115

En partenariat avec

Dans un monde ou tout s’accélère, bien manger devient de plus en plus difficile. Entre repas pris sur le pouce et consommation d’aliments ultra-transformés, il est difficile de trouver un équilibre. Pourtant, la mauvaise alimentation est une cause majeure de l’apparition de certaines maladies invalidantes. Dans le cadre de la SEEPH (Semaine Européenne pour l’Emploi des Personnes Handicapées), l’entreprise BUT a donné quelques conseils simples à ses collaborateurs. Talentéo vous propose d’en bénéficier également.

Pourquoi faut-il mieux manger ?

Nous en parlons de plus en plus, notre intestin est considéré comme notre « deuxième cerveau ». Au-delà d’une image populaire, les études récentes montrent que cette formulation n’a jamais été aussi vraie ! En effet, notre organisme héberge plus de 100 000 milliards de bactéries composant de microbiotes, principalement localisées dans nos intestins. En plus de leur rôle dans la digestion, les microbiotes vont influer sur nos fonctions métaboliques, immunitaires et également neurologiques.

Les liens entre nutrition et santé sont de mieux en mieux connus. Selon l’INSERM, la nutrition est impliquée dans l’apparition de la plupart des maladies chroniques fréquentes. Parmi elles, le cancer, le diabète, les troubles cardiaques ou encore l’obésité. S’il est encore difficile de décrire les causalités, de nombreuses études ont permis d’établir qu’une alimentation suffisante, équilibrée et diversifiée est indispensable pour prévenir ces maladies. (Source)

Comment mieux manger ?

Aujourd’hui, toujours selon l’INSERM, 42 % des français mangent moins de 5 fruits et légumes par jour. Au-delà d’un spot radio, cette recommandation est une première discipline à laquelle s’astreindre pour se construire une alimentation saine et équilibré. En parallèle, l’INSERM recommande de :

  • Privilégier les produits non transformés, bruts et de saison.
  • Eviter l’usage de compléments alimentaires.
  • Privilégier les produits issus d’une agriculture limitant l’apport en pesticides.

Des conseils très simples sur le papier, mais qui peuvent être un véritable casse-tête une fois dans les rayons du supermarché. Pour vous aider, vous pouvez vous baser tout d’abord sur les « nutri-scores ».  Ces petits logos prennent en compte les éléments essentiels de la composition de chaque produit pour lesquels des associations avec la santé sont avérées en les contrebalançant avec les éléments favorables. L’objectif : donner un indicateur de risque. Si ces notes sont généralement présentes sur les emballages des produits, vous pouvez également utiliser des applications dédiées, telle qu’Open Food Facts,qui vous donneront cette information en scannant le code barre.

 

En parallèle, d’autres réflexes peuvent être adoptés comme :

  • Manger au moins 2 fois par semaine des légumineuses.
  • Limiter sa consommation de viande rouge et privilégier la volaille.
  • Varier les espèces de poissons pour limiter l’exposition aux contaminants.
  • Privilégier l’eau aux sodas.
  • Eviter, de manière globale, toute nourriture pré-cuisinée.

Des conseils à retrouver en intégralité sur le site internet de l’INSERM. A consulter sans modération !

 « Tous en forme » pour prévenir les maladies invalidantes !

                                                             

Nous l’avions déjà abordé dans nos pages, BUT a mis en place en 2019 un programme baptisé « Tous en forme ». Le concept ? Proposer des animations pour prévenir les maladies chroniques invalidantes. Après « Bien dormir » et « Bien bouger », c’est le thème du « Bien manger » qui a été abordé à l’occasion de la SEEPH 2019.

Ainsi, chaque collaborateur a reçu un calendrier sur lequel une réponse par mois à une idée reçue sur la nutrition est proposée. Ce calendrier a d’ailleurs été illustré par les travailleurs en situation de handicap de l’ESAT « image arts graphiques ». Ils ont également reçu une documentation sur le diabète, maladie qui concerne un nombre croissant de personnes. En parallèle, le siège social de l’entreprise a connu une certaine effervescence avec la venue d’un nutritionniste qui a animé une conférence dédiée. De leur côté, les magasins de l’enseigne ont proposé des sensibilisations ludiques sur cette thématique. En résumé, l’entreprise a mis les petits plats dans les grands pour accompagner ses collaborateurs !

Cet article vous a donné l’envie de goûter à l’expérience BUT ? Découvrez sans attendre les opportunités professionnelles qu’a l’entreprise sur le feu :

REJOIGNEZ BUT !

 

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
En live !

Accéder au live