3

Le 22 avril dernier, vous avez découvert le palmarès des Talentéo Awards 2021. Tous les vendredis du mois de Mai et Juin, la rédaction de Talentéo vous emmène à la rencontre des lauréats 2021. Après avoir découvert Zoé Viot et les Chefs Extraordinaires, place à la lauréate du prix rédactionnel : Anne-Alexandrine Briand alias Double A ! Et pour cette nouvelle interview, nous vous proposons de la découvrir en vidéo !

Double A vous présente son spectacle de malAAde !

Voir la vidéo sur Youtube

Retranscription de la vidéo

Pouvez-vous vous présenter et présenter votre parcours ?

Je m’appelle Anne-Alexandrine, j’ai 37 ans. J’ai débuté ma carrière professionnelle en tant qu’avocat. Au bout de deux ans et demi, on a dû aménager mon poste parce que je vis avec une sclérose en plaques et une dystonie myoclonique.

Pourquoi avez-vous décidé de participer aux Talenteo Awards ?

J’ai connu Talentéo sur les réseaux sociaux, de par mon engagement dans le monde du handicap et la défense des droits des personnes en situation de handicap. J’aimais beaucoup, et j’aime toujours, leur façon d’aborder le handicap et d’intégrer le handicap au travail. J’espère qu’un jour, on aura d’ailleurs plus besoin d’intégrer le handicap au travail et ce sera normal.

Que retenez-vous de cette expérience ?

Cela m’a permis de m’investir à fond dans la communication sur les réseaux sociaux. Surtout j’ai rencontré pas mal d’autres personnes qui, comme moi, œuvrent pour sensibiliser au handicap avec des projets et des initiatives très chouettes.

Vous avez été récompensée pour votre travail avec votre « Spectacle de malAAde », pouvez-vous nous raconter comment est née ce dernier ?

Mon one woman show « Spectacle de malAAde » est né dans des circonstances un peu particulières. En 2014, j’ai fait une septicémie et j’ai bien failli y passer. C’est là que j’ai eu ce réflexe de me dire : « j’aime mon métier d’avocat, mais il me manque quelque chose, il me manque quelque chose qui me fait vibrer ». Je suis quelqu’un d’assez têtu, je me suis accroché à ce premier rêve d’avocat.

Et ce n’est qu’en 2016, que j’ai pris conscience que l’humour faisait partie de mes ressources. En 2016, je franchis le cap et je participe à un concours d’humoristes : « Le talent de Ménilmontant ».

Ce fut un pari gagnant puisque j’ai remporté la phase de poules. Je suis passé en quart de finale, demi-finale et finale, mais je n’ai pas gagné. Mais j’avais gagné tout autre chose.

Au moins, quatre sketchs sûrs, qui marchaient auprès du grand public. Et de quoi structurer mon spectacle. Il a été joué pour la première fois en octobre 2016 au théâtre de Ménilmontant.

Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer et comment les avez-vous surmontées ?

Ça a été de faire en sorte que mon spectacle parle au grand public. Vous avez toujours des personnes de mon entourage pour me dire « ça, ce n’est pas drôle » ou « ça, c’est trop centré sur toi ».

La deuxième difficulté que j’ai rencontrée et que je rencontre encore, c’est que des personnes, notamment dans la catégorie des programmateurs, quand ils voient le style de mon spectacle, mon affiche qui est en fait un croquis de moi, en chemise d’hôpital, sont un peu reluctants à programmer un tel spectacle.

Pour leur montrer que la vie c’est fait aussi de handicap, de maladie et qu’on peut en rire, j’ai créé un sketch, que j’ai joué sur des petites scènes parisiennes et j’ai été élu artiste de la semaine.

Ça permet de convaincre certains programmateurs et les 60 000 vues sur Instagram et 100 000 vues tous réseaux confondus. J’espère finalement convaincre les programmateurs que l’on peut rire de tout.

Votre rêve le plus fou pour 2021 ?

C’est un truc complètement dingue. Ce serait moi, seule, sur des espèces de planches. Et en face de moi, il y aurait des gens, assis et puis il y aurait des lumières tout autour de moi. Vous l’avez compris, mon rêve le plus fou pour 2021, c’est de retrouver la scène et surtout mon public.

Quel message souhaiteriez-vous passer aux lecteurs ?

On m’a souvent dit « Ça tu pourras faire, ça, tu ne pourras pas ». Aujourd’hui, je me dis que faire ce qu’on peut, c’est pas mal. Faire ce qu’on veut, c’est beaucoup mieux.

 

Cette initiative vous a plu ? N’hésitez pas à la faire connaitre en partageant cet article autour de vous ! 

Nous vous donnons rendez-vous la semaine prochaine pour une nouvelle découverte du cru 2021 des Talentéo Awards !

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
Actuellement en live
En live !

Accéder au live