300

Le mardi 25 juin, la TalentéoTeam s’entraînait à Tignes avec l’équipe de France de ski alpin handisport. Invitée par la Société Générale, elle accompagnait les deux gagnants d’un concours Tous Handisport : Etienne et son fils Emilien, non-voyant.

Le handisport est de plus en plus visible. A l’approche des Jeux olympiques de Sotchi, Talentéo vous propose depuis quelques semaines une série d’articles concernant le ski alpin. La TalentéoTeam a pu côtoyer durant une journée Etienne et son fils Emilien, non-voyant. Si ce dernier a perdu la vision à 1 an, son père l’a toujours poussé à faire de l’exercice et diffuse les vidéos de ses exploits sportifs sur Internet. Comment guider un déficient visuel à ski ? Que retiennent Emilien et son père de cette journée ? Débriefing sur la pratique du « ski à l’aveugle ».

Vidéo réalisée par Etienne Tomen

Pister une personne déficiente visuelle 

Pour les non-voyants comme pour les déficients visuels, la pratique du ski s’effectue en binôme. Le guide donne les indications à suivre au skieur : la direction à prendre, l’état de la piste, les obstacles éventuels… Le guidage est avant tout une aide à la pratique du ski, il peut se compléter d’une aide plus technique permettant de progresser. Si certains skieurs gardent un contact physique avec leurs guides, ils peuvent aussi être autonomes grâce aux indications de ces derniers. Les directions sont expliquées par des chiffres : 0 pour aller tout droit, 3 pour aller à droite et 9 pour aller à gauche. Ce code permet un apprentissage similaire quelque soit le guide. Des appareils appelés « guidophones » peuvent aider la transmission orale, permettant ainsi d’augmenter la sécurité.

Pour Etienne, le guidage en ski avec une personne non-voyante est très spécifique : le feeling est essentiel. S’il aime la relation forte qui s’établit en skiant avec son fils, il considère aussi cette situation comme délicate. Skier avec un ami ou un cousin implique une autre relation plus facile à gérer. Bénévole au sein de l’association ASLAA, il guide également d’autres personnes déficientes visuelles.

Emilien et son père lors de l'interview

Une relation de confiance

La relation de confiance entre Emilien et son père est très forte. Emilien a une confiance totale en son père qui le piste sur toutes les descentes. Grâce à des cours de ski avec un moniteur guide, Emilien a obtenu sa troisième étoile. Il est tout à fait capable d’aller sur des pistes de ski rouge. Etienne considère qu’il doit être précis dans son guidage afin de bénéficier de la confiance permanente de son fils. Cette dernière doit pouvoir se regagner lors des erreurs d’appréhension qui peuvent parfois entraîner une chute.

Emilien et son père sur les pistes de ski

La journée d’Emilien et d’Etienne

Suite à un jeu-concours organisé par Tous Handisport, Emilien et son père ont pu skier avec Marie Bochet et l’équipe de France de ski handisport à Tignes. Etienne était ravi de « passer une journée très enrichissante avec trois heures de ski dans des conditions idéales ». Pour Talentéo, le sourire et la fierté d’un père skiant avec son fils non-voyant est une sensation inexprimable. Si la vitesse est présente en ski, c’est un sport qui reste accessible à différents handicaps, comme le démontre l’équipe de France handisport. Lorsqu’on demande à Emilien ce que lui ont apporté ces deux jours, il répond, avec le sourire : « je suis content ».

Vous avez déjà vécu une expérience en ski avec un déficient visuel ? Venez nous en parler ! 

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
Actuellement en live
En live !

Accéder au live