodes de l’année, des contrats spécifiques permettant cette double casquette.

Marie Bochet vient de passer le baccalauréat et va commencer des études en Economie. Vincent Gauthier-Manuel trouve son équilibre entre le projet sportif et le projet professionnel, et aime mener les deux de front. Cyril Moré travaille pour EDF dans les ressources humaines. Entre travail et sport, leurs vies sont bien remplies!

 

Rendez-vous pour les interviews les mardis durant cet été. Comment imaginez-vous une journée pour l’équipe de France de ski handisport? 

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00