365

Tous les derniers mercredis du mois, notre dossier « Travailler avec un collègue en situation de handicap » aborde un état de santé pouvant poser problème au travail. Comment garantir le bon fonctionnement d’une équipe? C’est que nous tenterons de découvrir aujourd’hui pour notre second épisode sur la déficience visuelle.

Chaque handicap est unique. Chez Talentéo, nous avons compris que si nous pouvions sensibiliser au handicap dans l’emploi, il fallait surtout prendre en compte les situations au cas par cas. Relisez notre article : Travailler avec un collègue atteint de dépression.

Le handicap visuel, un handicap qui force à développer la mémoire et l’organisation

La direction de la recherche des études de l’évaluation et des statistiques affirme qu’un français sur 100 est malvoyant, et un français sur 1000 est aveugle. 207.000 malvoyants profonds ou aveugles, 932 000 malvoyants moyens. Plus de 560 000 personnes seraient malvoyantes légères. Talentéo vous le dit depuis le début : seuls 15% des handicaps sont présents avant l’âge de 16 ans. Avec l’augmentation de l’espérance de vie, l’OMS prévoit un doublement du nombre de déficients visuels dans les 25 prochaines années.

Comme d’habitude, pensez en dehors de la boîte : il existe de nombreux outils de compensation (braille, vocaux, GPS) qui permettent aux personnes en situation de handicap visuel d’acquérir des qualités très recherchées dans le monde professionnel. Ce handicap implique effectivement de devenir sur-compétent dans certains domaines. Par exemple, de développer la mémoire, l’écoute, l’organisation, l’attention, la concentration, l’esprit de synthèse. Le chômage touche pourtant 40% des personnes aveugles ou déficientes visuelles, 4 fois de plus que la moyenne nationale

Saviez-vous que Erik Weihemayer était un alpiniste aveugle? Il a réussi, entre autres, l’ascension de l’Everest. Idem pour Assia el-Hannouni, athlète handisport française ayant remporté deux médailles d’or aux JO 2012. Dans l’histoire, nous connaissons tous le parcours d’Helen Keller, mais connaissez-vous Jean-Baptiste Penjon, mathématicien du XIXème siècle?

Oubliez tout ce que vous pensez savoir : les symptômes objectifs du handicap visuel

L’Organisation Mondiale de la Santé décrit cinq stades de déficience visuelle, allant de la cécité totale à la vision presque normale :

  • La cécité absolue correspond à l’absence de perception de la lumière.
  • La déficience presque totale, ou cécité sévère, est définie par une acuité visuelle inférieure à 1/50 avec perception conservée de la lumière, ou un champ visuel inférieur à 5 degrés.
  • La déficience profonde correspond à une acuité visuelle inférieure à 1/20 et supérieure à 1/50 ou un champ visuel inférieur à 10 degrés mais supérieur à 5 degrés.
  • La déficience sévère correspond à une acuité visuelle inférieure à 1/10 et supérieure à 1/20.
  • La déficience moyenne correspond à une acuité visuelle inférieure à 3/10 et supérieure à 1/10 ou un champ visuel d’au moins 20 degrés.

Pour vous faire une idée plus précise, voici une vidéo de simulation d’un trajet en ville, qui reproduit le parcours d’une personne malvoyante avec perception lumineuse :

Les préjugés sont parfois des tabous : en parler pour mieux travailler ensemble

L’Institut Randstad et la Fédération des Aveugles et Handicapés Visuels de France, FAF, ont édité un guide du savoir-être avec un collègue déficient visuel. « Travailler ensemble, guide du savoir-être avec un collègue déficient visuel » a pour objectif de présenter les règles élémentaires de vie au travail permettant à chacun de s’épanouir professionnellement et d’échanger dans le respect mutuel.
Des conseils pragmatiques également sur le site des Auxiliaires des aveugles, ou Ligne de vue.

Vous êtes déficient(e) visuel(le) et vous travaillez? Votre collègue ou collaborateur en est atteint(e)? Vous vous demandez si c’est le cas et voulez en parler? Rendez-vous sur les réseaux sociaux!

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00