61

Le diabète est une pathologie à la fois très connue et encore sujette à de nombreux préjugés, notamment dans le milieu du travail. En effet, il existe de nombreux types de diabètes entraînant une incidence plus ou moins importante sur la vie professionnelle. Le patient diabétique doit-il avertir son employeur de sa maladie ? Risque t-il une discrimination à l’embauche ? Comment faire face aux préjugés ? Talentéo vous donne des éléments de réponse. 

Une maladie invisible, plus complexe qu’il n’y paraît

Qu’est-ce que le diabète ? Le diabète se présente comme un trouble de l’utilisation, de l’assimilation et du stockage des sucres dans le sang. Cela se montre intérieurement par un taux élevé de glycémie – taux, mesures du sucre dans le sang. En fait, les causes du diabète peuvent être génétiques, liées au mode de vie, à l’alimentation… Au cœur de cette maladie : un manque d’insuline.

En effet, c’est l’insuline, cette hormone sécrétée par le pancréas, qui permet aux cellules d’absorber les glucides dans le sang. Communément, on distingue deux types de diabètes :

 

  • Le diabète de type 1 – ou diabète insulino-dépendant. Dans ce cas, l’organisme de la personne diabétique ne sécrète plus d’insuline. Le traitement se traduit par un apport extérieur d’insuline, soit via des injections, soit avec une pompe à insuline.

 

  • Le diabète de type 2 – ou diabète « gras ». Détecté souvent à un âge avancé, ce type de diabète se caractérise par état chronique d’hyperglycémie, accompagné d’un phénomène de résistance à l’insuline. Pour ce type, une grande partie de la « guérison » réside dans l’adoption d’un mode de vie sain : alimentation, pratiques sportives, prise de médicaments antidiabétiques, voire un apprentissage et une meilleure gestion du stress.

Sans entrer dans les complications du diabète, abordons les différentes manifestations et symptômes possibles – annonciateurs d’un diabète – et variables d’une personne à une autre.

 

  • Soif accrue
  • Besoin fréquent d’uriner
  • Vision trouble
  • Faim extrême
  • Changements de poids inexpliqués (gain ou perte)
  • Fatigue
  • Irritabilité
  • Cicatrisation lente…

Il ne faut pas faire d’amalgames quant aux diabètes. Tous ne sont pas liés à un « excès de bonbons » !  De plus, il existe d’autres formes de diabètes plus rares comme les Mody. Ils sont dus à des anomalies, des mutations génétiques. Le pancréas fonctionne toujours un peu.

Les symptômes identifiables au travail

Ainsi, quelles sont les difficultés que rencontrent les diabétiques en milieu professionnel ? Les mêmes souvent que dans sa vie personnelle. Ainsi, les symptômes les plus courants dans le monde du travail, sont souvent liés à la glycémie.

En effet, une forte concentration, beaucoup trop de stress, peuvent influer sur le contrôle de la glycémie. De ce fait, si le taux de sucre devient trop bas on parle d’hypoglycémie. Avant que la personne puisse faire remonter son taux de sucre, sa productivité s’en trouve affectée.

Heureusement, nombreuses sont les innovations et solutions qui sécurisent la personne diabétique, aussi bien pour ses performances professionnelles, que dans la vie de tous les jours.

Embaucher une personne diabétique 

Ainsi, est-ce que le collaborateur diabétique doit informer son recruteur de sa pathologie ? C’est un point important : le candidat à l’emploi n’est pas tenu d’informer son futur employeur. Le candidat ne peut pas être sanctionné a posteriori si l’employeur vient à apprendre que la personne a une maladie chronique ou un handicap.

En effet, lors de l’embauche, il faut fournir une attestation de carte vitale à l’employeur. Le diabétique a la possibilité de demander à sa CPAM de lui délivrer une attestation sans la mention Affection Longue Durée. Ce droit figure dans l’article R. 161-33-4 du code de la Sécurité Sociale.

Avec un bon suivi, l’amélioration des traitements et les progrès technologiques pour le diabète, les « soucis » peuvent être assez facilement résolus sans impacter négativement le travail du collaborateur diabétique.

Si l’employé n’est pas dans l’obligation d’informer son employeur de sa maladie, il est fortement recommandé mais non obligatoire de signaler son diabète à son médecin du travail. Il est la seule personne habilitée à recevoir des informations d’ordre médical dans l’environnement professionnel. Il pourra ainsi pleinement exercer sa mission de prévention et proposer, si nécessaire, des aménagements.

Le diabète au travail : des solutions concrètes

La gestion du diabète au travail est personnelle d’une personne diabétique à une autre. Ainsi, le médecin du travail peut proposer des aménagements adaptés :

 

  • Aménagement des horaires et des pauses
  • Fonction et poste de travail
  • Changement de statut…

A savoir que le médecin du travail peut se mettre en relation avec le médecin traitant du patient mais il est le seul à pouvoir délivrer un avis d’aptitude. Qui est favorable dans la majorité des cas !

Cependant, le médecin du travail n’est pas le seul à devoir jouer un rôle. Collaborateur diabétique, équipes, responsable, tout le monde peut être sensibilisé et aider si besoin le diabétique en milieu professionnel.

Voici différents conseils pour une bonne gestion du diabète au travail, au quotidien :

 

  • Ne pas trop tenter la personne avec des goûters, des petits-déjeuners à répétition (ou alors prévoir des aliments et boissons sans sucres ajoutés)
  • Respecter les horaires de la personne (pour le suivi de son traitement et la prise de ses repas pas trop tardifs)
  • Disposer d’une salle où le collaborateur peut amener son repas, prendre son traitement, afin de pouvoir contrôler plus facilement sa quantité de glucides à prendre et résister aux tentations des restaurants
  • Faire du sport ensemble
  • Proposer du télétravail (pour une meilleure gestion des rendez-vous médicaux éventuels)

Toutes ces bonnes pratiques seront bénéfiques aussi bien pour la personne diabétique que pour l’ensemble des collaborateurs ! Un diabétique a une pathologie invisible qui, bien traitée, lui permet d’exercer une activité professionnelle sans difficultés.

Nous espérons que cet article vous aura fait voir le diabète différemment.  N’hésitez pas à donner votre avis et à partager cet article sur les réseaux sociaux !

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00