Partenariat
Témoignages
229

En partenariat avec

La survenue d’un handicap peut dans certains cas porter un coup d’arrêt à la carrière professionnelle. Poste inadapté, charge trop intense, nombreuses sont les raisons qui peuvent pousser vers une reconversion. Cependant, certaines entreprises, comme la Caisse d’Epargne CEPAC, mettent un point d’honneur au maintien dans l’emploi de leurs collaborateurs et collaboratrices concernés. Nous avons d’ailleurs rencontré l’une d’entre-elles : Audrey LAFARGUE-OBRADOR, Directrice d’Agence. 

Pouvez-vous présenter votre parcours au sein de la Caisse d’Epargne CEPAC ?

La Caisse d’Epargne CEPAC, c’est une histoire de famille ! Mon père, lui-même en situation de handicap, y travaillait déjà. Depuis mon plus jeune âge, j’ai pu constater les engagements de l’entreprise en faveur de l’inclusion.

De mon côté, j’ai rejoint la CEPAC à 20 ans, juste après mon BTS. J’ai d’abord débuté au guichet, puis évolué en tant que gestionnaire de clientèle, responsable de point de vente, second d’agence et enfin Directrice d’agence. J’ai donc exercé quasiment l’ensemble des métiers bancaires dans l’entreprise.

Aujourd’hui, je travaille à la e-cepac qui est notre branche banque en ligne.

Quelles sont vos missions au quotidien ? Quels sont les savoir-faire et savoir-être à développer dans ce cadre ?

Je suis Directrice d’agence. Mon rôle est de piloter et d’accompagner une équipe de 11 personnes dans la banque en ligne.

Pour exercer ce métier, je pense qu’il faut savoir écouter et analyser ce que font nos collaborateurs. Il faut savoir que notre agence est un peu spéciale, puisqu’elle a pour objectif de former et d’accompagner de nouveaux collaborateurs sur nos métiers commerciaux. L’ensemble de mon équipe est donc de passage pour apprendre le métier de commercial bancaire et ensuite rejoindre d’autres agences physiques.

Ma mission est donc très gratifiante puisque je vois régulièrement ces collaborateurs grandir pour ensuite prendre leur envol. Pour reprendre notre slogan : je me sens utile !

Le handicap a-t-il déjà été un frein dans votre quotidien au sein de la Caisse d’Epargne CEPAC ?

Absolument pas ! Que ce soit mon père ou moi, nous avons toujours été accueillis pour nos compétences.

J’ai été touchée par une tumeur sur un nerf optique qui a fortement diminué ma vue sur l’œil droit. Cela me procure aujourd’hui de très fortes difficultés de déplacement dans l’espace. En effet, il m’est difficile de m’orienter, notamment en voiture, dans des lieux que je ne connais pas. Moi qui étais une adepte de la route, je me suis retrouvée à ne plus pouvoir être en mobilité dans mon métier.

Lorsque je suis revenue de la convalescence liée à mon opération, les services RH de la CEPAC ont cherché des solutions pour que je puisse évoluer vers un métier ayant peu de contraintes de déplacement. Une opportunité de monitrice m’a d’abord été proposée. Il s’agissait ici aussi de former et d’accompagner des talents, mais sans aucun lien hiérarchique.

Par la suite, une occasion s’est présentée pour devenir Directrice de l’agence e-cepac. J’en ai parlé à mon manager et aux ressources humaines qui ont soutenu à 100 % ma candidature !

Quels aménagements ont été mis en place ?

La Cepac m’a permis des déplacements limités en prenant en compte mon handicap. Ensuite, ma perte de vue me procure également une forte photosensibilité. Ainsi, la luminosité des néons situés au-dessus de mon bureau a été réglée en fonction. J’ai également eu des réglages adaptés sur mon écran, notamment pour la lumière bleue.

Je me sens surtout très écoutée par mon manager qui a toujours été très attentif à l’application de ces adaptations.

Il faut aussi savoir que d’autres collaboratrices et collaborateurs de mon agence sont en situation de handicap, leurs postes ont également été aménagés à tel point qu’aujourd’hui, ce n’est pas un sujet. Tout ce qui compte ce sont nos compétences et que l’on puisse travailler efficacement ensemble.

C’est grâce à tout cela que j’aime mon métier, que j’aime la CEPAC et que je prends autant de plaisir à y travailler !

Pourquoi souhaitez-vous aborder le sujet du handicap au sein de votre entreprise ?

Ce n’est pas que je souhaite absolument en parler, mais je n’ai rien contre. Je pense qu’il est essentiel de faire part de ses besoins auprès de l’entreprise pour trouver les solutions adéquates. Aujourd’hui, j’ai un travail en management tout en étant à temps partiel. C’est une situation qui est souvent liée à la maternité, mais qui n’est pas forcément courante sur le long terme. La Caisse d’Epargne m’a donné l’opportunité de continuer malgré cette contrainte liée à mon handicap !

Quel message souhaitez-vous passer à nos lecteurs hésitant encore à rejoindre la CEPAC et plus globalement le Groupe BPCE ?

Je vous conseille cette entreprise et ce groupe à 200 % ! Au sein du Groupe BPCE le handicap n’est certainement pas une « fatalité » : vous pourrez toujours trouver une aide.

Aujourd’hui, nous allons même plus loin dans l’intégration en accueillant chez nous des personnes en reconversion à la suite d’un accident de la vie. Qu’ils viennent ou non du milieu bancaire, ils bénéficient d’une formation à nos métiers, à nos produits pour être pour certains titularisés dans nos effectifs. Une bonne porte d’entrée si le groupe vous intéresse !

Cet article vous a donné l’envie d’en savoir-plus sur la Caisse d’Epargne CEPAC et plus globalement le Groupe BPCE ? Rendez-vous sans attendre sur son site carrière :

 

Rejoindre le Groupe BPCE

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Partenariat

Affaires sensibles

Démocratie corinthiane : foot, bière et rock’n roll

00:00
Actuellement en live
En live !

Accéder au live